locaux historiques Warning Trading

La vengeance des escrocs

Voici ce qu’il en coûte de s’attaquer à la mafia des arnaques financières en ligne: harcèlement judiciaires et procédures bâillon, attaques informatiques, campagne de diffamation anonyme, usurpation d’identité, insulte et menaces… Le plus bel hommage du vice à la vertu.

Usurpation de l’identité de Warning-Trading.com pour des arnaques

Beaucoup de victimes d’arnaques nous rapportent des histoires semblables. Elles se sont faites avoir et elles sont contactées par une personne qui se présente comme travaillant pour… Warning-trading.com

Il s’agit d’escrocs qui espèrent faire ainsi coup double: d’une part “retaper” encore un peu d’argent à leurs victimes par la technique de l’arnaque à la récupération de fonds et d’autre part, en profiter pour nuire à la réputation de Warning-Trading.

Ainsi avons nous reçu par le passé des appels de victimes “retapée” en notre nom nous contactant via notre site pour avoir des nouvelles de leur rappels de fond…

Evidemment, lorsque des épargnants se découvrent victimes d’arnaque après avoir lu l’un de nos articles, ils s’en ouvre parfois à leur (faux) conseiller. Celui-ci s’empresse d’expliquer que Warning-trading.com est une arnaque à la récupération de fond.

Warning-trading.com n’est pas un service de récupération de fond

Autre diffamation récurrente diffusée pour nous décrédibiliser: warning-trading.com démarcherait des victimes d’arnaques pour leur réclamer de l’argent en échange d’un retour des fonds perdus. Cette propagande s’étale dans les campagnes de diffamation (voir “opération la face cachée de warning-trading.com”, plus bas) mais également par téléphone car des escrocs n’hésitent pas à se faire passer pour nous afin de pratiquer cette “arnaque dans l’arnaque” (voir “Un certain Sébastien Isquierdo se fait passer pour Warning-Trading.com” plus bas)

Si warning-trading.com a bien été autrefois une entreprise d’aide à la récupération de fonds, de façon parfaitement légale et efficace au bénéfices de centaines de victimes d’arnaques, ce n’est plus le cas depuis 2019. Warning-trading.com est un site de presse en ligne installé en France, reconnu comme tel par l’administration française et animée par des journalistes professionnels.

Une condamnation remontant à 1998 ressortie 20 ans après

Il y a 25 ans, Nicolas Gaiardo a participé à un réseau d’investissement pyramidal avec une vingtaine d’autres personnes qui avaient tous en commun d’être naïfs, ambitieux et immatures. Un écart qui lui a valu une condamnation avec sursis. Il n’avait jamais été condamné. Il ne l’a jamais été ensuite. Et cette condamnation a été effacée de son casier judiciaire comme la loi le permet.

Hélas pour lui, un escroc dérangé par ses articles et ses enquêtes a retrouvé cette condamnation. Depuis lors, cette personne, rejointe par d’autres escrocs vengeur, s’ingénie à la diffuser pour essayer de discréditer notre travail en y investissant des moyens et un acharnement qui confirment qu’il ne peut pas s’agit de simple lecteurs.

Les simples lecteurs de notre site ne se donneraient pascette peine. Ce sont des personnes qui ont un intérêt personnel pour nous attaquer et pas des lecteurs de bonne foi de nos articles.

Cette pratique est illégale. La cour de cassation a rappelé à plusieurs reprises que “si la publication du dispositif d’un jugement portant condamnation n’est pas en soi illicite, il en va différemment lorsque (…) cette publication a été faite avec malveillance pour donner à la condamnation une publicité particulière et supplémentaire”.

Malheureusement, internet reste une zone de non droit.

Trust Pilot: le défouloir idéal pour des escrocs furieux

En 2020, nous avons nous même pris la peine de créer une page pour Warning-Trading sur Trustpilot. Sur internet où l’information est dérégulé et où n’importe qui peut dire n’importe quoi, ce site essaye d’instituer un semblant de confiance et de crédibilité en permettant aux internautes de donner leur avis et d’attribuer des notes. Nous pensions que Trustpilot serait une protection efficace contre les trolls et les opérations concertées de diffamation.

