Degiro, le courtier low-cost

Courtiers régulés Philippe Miller Publié le 5 mai 2021 à 07:23    Temps de lecture: 7 min
Degiro

Degiro est un courtier discret qui s’est développé sur un créneau original: le low-cost. Il s’est aussi fait connaître en mauvaise part, lorsqu’on a découvert qu’il empêchait parfois les transactions entre ses clients au profit d’un hedge fund extérieur intervenant comme liquidité provider, HiQ Invest BV, aujourd’hui Fundshare

Le low cost pour attirer les clients particuliers

DeGiro est fondé en 2008, à l’initiative de 5 anciens employés du courtiers en ligne néerlandais Binck, parmi lesquels Gijs Nadel. A partir de 2013, ils commencent à s’intéresser au trading à destination des particuliers et se développent à l’international. Plutôt que de traduire un ou deux sites principaux, Degiro a multiplié les sites dans des langues différentes: degiro.nl, degiro.es, degiro.fr degiro.pt, degiro.de, degiro.ch, degiro.co.uk, degiro.cz, degiro.com. C’est ce qui nous permet de deviner que Degiro vise surtout un public européen.

Leur concept ? Devenir le “Free” du trading pour les particuliers en cassant les prix. “DEGIRO est le premier courtier en ligne proposant des tarifs professionnels aux investisseurs particuliers” écrit Degiro sur son site. “Nos frais, d’un niveau inégalé, ont révolutionné l’industrie du courtage et vous permettent ainsi d’obtenir un rendement optimal de vos investissements”.

Depuis le 1er août 2020, DeGiro fait officiellement partie du groupe bancaire allemand Flatex, qui a racheté Degiro quelques mois auparavant. En décembre 2020, flatexDEGIRO est entré à la bourse allemande.

Coté marketing français, Degiro a noué d’importants partenariats avec Café de la Bourse, actu-bourse.fr ou encore Tradingsat (BFM).

L’exécution des ordres chez Degiro pointée du doigt

En 2015, un blogueur, trader “amstellois”, a démontré que Degiro empêchait dans certains cas ses clients de trader entre eux, c’est-à-dire que l’un soit la contrepartie de l’autre, que l’un prenne le pari inverse de l’autre, que l’un vende quand l’autre achète.

Degiro
Capture d’écran de ce blog d’un trader accusant Degiro

C’est difficile à comprendre pour les néophytes. Les plateformes de trading comme Degiro sont un peu comme des casinos ou des PMUs. Elles branchent leurs ordinateurs sur les flux d’information de courtage, c’est-à-dire le prix des monnaies, de l’or, des actions… pour proposer de parier à la hausse ou à la baisse. C’est pour cela qu’on les qualifie parfois de Market Maker ou teneur de marché. D’une certaines façon, ce sont des mini bourses privées décentralisées.

Avec une différence, dans le cas des plateformes de trading: la plateforme qui joue le rôle de croupier ou de banque, se réserve le droit de jouer contre vous ou d’aller chercher un autre joueur, un autre parieur, parmi ses propres clients ou ailleurs. N’importe où à vrai dire. D’une façon générale sur les marchés.

Ce qui va décider la plateforme de jouer contre vous ou d’aller chercher quelqu’un d’autre pour jouer contre vous, c’est votre performance. Si vous êtes bon, la plateforme va éviter de jouer contre vous. Si vous êtes mauvais, elle va vouloir jouer contre vous. Pour empocher vos pertes. C’est ce mécanisme qui a fait du trading sur internet pour les particuliers une poule aux oeufs d’or pour les courtiers. C’est aussi cela qui a entraîné tellement d’abus car cela génère un conflit d’intérêt entre les plateformes et leurs clients.

C’est exactement ce que reprochait “Amsterdamtrader” à Degiro en 2005. Pour simplifier, dans certains cas, Degiro va automatiquement chercher une contrepartie aux ordres de ses clients à des prix beaucoup moins intéressants que si cette contrepartie était d’autres clients de Degiro. Et d’après cet auteur, cela contrevient aux conditions générale établies par Degiro lui-même, que dans ce cas on appelle les “conditions d’exécutions” (des ordres).

