Arnaque n°1055 : Ldc-crypto.com

Usurpation d'identité Nicolas Gaiardo Publié le 21 février 2021 à 20:03
Arnaque n°1055 : Ldc-crypto.com

Ldc-crypto.com. De mémoire de journaliste à Warning Trading, c’est la première fois que je me rends sur un site pareil. Et pourtant, Dieu sait que je ne manque pas d’expérience. Cette plateforme est… différente de toutes les autres que j’ai eues à analyser jusque-là.

D’abord, sa constitution est unique. Lorsqu’on y accède pour la première fois, on est accueilli par une douce sonorité, ‘’Sunset Lover’’ de Petit Biscuit. C’est dire à quel point les personnes derrière le site ont tout mis en œuvre pour apaiser le visiteur ; apaiser le visiteur, d’autant que la plateforme propose de « faire du trading en toute sécurité ».

Par ailleurs, il y a cette annonce grandiose écrite en lettres capitales pour mieux retenir l’attention : « LDC, c’est la plateforme la plus efficace pour acheter et vendre vos cryptos ». Mais est-ce vraiment le cas ? Pas si on en croit l’avis de l’AMF. Parlons-en dans ce contenu.

Un site lancé en 2018…

Au niveau de son bas de page, Ldc-crypto.com affiche fièrement l’année 2018. Nous sommes désormais habitués aux fausses plateformes qui indiquent de fausses années de lancement. Pour nous, c’est donc devenu un réflexe de toujours vérifier le WHOIS des plateformes d’investissement.

Le WHOIS de Ldc-crypto.com confirme que le site a effectivement été lancé en 2018.
Le WHOIS de Ldc-crypto.com confirme que le site a effectivement été lancé en 2018.

En nous livrant à cet exercice, qu’apprend-on ? La plateforme a été lancée en 2018. Aussi, contrairement aux sites d’arnaque traditionnels, elle n’est pas conçue pour un an. Je vous avais bien dit que Ldc-crypto.com est différent des autres plateformes. Pour autant, cela ne suffit pas pour lui faire confiance. Au contraire, je vous recommande de ne pas y investir.

….mais dirigé par quelle entreprise ?

Autant le bas de page a permis de confirmer une information de Ldc-crypto.com, autant il permet de remettre en doute certaines de ses prétentions. À l’en croire, il serait la propriété d’une firme dénommée Olhagaray Ltd, qui se trouverait au Royaume-Uni. D’ailleurs, le site en avance l’adresse : 27 Old Gloucester Street – WC1N3AX London.

Cette adresse correspond effectivement à celle de l’entreprise. En tout cas, c’est ce qu’indique la Companies House. Dans son registre, l’entreprise existait bel et bien et avait pour numéro d’immatriculation le 10703635. Pourtant, nous ne pensons pas que Ldc-crypto.com soit sa propriété. Si c’était le cas, la plateforme contiendrait ce numéro d’enregistrement.

Remarquez qu’en parlant de l’existence de l’entreprise, j’ai utilisé le passé. Pourquoi ? Parce que la firme est dissoute, depuis le 28 mai 2019. C’est ce qui est indiqué en gras sur le site de la Companies House. Logiquement, une société qui est dissoute ne peut plus proposer ses services à des clients. De ce fait, Ldc-crypto.com est une usurpation de l’identité de la firme qui n’existe plus.

A la Companies House, Olhagaray LTD n’existe plus, elle est dissolue. Elle n’est donc pas derrière Ltc-crypto.com.
A la Companies House, Olhagaray LTD n’existe plus, elle est dissolue. Elle n’est donc pas derrière Ltc-crypto.com.

Ldc-crypto.com et l’Autorité des marchés financiers

Même si l’on oublie l’aspect de la dissolution de l’entreprise à laquelle veut se rattacher Ltc-crypto.com, savez-vous qu’il y a des éléments sur le site qui permettent de confondre ses créateurs ? Les voici :

  • Ils prétendent que l’entreprise qui dirige le site est basée à Londres. Mais dans le même temps, le seul numéro de téléphone qu’ils communiquent est précédé de l’indicatif français. Voici le fameux numéro : « +33 (0) 9.77.55.67.94 ». Comment une société à Londres peut-elle n’avoir qu’un numéro de téléphone français pour être jointe ?
  • Les onglets ‘’Tems and conditions’’, ‘’Legal’’, ‘’User Agrement’’, ‘’Privacy policy’’ et ‘’LDC Policy’’ qui se trouvent au bas de page de la plateforme conduisent tous à la même page.

Alors, Ldc-crypto.com, un site rassurant pour faire du trading ? Pas du tout ! L’Autorité des marchés financiers a d’ailleurs lancé une mise en garde à son propos en l’intégrant à sa liste noire, le 18 février 2021.

Broker Defense Si vous êtes victime de cette entité, nos avocats référents ont déjà mis en place des démarches sur le plan pénal et sur le plan civil dans le cadre de ce type d’escroquerie. Plusieurs recours sont envisageables et des fonds ont pu être récupérés grâce à l’action des avocats de BROKER DEFENSE. N’hésitez pas à nous contacter au +33 (0) 9 77 218 278 ou via notre formulaire afin que nous puissions dans un premier temps étudier et échanger gratuitement sur votre litige.

Check and Pay : service de vérification Pour éviter à l’avenir une nouvelle escroquerie financière nous avons mis à votre disposition un service de vérification. Cet outil indispensable s'appelle CHECK AND PAY, avant de faire un virement bancaire ou un paiement CB vous pourrez vous assurer que vous n’êtes pas manipulé par une organisation criminelle.

Un petit clic vaut mieux qu’une grande claque

CHECK AND PAY a été développé pour prévenir tous risques d’escroqueries financières.

Nicolas Gaiardo

Cet article a été écrit par Nicolas Gaiardo
Nicolas est un journaliste engagé dans la lutte contre les escroqueries financières et passionné du monde de la finance. "Débusqueur" des dernières arnaques astucieuses dans des produits financiers dits atypiques, il se fait un point d'honneur à vous en faire profiter.

Publicités

Contactez Broker Defense

Du lundi au vendredi
de 8 à 11h et de 13h à 17h
09 77 21 82 78
Appel non-surtaxé. Coût d'une communication ordinaire depuis la France
+33 9 77 21 82 78
Coût d’une communication internationale depuis l’étranger
logo balance ton escroc

Devenez annonceur

Cet emplacement publicitaire est libre.

Si vous souhaitez acheter cet emplacement publicitaire sur notre site. Vous trouverez la marche à suivre dans ce document.
N'hésitez pas à nous contacter pour plus de précisions.

Traitement des données en cours
Merci de bien vouloir patienter