Hélas… Nous avons créé un porte-voix supplémentaire pour les escrocs désireux de se venger de nos articles. Comme toujours, les minorités les plus agissantes ou les plus actives ont un impact sans rapport avec leur importance réelle. C’est l’essence même du pouvoir des trolls. Monsieur et Madame Tout-le-monde profite de nos articles mais n’a ni l’intérêt nécessaire ni la motivation pour aller mettre un commentaire positif sur Trustpilot

Nous avons fait l’amer constat de découvrir que, comme beaucoup de sociétés internet, Trustpilot privilégie la quantité des commentaires sur leur qualité et ne fait pas son travail de modération, malgré nos nombreux signalements. C’est une forme de privatisation de la justice, confiée sur internet à des sociétés internet dont les services juridiques sont évidemment, à la fois juges et parties… Facebook s’est ainsi dotée d’une sorte de cour suprême, qui “pourrait bien servir d’outil de legalwashing afin de fonder une légitimité extra-étatique à l’autorité des décisions rendues par les entreprises privées”.

Il y a un conflit entre l’intérêt des sites comme le notre et l’intérêt de Trustpilot. Trustpilot est favorable au buzz, donc au conflits et à l’antagonisme, quitte à accepter des commentaires faux ou diffamatoires.

Nous alertons donc constamment notre communauté de lecteurs et de collaborateurs afin qu’ils viennent donner leur avis sur notre travail. Cette page Trustpilot visait initialement à offrir un surcroit de crédit et de confiance. A l’arrivée, elle n’a servi qu’à nous donner plus de travail pour répondre systématiquement et demander à nos utilisateurs satisfaits de donner leur avis sur le site.

Les faux profils qui laissent de faux commentaires sur Trustpilot sont les suivants:

  • Alex Varreze, 1.legal.job@gmail.com. Etrange choix d’adresse mail.
  • Caroline Dubois, alias Db Caroline, dubois.espagne@gmail.com. Un choix de mail sans doute commandé par le fait qu’il existe en France des centaines de Caroline Dubois.
  • antibidons@gmail.com qui prétend s’appeler Marine Guirec. Il s’agit manifestement d’une adresse mail créé spécialement pour ce commentaire. Il s’agit donc certainement d’un commentaire de mauvaise foi.

Usurpation de l’identité de Warning-Trading pour faire radier notre société

En mars 2022 Warning-trading.com a également fait l’objet d’une usurpation de son identité afin de demander fictivement sa liquidation. C’est une technique qui commence à se répandre, comme dans cette affaire de 2021 ou dans l’affaire Air Next.

Les scénarios varient beaucoup suivant l’objectif des escrocs. Dans le cas qui nous a concerné, il s’agissait essentiellement de nous mettre des bâtons dans les roues, nous punir et nous compliquer la vie.

Opération “La face cachée de warning-trading”

Ainsi avons-nous nommé une opération de diffamation en ligne d’une ampleur inédite.

Entre décembre 2019 et mai 2021, nous avons vu fleurir près de 16 sites ou blogs publiant 76 articles dont 32 critiques violemment Warning-Trading.

Ces 16 sites sont anonymes, stéréotypés et médiocres. Ils ne disent rien sur eux-mêmes et ne se présentent nulle part. Ils ne publient à chaque fois que 3, 4 ou 5 articles dont une moitié sur des sujets divers et l’autre moitié sur Warning-Trading.

L’objectif est évident: nuire au référencement et à la réputation de Warning-Trading en nous assimilant dans l’esprit des victimes à la clique des escrocs du web.

Une campagne de ce type coûte peu cher et bien qu’elle soit illégale, elle présente très peu de risques judiciaires. Et lutter contre ce genre de diffamation coûte cher.

Pour en savoir plus, lisez cet article détaillé.

Intimidation judiciaire et procédure bâillons

Contre le journalisme d’investigation, les puissants recouvrent fréquemment à la technique de la procédure bâillons. L’objectif n’est pas de contester réellement le contenu d’un article mais de faire pression financièrement sur les journaliste en augmentant autant que possible le coût judiciaire de la procédure.

