Le premier site d'information dédié aux victimes d'escroqueries financières.

De l’immobilier au journalisme financier

photo carte presse J’ai commencé à m’intéresser aux marchés financiers en 2007, quand mon employeur de l’époque, le site seloger.com décide d’entrer en bourse pour financer son développement. A cette époque, j’en suis le directeur commercial et cette opération va me passionner. C’est ce qui m’a donné envie de commencer à boursicoter en amateur. Je me passionne très rapidement pour le trading, qui correspond à mon caractère, avide de sensations fortes. Je me forme peu à peu et je décide de quitter seloger.com pour vivre du trading.

Mais je suis vite rebuté par les frais de courtage et la faible volatilité du marché action. Alors je découvre les produits dérivés, beaucoup plus périlleux mais aussi les plus rémunérateurs: warrants, turbos, CFDs, forex… Avec plus d’effet de levier et moins de capital investi, ils permettent de gagner plus et plus rapidement, mais en prenant plus de risques...

Ce travail indépendant me convenait très bien mais en 2010, je suis victime d’une arnaque. Je dépose 30 000 euros pour trader avec un courtier basé à l’étranger mais régulé dans l’Union européenne. C’est un choc violent. Plusieurs mois durant, je dois me battre pour retrouver ce capital. Je commence par créer un blog, Warning Trading, pour partager mon expérience et alerter d’autres investisseurs particuliers sur les dangers des courtiers déloyaux.

Je comprends que ces arnaques au trading sont en fait un véritable business. Les courtiers savent que la plupart des petits investisseurs n’ont pas les moyens pour engager des procédures lointaines et incertaines. L’argent disparu resurgit rarement. Néanmoins, à force de recherches, de menaces, de procédures et de négociations, je réussis à récupérer mon bien.

Paradoxalement, cette mésaventure m’aura fait découvrir une véritable industrie de l’arnaque, une zone grise, à la fois légale et illégale, rodée à une échelle industrielle et faisant vivre des dizaines de milliers de personnes. Forex, crypto monnaies, terres rares, vin, bovin, SCPI… Les idées d’arnaques pullulent sur le net. Comprenant l’ampleur de cette prédation auprès des épargnants et l’impuissance des pouvoirs publics, j’ai rapidement l’idée de proposer un service d'aide à la récupération de créances aux victimes de ces arnaques.

C’est ainsi que je crée en 2014 Broker Defense, pour accompagner les victimes et les aider à retrouver leur argent. Grâce à la standardisation des procédures de recouvrement et à leur agglomération, Broker Defense permet de faire diminuer considérablement le coût d’accès à la justice pour les victimes d’arnaques financières. Depuis sa création, Broker Defense a été contactée par 6 000 victimes pour des litiges dont la moyenne oscille autour de 45 000 euros.
Le plus gros client de Broker Defense avait perdu près de 2 millions d’euros. Cinq ans après sa création, Broker Defense a noué des partenariats avec une quinzaine d’avocat dans toute l’Europe.

En recevant autant de témoignages et d’informations de victimes, d’avocats, de repentis ou de lanceurs d’alerte, j’ai progressivement transformé le blog qu’était initialement Warning Trading en véritable site de presse professionnel spécialisé dans l’information sur les escroqueries financières. Je me suis entouré d’une équipe de pigistes et j’ai obtenu la carte professionnelle des journalistes, la fameuse “carte de presse” (n°131823).

Observant l’impuissance des Etats à réguler internet et les nouvelles technologies en général, je suis convaincu que ces vagues d’arnaques n’en sont qu’à leurs débuts et qu’elles vont continuer à se réinventer dans les années à venir. C’est cela qui m’a convaincu de quitter Broker Defense pour devenir journaliste à plein temps pour Warning Trading.

Traitement des données en cours
Merci de bien vouloir patienter