Le patron de la startup Rifft soupçonné d’escroquerie au crowdfunding

Actualité,France avril 9, 2018 11:00 aucun commentaire

Le PDG de la startup Rifft, spécialisée dans les nouvelles technologies, a été interpellé début mars 2018 puis placé en détention provisoire à Annecy. L’homme est soupçonné d’avoir détourné 4 millions d’euros.

Lucas Goreta est soupçonné d’avoir détourné près de 4 millions d’euros par l’intermédiaire d’une campagne de crowdfunding. Déjà condamné pour escroquerie, le patron de Rifft présentait des produits innovants pour attirer les investisseurs.

4 millions d’euros détournés

La startup Rifft pour Research & Innovation for future technologies avait de quoi séduire les geeks. Créée à Sophia Antipolis en 2014, la société avait déjà lancé des produits reconnus comme les bracelets connectés CT Band qui s’adaptent à tous les cadrans de montres ou encore les tables à induction Wi Surf pour recharger les appareils mobiles. Elle avait présenté ses innovations deux années consécutives au CES Las Vegas. Lors du CES Unveiled Paris en octobre 2017, Rifft a d’ailleurs reçu deux grands prix pour son Wi Surf.

Apparemment, ce n’était qu’une arnaque qui a conduit Lucas Goreta devant la justice avec une mise en examen pour escroquerie. Ses produits ont séduit plus de 10.000 investisseurs sur les plateformes de financement participatif. Certains ont reçu un « bracelet chinois à 29 euros » alors qu’ils l’avaient payé 149 euros pour la version plastique et 209 euros pour la version cuir. D’autres n’ont rien reçu et se sont tournés vers la justice pour obtenir des explications. Le patron de Rifft est désormais soupçonné d’avoir détourné 4 millions d’euros via des levées de fonds et des campagnes de crowdfunding qui n’ont jamais abouti. Il promettait à certains utilisateurs 15 % de recettes et à d’autres un bracelet moins cher que celui proposé avec une livraison prévue pour 2016. Le PDG a récemment été interpellé à Annecy.

Rien ne pouvait laisser penser qu’il s’agissait d’une arnaque puisque CT Brand avait ouvert sa commercialisation à travers plusieurs partenariats et notamment des distributeurs de montres. Quant à Wi Surf, son développement avait pris un peu de retard mais les pourparlers étaient déjà engagés avec les fabricants de meubles afin de pouvoir intégrer les modules.

Lucas Goreta déjà condamné pour escroquerie

Les enquêteurs se sont aperçus que Lucas Goreta, fondateur de Rifft, s’était déjà fait remarquer pour des affaires d’escroqueries. En effet, en 2007, il a été condamné à 18 mois de prison avec sursis et 5 ans d’interdiction de gérer une entreprise. Tout comme le célèbre escroc Bernard Madoff condamné à 150 années de prison en 2009, l’homme avait mis en place une chaîne de Ponzi. Il s’agit d’un système financier pyramidal qui consiste à utiliser l’argent des nouveaux venus pour rembourser les investisseurs précédents. Au final, les investisseurs n’ont pas financé son innovation mais bien le compte en banque des dirigeants. Son nom est également cité dans des affaires d’escroquerie en Gironde et dans le Calvados. Mais cette fois, la peine prononcée à l’encontre de Lucas Goreta risque d’être bien plus lourde.

Nicolas Gaiardo

Un article de
Nicolas Gaiardo

Dans le même genre

Une réaction, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traitement des données en cours
Merci de bien vouloir patienter