Quelques exemples sont connus. Les avocats de Vincent Bolloré ont pour consigne d’attaquer systématiquement et par toutes les voies, moyens et juridictions possibles. Serge Dassault a pour habitude de poursuivre les journalistes qui enquêtent sur lui… et de se désister la veille de l’audience sur au fond. Ainsi, il n’est pas débouté et ne risque pas d’être condamné à payer des frais de justice tout en forçant les journalistes à attaquer à dépenser de l’argent pour se défendre à fond perdu. Cette possibilité de se désister même à la veille de l’audience est propre au droit de la presse. Cela facilite considérablement l’abus de droit. Une procédure prévue pour assurer la justice est ainsi détournée par des puissants qui s’en servent pour faire pression sur les journalistes.

C’est exactement ce qui nous est arrivé avec FXGM. Nous enquêtons depuis plusieurs années sur ce courtier israélo-chypriote qui a fait de nombreuses victimes en France et à l’étranger. Il nous a attaqué en diffamation, ce qui nous a obligé à payer pas mal d’argent à un avocat, pour se désister la veille de l’audience au fond… FXGM devinait qu’il allait perdre. Ses successeurs se portent très bien…

Depaho Invesus désistement Gaiardo Warning trading
Extrait de la décision de justice prenant acte du désistement de Depaho et Invesus la veille de l’audience sur le fond

Warning-Trading, cible d’attaques répétées par déni de service

Depuis sa création, Warning-Trading.com a maintes fois fait l’objet de ce que l’on appelle des attaques par déni de service, sans aucun doute possible commandée par des escrocs qui voulaient nous punir de nuire à leurs affaires.

Ces attaques sont ordonnées par des pirates informatiques qui disposent d’un parc d’ordinateur zombies ou botnet, c’est à dire des ordinateurs qui ont été infectés par un virus informatique permettant au pirate d’en prendre le contrôle. 10 à 12% du parc mondial d’ordinateur seraient ainsi infectés. Cela permet au pirate d’ordonner à ces ordinateurs de se connecter tous en même temps à un même site internet. Les connexions sont tellement nombreuses que le serveur du site attaqué ne peut pas y répondre et n’affiche plus de contenu.

Pour éviter ces attaques, il faut recourir à des services d’hébergement plus cher qui repèrent ces tentatives de connexion massives et mettent aussitôt en place des filtres de connexion. Une fois de plus, cela renchérit les coûts de fonctionnement de notre site. C’est l’objectif des escrocs qui se vengent de cette manière. Cela signifie qu’ils disposent d’importantes resources. En effet, louer un parc de botnet pour réaliser ce genre d’attaques coûte beaucoup d’argent.

Les insultes et les menaces

“On va vous retrouver et vous coupez les jambes”. C’est ainsi qu’un escroc nous a adressé un jour sa colère. Il venait de découvrir l’un de nos articles dénonçant une escroquerie monté par lui. L’amputation promise n’est jamais arrivée.

menace warning-trading
Extrait d’un mail de menace reçu par Warning-Trading.com

Le niveau d’orthographe et de langage de ce genre de menaces donne une indication sur la psychologie et le niveau socio-culturel des personnes qui montent ces escroqueries.

Philippe Miller Warning Trading
Commentaire insultant que nous avons du modérer sous l’un de nos articles.

Les insultes que nous recevons sont parfois le fait de victimes auxquelles les escrocs ont réussi à faire croire que nous sommes nous même des escrocs. En général, il suffit de quelques échanges pour faire comprendre à ces victimes qu’elles ont été doublement dupées.

Troll Warning Trading Giscard Assogba
Commentaire d’un troll nommé Giscard Assogba

Un certain Sébastien Isquierdo se fait passer pour Warning-Trading.com

“Je viens de recevoir un appel d’un certain sébastien isquierdo (01 87 68 12 52) qui se réclame de warning trading et me demande ma pièce d’identité pour une récupération de fonds auprès d’escrocs. Fait il partie de votre personnel? son mail sébastienisquierdo@protonmail.com”

Message reçu le 7 juillet 2022

La réponse: non.

D’autres tentatives avec d’autres noms:

Traitement des données en cours
Merci de bien vouloir patienter