Le premier site d'information dédié aux victimes d'escroqueries financières.

Immobilier : des footballeurs pros pris dans les filets d’un réseau français

Actualité, France, Vous informer juillet 3, 2019 08:41 aucun commentaire

Un appât nommé niche fiscale

L’Équipe a révélé début février une arnaque immobilière de grande ampleur dans le monde professionnel du ballon rond. Plus de soixante joueurs français et étrangers se sont endettés après avoir effectué des placements financiers douteux dans l’immobilier. Selon L’Équipe, ces joueurs, ayant évolué en Ligue 1 (OM, OL, PSG) en Ligue 2 et dans des Championnats étrangers, auraient été dupés au début des années 2010 par des apporteurs d’affaires (Sport Pro courtage) et conseillers de gestion de patrimoine. Le but de ces investissements immobiliers ? Obtenir des déductions fiscales intéressantes.

Les bâtiments (châteaux, appartement, maisons etc…) étaient vendus comme appartenant aux monuments historiques et nécessitant d’importantes rénovations. Dans le cadre de la loi Malraux, les investisseurs pouvaient réaliser des réductions d’impôts. Le préjudice s’élèverait entre 40 et 100 millions d’euros, selon L’Équipe. Pire encore, certains joueurs auraient des prêts bancaires à rembourser et des redressements fiscaux pour avoir bénéficié de réductions non justifiées . Injustifié, car les travaux n’ont pas été réalisés et/ou les monuments n’étaient pas éligibles à cette niche fiscale.

Un préjudice de 40 à 100 millions d’euros

D’autres footballeurs ont confié que leur signature avait été imitée sur des actes d’achats notariés.

« Il semblerait que certains notaires et quelques banquiers aient fermé les yeux pendant plusieurs années, ce qui a facilité les choses. Des joueurs sont endettés de plusieurs millions d’euros. Certains sont ruinés », a commenté au quotidien sportif Yassine Maharsi, l’avocat de plusieurs joueurs.

Avant d’ajouter : « Avec cette affaire, nous sommes en Ligue des champions de l’escroquerie ».

Pour donner suite aux plaintes, des enquêtes se poursuivraient actuellement dans les villes de Narbonne, Nîmes, Tancarville, Vichy ou encore Monaco.

Cet articlé a été écrit par Nicolas Gaiardo

Une réaction, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traitement des données en cours
Merci de bien vouloir patienter