Forums sur le web : le nouvel instrument de désinformation commerciale?

France,VOUS INFORMER septembre 19, 2018 14:16 commentaire

Les forums ou plateformes de discussions sur Internet pullulent et tous les sujets sont abordés pour laisser son commentaire ou son avis : qualité d’un service professionnel, robustesse d’un nouvel équipement, légitimité de telle entreprise ou telle autre…. Malheureusement, ces lieux virtuels de prétendues « discussions » sont animés par des modérateurs intéressés qui laissent, en toute impunité, passer des commentaires fallacieux et diffamatoires par des personnes anonymes. Entre les ragots et les médisances sous couvert d’anonymat, ces forums restent des instruments de désinformation dont l’objectif est avant tout de nuire à autrui. Eclairage sur cette mécanique.

Avoir conscience des mascarades du web

Le numérique a les défauts de ses qualités… En effet, comment prétendre à commencer une conversation constructive lorsque les participants ne sont pas identifiables et que l’échange d’informations est basé sur des messages écrits ? Les forums sont sans visage et sans voix mais laissent la place à la pression conformiste du groupe sur l’individu. Pas de faits mais des paroles… L’objectif de ces forums est d’exposer des ragots et de la médisance pour manipuler l’opinion.

Internet est un outil puissant pour s’informer, mais un potentiel instrument de propagande où les sources sont floutées voire manipulées et les avis tronqués . Savez-vous, par exemple, que vous pouvez acheter des amis sur Facebook ? Ou créer des faux comptes pour multiplier les contre-vérités à l’égard de tel sujet ou telle personne ?

La viralité des Fake News est bien la preuve qu’Internet est faillible et que tout et son contraire peuvent se hisser au rang de vérité si l’information emprunte des canaux bien particuliers.

En parallèle, il faut aussi s’interroger sur le filtrage des moteurs de recherche. Google en tête. Ces forums ou plateformes, grâce à leur gestion pointue de toutes les formes de référencements, arrivent en tête de classement sur les moteurs de recherche alors qu’ils sont mal gérés et proposent tout sauf un débat participatif.

C’est d’ailleurs aussi à cause de ce même référencement que près d’un million de Français se sont déjà fait flouter par des faux sites administratifs. En tapant sur le moteur de recherche, « ministère des Finances », vous n’êtes pas à l’abri de voir s’afficher en tête de la liste, des sites frauduleux se faisant passer pour des services de l’État.

Enfin, la plupart de ces forums, animés par des gourous qui se font appelés « modérateur de propos » ont pour objectif de remplacer la preuve par le ragot et la force du fait par la médisance.

33 % des avis des consommateurs sur le web sont faux

En cotobre 2017, le DGCCRF (Direction Générale la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a mené une enquête sur les avis des consommateurs retrouvés sur les plateformes ou forums du Web.

Résultats ?

Un avis sur trois est faux. Impossibles à reconnaitre, ces avis sont rédigés par les professionnels eux-mêmes, sous des faux comptes, pour mettre en avant leurs services ou pour discriminer celui de la concurrence. Ce phénomène est déjà présent sur la toile depuis 2010 et toucherait tous les secteurs. D’autres ont recours aux paiements d’avis favorables et d’autres encore, n’hésitent pas à supprimer ou cacher des avis négatifs.

Des fausses modérations démasquées

Récemment, une troisième forme de tromperie a été démasquée : le mensonge sur le processus de modération de nombreux sites Internet. Des fraudeurs affirmeraient ainsi avoir recours à des normes (comme la certification NF Z 74-501) fixant des conditions de vérification alors qu’il n’en est rien. Ces normes ont d’ailleurs pour objectif de certifier le bon processus de collecte, de modération et de restitution des avis.

En 2016, cinq professionnels auraient fait l’objet d’un avertissement pour des références abusives à la certification de leur avis d’après les résultats affichés par la DGCCRF.

D’après l’autorité de la concurrence, 74% des internautes auraient déjà renoncé à acheter un produit ou avoir recours à un service à cause de commentaires ou d’avis négatifs et 41% auraient déjà réalisé un achat spontané à la suite d’un avis positif.

Enfin, et ce depuis janvier 2018, tout manquement aux règles en vigueur (Décret n° 2017-1436 du 29 septembre 2017 relatif aux obligations d’information relatives aux avis en ligne de consommateurs) pourrait coûter cher : 75 000 euros pour une personne physique et 375 000 pour une personne morale.

 

 

Nicolas Gaiardo

Un article de
Nicolas Gaiardo

Une réaction, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 commentaire

  • Aubin le 1 octobre 2018 at 11 h 38 min Répondre

    Merci pour cet article qui sonne si vrai ! Le pire ce sont les forums qui se veulent des comparateurs d’offres mais en fait placent ceux qui les payent en avant sous couvert de neutralité et d’analyse. Intéressant de voir par exemple NetBusinessRating qui s’errige en combattant d’arnaques du Web tout en laissant des brèches béantes et des modérateurs incompétents dicter leur loi sans jamais avancer aucune preuve solide. Il suffit de taper « avis sur Netbusinessrating » sur un moteur de recherche pour constater que tout le monde fait le même constat !
    La tromperie est bien vue: prétendre être le justicier quand on est le voleur ! Ripoux ? 🙂
    Enfin, ce n’est qu’un avis d’un internaute qui a le sentiment d’avoir été abusé !

Traitement des données en cours
Merci de bien vouloir patienter