Du Forex à la vente de diamants en ligne, Ramat-Gan attire les escrocs

Actualité,International juin 14, 2017 09:54 aucun commentaire

Officiellement, Ramat-Gan est une ville autonome de 140.000 habitants. Mais dans les faits, même si elle dispose d’une mairie et de ses propres services municipaux, elle passe pour une annexe de Tel-Aviv, sa grande voisine qui en a fait son quartier d’affaires. Car c’est à Ramat Gan que sont installées de nombreuses entreprises financières ainsi que l’une des plus grandes bourses aux diamants du monde.

Autour de cet immeuble plutôt froid prospèrent également des officines de toutes sortes. Et notamment des entreprises proposant aux investisseurs étrangers de « sécuriser leur épargne » en investissant dans la pierre. Ces sociétés opèrent partout en Europe sous différents noms. Mais elles sont souvent basées en Israël. A Ramat Gan bien sûr, mais également à Tel-Aviv. Leurs sites internet sont alléchants et bien conçus. Ils présentent leur produit comme une « valeur refuge » contre l’érosion de l’épargne. Outre la promesse d’un taux d’intérêt de 8% bien supérieur à ceux pratiqués dans le secteur bancaire, ils promettent de garder le diamant dans un coffre en zone franche (économie de TVA) afin de le revendre, prétendument au profit du client, lorsqu’il aura pris de la valeur.

Après le Forex, le Diamant…

En réalité, cela ne se passe jamais comme prévu. Parce que les diamants proposés à la vente ne valent pas grand-chose, que leur prix est surévalué, et que l’investisseur ne revoit quasiment jamais son argent. Ces derniers mois de nombreux épargnants français et belges se sont plaints d’avoir été grugés par ces sites internet qui leur proposaient un « investissement alternatif » censé remplacer leur livret d’épargne.  Au point que l’AMF, l’autorité française des marchés financiers (AMF) et la FSMA, son homologue belge,  se sont décidées à publier une mise en garde au début de l’année 2017.

L’arnaque aux diamants s’apparente beaucoup à l’escroquerie au forex et aux options binaires puisque ses cerveaux utilisent les mêmes méthodes d’hameçonnage : d’abord on attire le client potentiel via internet puis ont le harcèle par téléphone jusqu’à ce qu’il cède en investissant de plus en plus. Plusieurs de ces plateformes téléphoniques opèrent actuellement à partir de la région de Tel-Aviv. Leur personnel est généralement composé de nouveaux immigrants francophones et anglophones payés à l’heure prestée plus un bonus en fonction des affaires réalisées.

Nouvelle vague de recrutement

A la mi-mai, un certain « Monsieur Simon» a ainsi convié une poignée de demandeurs d’emploi francophones à une « réunion de présentation » dans un café de la rue Bograshov, l’une des artères de Tel-Aviv fréquentée par les Français fraîchement débarqués dans l’Etat hébreu.  Pour l’anecdote, on retiendra que la réunion se déroulait à quelques mètres d’une boucherie dans laquelle a investi Gilbert Chikli, le père-fondateur de l’escroquerie au président, une arnaque qui permet à des aigrefins de pomper dans les caisses d’une entreprise en se faisait passer pour son dirigeant.

Quoi qu’il en soit, ce soir-là, « Monsieur Simon » a expliqué à son auditoire qu’il recherchait des gens susceptibles de travailler sur une plateforme téléphonique VOIP. Il ne nous a pas été donné de suivre toute la réunion mais nous avons clairement entendu le recruteur expliquer aux candidats qu’il s’agirait pour eux de « s’accrocher au prospect quoi qu’il en coûte». Jusqu’à ce qu’il accepte d’effectuer un premier achat.

L’arnaque, un véritable fonds de commerce pour certains Israéliens

Ce n’est pas un hasard si les méthodes des escrocs du trading en ligne s’apparentent à celles des vendeurs de diamants puisque certains acteurs du premier secteur se tournent progressivement vers d’autres moins exposés aux investigations judiciaires. En effet, après avoir connu une période faste entre 2010 et 2016 les escrocs du forex (trading en ligne) et ceux des options binaires sont aujourd’hui à la peine. Certes, leur business prospère encore mais les plaintes d’investisseurs grugés se sont accumulées et des instructions judiciaires sont en cours en France, en Belgique, ainsi que dans plusieurs autres pays. En Israël même où sont installées ces sociétés, la Knesset étudie une législation susceptible de limiter leurs abus.

Voilà pourquoi les acteurs du Forex cherchent d’autres arnaques juteuses. La vente de diamants sans grande valeur bien sûr, mais également les assurances médicales sans couverture réelle, les panneaux photovoltaïques à un prix prétendument « sans concurrence », les diamants, et même les assurances vie qui n’assurent pas grand-chose. Dans cette course au n’importe quoi, le pompon revient cependant à une plateforme téléphonique installée à proximité de l’état-major général de l’armée israélienne et qui a, pendant quelques mois en 2017, proposé de la bibine présentée comme des vins de grand cru et….du sucre pour diabétiques.

Tel-Aviv, Serge Dumont.

Serge Dumont

Un article de
Serge Dumont

Dans le même genre

Une réaction, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Services de vérifications

Un petit clic vaut mieux
qu’une grande claque


je vérifie

Résoudre un litige

Les courtiers savent profiter de la situation ; la grande majorité d'entre eux gagnent de l'argent sur les pertes de leurs clients !

  • Impossible de retirer des fonds ?
  • Comptes gérés perdants ?
  • Refus d'enregistrer vos gains ?
  • Professionnel indélicat, injoignable ?

Derniers articles

Traitement des données en cours
Merci de bien vouloir patienter