COVID 19: 10 000 écouvillons utilisés plusieurs fois dans un aéroport indonésien

Les dernières tendances Philippe Miller Publié le 26 mai 2021 à 15:36    Temps de lecture: 4 min
| Warning Trading

Selon la police indonésienne, jusqu’à 10 000 passagers de compagnies aériennes pourraient avoir été testés pour le Covid 19 avec des écouvillons nasaux réutilisés dans le cadre d’une escroquerie qui a rapporté des milliers de dollars à ses auteurs.

5 employés d’une entreprise pharmaceutique arrêtés

Cinq employés de la grande entreprise pharmaceutique indonésienne Kimia Farma ont été arrêtés le 27 avril pour avoir prétendument lavé et reconditionné des kits d’écouvillons nasaux à antigène rapide, et les avoir utilisés sur des passagers à l’aéroport international de Kualanamu à Medan, dans le nord de Sumatra.

L’Indonésie exige que tous les passagers fournissent un test de dépistage du coronavirus négatif avant d’embarquer sur un vol intérieur, et la société vend les kits de test à l’aéroport de Medan. Ce n’est pas la première fois que des escrocs profitent du Covid pour monter une arnaque.

10 000 passagers testés avec des écouvillons usagés

Selon la police, l’escroquerie dure depuis environ quatre mois. Le porte-parole de la police de Sumatra Nord, le commissaire Hadi Wahyudi, a déclaré que les autorités enquêtaient toujours sur le nombre de victimes affectées par les écouvillons réutilisés. “Ils ont commencé leur crime le 17 décembre 2020. Si chaque jour ils ont 50 à 100 clients, le nombre de victimes est estimé à environ 10 000”, a-t-il déclaré.

Les suspects sont accusés d’infractions à la loi indonésienne sur la santé, qui prévoit une peine maximale de dix ans d’emprisonnement en cas de condamnation, et à la loi indonésienne sur la protection des consommateurs, qui prévoit une peine maximale de cinq ans d’emprisonnement.

Du lavage des cotons-tiges jusqu’au reconditionnement

Parmi les personnes arrêtées figure le directeur commercial de Kimia Farma à Medan. Selon la police, chaque suspect avait un rôle différent à jouer dans l’escroquerie, depuis le lavage des cotons-tiges usagés jusqu’au reconditionnement du kit et à la livraison des échantillons au laboratoire.

La police a trouvé des cotons-tiges recyclés, des emballages recyclés et 149 millions de roupies (10 000 dollars) en espèces lors de la descente de police qui a permis d’arrêter les cinq suspects. Les passagers ont payé 200 000 rupiahs (14 $) pour chaque écouvillon de test antigénique.

De avocats prévoient une action civile

Selon le South China Morning Post, deux avocats qui sont passés à plusieurs reprises par l’aéroport de Medan au cours des derniers mois prévoient d’engager une action civile collective contre la compagnie pour obtenir des dommages et intérêts d’un milliard de rupiahs (69 000 dollars) pour chaque passager concerné.

Le ministre indonésien des entreprises publiques, Erick Thohir, a déclaré dans un message sur Twitter la semaine dernière que les personnes impliquées devraient faire l’objet d’une “sanction très stricte”.

L’Indonésie, quatrième nation la plus peuplée du monde, a connu l’une des pires épidémies de Covid en Asie. Plus de 1,6 million de cas et 46 000 décès ont été enregistrés depuis le début de la pandémie, selon l’université Johns Hopkins.

En début de semaine, le ministère indonésien de la santé a confirmé que deux patients étaient atteints de la variante B.1.617 du virus Covid, identifiée pour la première fois en Inde. Le pays a enregistré une moyenne quotidienne d’environ 5 000 cas de Covid-19 au cours de la semaine dernière.

Les autorités s’inquiètent de l’impact de la prochaine fête de Mudik, au cours de laquelle des dizaines de millions de personnes se rendent dans leur ville natale pour voir leur famille et célébrer l’Aïd al-Fitr, la fin du Ramadan.

Afin d’enrayer la propagation du Covid-19 pendant les festivités de l’Aïd, le gouvernement indonésien a interdit tous les voyages intérieurs du 6 au 17 mai. Cette interdiction concerne les déplacements publics et privés, y compris les voitures, les motos, les bus, les trains, les ferries, les bateaux et les avions.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin
Philippe Miller

Cet article a été écrit par Philippe Miller
Journaliste professionnel, télé et web, carte de presse n°115527, depuis 2010, spécialiste des arnaques financières, des paradis fiscaux et des mafias.

Les commentaires sont fermés.

Les dessous de l'arnaque

Comment vérifier qu'un site internet n'est pas une arnaque ? Pourquoi les sites de Forex et de CFD sont presque toujours une
arnaque Pourquoi le Marketing Multiniveau ou MLM est-il si souvent
assimilé à des arnaques ?

Publicités

La vengeance des escrocs
L'industrie des arnaques sur internet - Warning Trading
Devenez Contributeur - Warning Trading
Traitement des données en cours
Merci de bien vouloir patienter