Le premier site d'information dédié aux victimes d'escroqueries financières.

L’industrialisation des fraudes aux investissements

Actualité, Vous informer décembre 6, 2019 07:34 aucun commentaire

Les arnaques financières explosent et on parle désormais « d’escroqueries sophistiquées » ou de « délinquance financière astucieuse » tenues par des bandes organisées en France ou à l’étranger. Entre juillet 2017 et juin 2019, l’escroquerie en ligne aurait coûté plus d’un milliards d’euros aux épargnants français.

Des rendements oscillant entre 6% et 12%

En septembre, l’AMF (Autorité des Marchés Financiers) et l’ACPR (Autorité de Contrôle Prudentiel et de résolution) ainsi que le parquet de Paris se sont réunis pour dénoncer les activités qui prennent une ampleur « industrielle ».

Les plateformes sont des sites internet « apparemment » sérieux qui proposent des placements atypiques aux rendements important, oscillant entre 6% à 12%.

Le scénario est souvent le même. Une fois que l’épargnant a déposé une première somme d’argent, il se voit rassuré par un premier bénéfice. Mis en confiance, il dépose une nouvelle somme. Finalement, il ne reverra pas la totalité de son argent.

Les deux tiers des sommes perdues sont le fait des personnes âgées de plus de 60 ans. Ce sont des victimes idéales qui concentrent l’épargne française et qui sont moins à l’aise avec les nouvelles technologies.

Une traque difficile pour l’Etat

Face à ce fléau, les pouvoirs publics, et notamment l’AMF, publie des listes noires (plus de 1000 entités répertoriées) et procède à la fermeture d’adresse internet. Cependant, ces listes ont toujours un temps de retard vis-à-vis du marché. En effet, les plateformes se volatilisent dans la nature pour réapparaitre avec un autre nom de domaine la semaine suivante.

La thématique des investissements se renouvellent sans cesse.

« Avant, c’était le Forex [ trading sur le marché des changes non régulé], aujourd’hui ce sont les diamants, les terres rares, le bitcoin et les crypto, les vins et grands crus, les vaches et les cheptels ! Le démarchage se fait par Internet, par mail et par téléphone, de manière insistante, depuis un numéro apparemment français. Ce sont des organisations très élaborées, opérées depuis l’étranger, avec des centrales d’appel et des personnes formées aux discours manipulatoires » a évoqué le procureur de Paris, Rémi Heitz lors d’une conférence de presse le 16 septembre dernier .

Sur le terrain, les enquêtes sont difficiles à mener à bien. Comme le souligne le procureur de Paris : « les investigations progressent, mais nous avons encore beaucoup de mal à mettre au jour ces réseaux. Les sommes sont versées sur des comptes bancaires étrangers, souvent en zone euro, des comptes « rebonds », avant de repartir très vite vers d’autres comptes dans des États beaucoup moins coopératifs sur le plan judiciaire. Nous diligentons systématiquement des enquêtes, mais le chemin reste difficile« . Avant d’investir, soyez prudent quant à l’identité de l’entreprise en question.

Cet articlé a été écrit par Nicolas Gaiardo

Une réaction, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traitement des données en cours
Merci de bien vouloir patienter