Fundshare (HiQ Invest BV), hedge fund et liquidity provider pour Degiro

Mais ce n’est pas tout. Ce que l’auteur dénonce, c’est que la contrepartie extérieure ne soit pas n’importe laquelle. Il s’agit d’un hedgefund hollandais, HiQ Invest BV, aujourd’hui Fundshare. Il s’agit d’une société d’investissement spéculative qui agit ici comme prestataire externe à Degiro en tant que fournisseur de liquidité. Quand Degiro a des difficultés à trouver de la liquidité sur certains actifs, il peut compter sur Fundshare qui s’engage à devenir la contrepartie de certains actifs non liquides.

Fundshare
Capture d’écran de la page d’accueil du site de Fundshare, le liquidité provider de Degiro

Ces accusations d’exécution déloyale des ordres des clients d’un courtier ne sont ni nouvelles ni anciennes. C’est en réalité l’expression d’un conflit d’intérêt qui se présente régulièrement entre un courtier teneur de marché (market maker) et son client. C’est un problème qui se présente quasi systématiquement en cas de krach boursier parce que les sites de trading savent très bien que s’ils respectaient leurs obligations de meilleure exécution possible des ordres, ils feraient faillite. Alors ils trichent et leurs clients se plaignent de mauvaise exécution de leurs ordres. En 2005, quand le franc suisse a dévissé, c’est ce qui passé, par exemple avec Saxo ou IG.

Le montage mis en place par Degiro non plus n’est pas inédit. En 2018, le site de trading américain ITG a fait l’objet d’une enquête par l’autorité boursière américaine pour une pratique similaire.

Une sous-traitance qui rappelle FXCM et Effex Capital

On peut également rapprocher la pratique de Degiro de la condamnation dont le célèbre courtier FXCM a fait l’objet en février 2017. Le gendarme boursier américain avait condamné FXCM et plusieurs de ses cadres à payer une amende de 7 millions de dollars pour fraudes. FXCM se présentait comme un courtier “no dealing desk” (bureau de négociation) ou accès direct au marché, c’est-à-dire sans bureau d’arbitrage entre les bons traders dont on exécute les ordres sur le marché et les mauvais dont on prend la contrepartie.

Vous en savez plus sur cette entité ou sur cette personne ? Veuillez utiliser ce formulaire pour entrer en contact avec un de nos journalistes, ou si vous avez besoin d'une communication plus sécurisée, contactez-nous à l'aide de l'application Signal +33 6 33 78 33 78. Aucun système n'est sécurisé à 100%, mais Signal peut être utilisé pour protéger votre identité en utilisant un cryptage de bout en bout.

Or, les enquêteurs américains avaient démontré que FXCM mentait. Les ordres des traders étaient en apparence exécutés en dehors de FXCM, chez Effex Capital, un teneur de marché (market maker). Mais cet habillage n’était qu’un maquillage car c’est en réalité FXCM qui contrôlait Effex. Nous l’avions évoqué dans nos colonnes à l’époque. Degiro a noué exactement le même genre de partenariat avec Fundshare que FXCM avec Effex, à la différence que Degiro ne contrôle pas Fundshare.

Nous ignorons si ce que dénonçait ce blogueurs est toujours en vigueur. Mais le partenariat entre Degiro et Fundshare ne s’est pas démenti. Les deux sociétés continuent de travailler ensemble. Fundshare gère les fonds laissés en dépôts chez Degiro par exemple et l’accès des clients de Degiro au trading sur devises

Philippe Miller

Cet article a été écrit par Philippe Miller
Journaliste professionnel, télé et web, carte de presse n°115527, depuis 2010, spécialiste des arnaques financières, des paradis fiscaux et des mafias.

Publicités

Contactez Broker Defense

Du lundi au vendredi
de 8 à 11h et de 13h à 17h
09 77 21 82 78
Appel non-surtaxé. Coût d'une communication ordinaire depuis la France
+33 9 77 21 82 78
Coût d’une communication internationale depuis l’étranger
logo balance ton escroc

Devenez annonceur

Cet emplacement publicitaire est libre.

Si vous souhaitez acheter cet emplacement publicitaire sur notre site. Vous trouverez la marche à suivre dans ce document.
N'hésitez pas à nous contacter pour plus de précisions.

Traitement des données en cours
Merci de bien vouloir patienter