Le trading illégal menace l’Afrique du Sud

Actualités,International janvier 23, 2017 14:13 aucun commentaire

Avec une législation européenne de plus en plus drastique et une méfiance grandissante des investisseurs particuliers, la plupart des traders illégaux sentent le vent tourner et regardent désormais en direction du continent africain. Projecteur sur l’Afrique du Sud.

Abidjan Tv, Mali Actu, The Swazi Observer, News Zimbabwe…. un nombre incalculable de médias africains ne cessent de répéter, en boucle, l’histoire extraordinaire d’un jeune sud-africain de 23 ans, Sandile Shezi, devenu multimillionnaire grâce au Forex. Comme un refrain, chaque tribune africaine reprend en coeur : « issu d’un quartier pauvre de Durban, le jeune homme fait ses premiers pas dans le monde entrepreneurial à l’âge de 12 ans en vendant des gâteaux puis il se lance dans la commercialisation des vêtements mettant entre parenthèses ses études. Quelques années plus tard, Sandile Shezi découvre sa passion pour le trading et en un temps record, il fait fortune et décide de créer sa structure de formation en trading. »

Comme les joueurs de football, les investisseurs sur le Forex incarnent l’espoir d’anéantir la fatalité de la pauvreté. Savoir trader serait la clef de la prospérité financière…

 

Faire miroiter la jeunesse africaine

Sandile Shezi affiche ostensiblement la panoplie du millionnaire : montres, costumes sur mesure, voitures de luxe, villas tout confort, jet privé… Son profil Facebook, ouvert depuis 2013, le présente au travail, derrière un PC ou en train de donner des cours de trading à des élèves très attentifs. On le voit aussi profiter sagement de son argent. Tout est calculé, pas de débordement….  Par la même occasion, il sollicite les jeunes à s’inscrire sur sa plateforme du Global Forex Institute, sa compagnie de formation et de trading installée à Durban. Pour rappel, le continent africain compte 350 millions d’internautes dont 146 millions d’entre eux sont des utilisateurs actifs de Facebook. Une aubaine pour les traders illégaux! Cependant, plusieurs indices viennent remettre en question la véracité de l’histoire de Sandile Shezi. Tout d’abord, la presse africaine apparait être très unanime quant à la présentation du mythe Sandile Shezi. Comme si chaque article de presse était un communiqué de presse dénué de spontanéité. Sandile Shezi est intouchable ! Presque puisqu’on pourra lire dans un article de News 24 de septembre 2015  que le partenaire d’affaire très discret de Sandile Shezi, David Van der Riet (surnommé George Van Der Riet) possède un passé très sulfureux à Londres, en Angleterre. Il trainerait derrière lui quelques affaires judiciaires plutôt alarmantes…

photo sandile shezi et George Van Der Riet

Par ailleurs, les cours de formation au trading proposés par le Global Forex Institute ont fait l’objet d’une accusation de plagiat. Ces cours seraient fortement similaires à ceux proposés sur le site Babypips, un guide gratuit pour les débutants sur le forex. La société Global Forex Institute propose, comme pour « faire écran », des formations en groupe au trading, mais il est possible d’investir sur différents produits financiers avec une société partenaire nommée TDM Holdings Inc. Celle-ci est enregistrée et réglementée par le Financial Services Authority (FSA) de Saint-Vincent et les îles Grenadines sous le numéro 23129 IBC. La TDM Holdings Inc. serait spécialisée dans les CFD, options binaires, les métaux précieux, l’énergie et les indices.

Autrement dit : tout ceci est de la mascarade. Les cours de forex dispensés par une âme bien charitable nommée Sandile Shezi ne seraient qu’un leurre.

Afrique du Sud : la porte d’entrée vers le continent?

Le pays est une place de choix pour les traders illégaux anglophones : il compte près de 27 % du PIB de l’Afrique subsaharienne et 60 % de celui de l’Afrique australe. L’Afrique du Sud est la deuxième économie d’Afrique après le Nigeria, mais surtout la plus développée. Dans sa stratégie mondiale, Pretoria tisse des liens économiques étroits avec ses partenaires des BRICS (Brésil-Russie-Inde-Chine-Afrique du Sud), dont la Chine qui est devenue son premier partenaire commercial étatique. Sur le plan de la connexion à internet et d’après l’étude de Medianet publiée en décembre 2016, l’Afrique du Sud comptabilise 14 millions d’utilisateurs Facebook, soit 10% des utilisateurs Facebook sur la totalité du continent africain. C’est la quatrième place dans le TOP 10 africain après l’Égypte, l’Algérie et le Nigéria.

Une offre de traders en plein boom

FXCM South Africa, créé en 2015, a obtenu une licence du régulateur financier FSB en février 2016. La société agit à titre de broker introducteur auprès de l’unité britannique du groupe FXCM et un site Internet a été spécialement conçu par le broker pour sa clientèle sud-africaine. Il s’agit de www.fxcm.za.com. Dany Mawas ancien commercial de FXCM France en a pris la responsabilité comme Sales Associates. On retrouvera aussi d’autres brokers  sur le territoire comme Avatrade, FXPro et Ironfx. Preuve que le trading trouve son public : le 28 et 29 avril prochain se déroulera à Johannesburg, le Forex Expo Africa.

Parmi tous ces brokers, il sera difficile pour les particuliers sud-africains de différencier la plateforme plus ou moins raisonnable de celle relevant de l’escroquerie.

 

Nicolas Gaiardo

Un article de
Nicolas Gaiardo

Tout a commencé le jour où l'entreprise pour laquelle je travaillais est entrée en bourse. En l'espace de quelques jours je venais de toucher du doigt ce monde financier. Avec un petit [...]

Une réaction, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Services de vérifications

Un petit clic vaut mieux
qu’une grande claque


 JE VÉRIFIE 

Résoudre un litige

Les courtiers savent profiter de la situation ; la grande majorité d'entre eux gagnent de l'argent sur les pertes de leurs clients !

  • Impossible de retirer des fonds ?
  • Comptes gérés perdants ?
  • Refus d'enregistrer vos gains ?
  • Professionnel indélicat, injoignable ?

Derniers articles

Traitement des données en cours
Merci de bien vouloir patienter