Retour à la case prison pour l’escroc Gilbert Chikli

Actualité,International octobre 11, 2017 12:39 aucun commentaire

Alors qu’il avait été remis en liberté deux fois, le pionnier de l’arnaque au faux président, Gilbert Chikli, a été réincarcéré et sera bientôt extradé vers la France.

Condamné à 7 ans de prison pour avoir initié une série d’escroqueries au « faux président », Gilbert Chikli a récemment été remis en liberté. Il a quitté la cellule qu’il partageait depuis à peine 1 mois avec Anthony Lasarevitch, également condamné pour diverses escroqueries. Suite à une décision de justice, Chikli a été réincarcéré en attendant une éventuelle extradition vers la France.

Quelques semaines de détention passées dans un relatif confort

Lors de sa détention dans une prison à quelques kilomètres de Kiev en Ukraine, l’escroc présumé Gilbert Chikli semblait disposer de « quelques avantages ». Sur une vidéo, on peut le voir un verre de vodka à la main et affirmant son intention de se soustraire à la demande d’extradition adressée par la justice française aux autorités ukrainiennes.

Lors de sa première arrestation le 18 août dernier, l’homme de 51 ans recherché par la France avait été interpellé en compagnie d’un ressortissant Franco-israélien. Il avait été remis en liberté une première fois un mois après. Toutefois, cette mesure était assortie d’une assignation à la résidence très stricte et de l’obligation de porter un bracelet électronique. Chikli avait pris la fuite et été retrouvé hors de la zone autorisée, près de l’aéroport de Kiev-Boryspil. Fin septembre 2017, un tribunal ukrainien a rendu la liberté totale au pionnier de l’arnaque au « faux président », considérant que son placement en détention était « illégal ». Cependant, la cour d’Appel de Kiev a annulé, à la demande du Parquet, cette décision qui plaçait Gilbert Chikli en liberté surveillée.

Gilbert Chikli, le pionnier des arnaques au faux président

Doté d’un grand sens de la persuasion, Gilbert Chikli avait pour habitude de contacter les grandes entreprises en se faisant passer pour le président de la société puis pour un agent des services secrets. Il se faisait remettre des sommes d’argent colossales en invoquant principalement la lutte contre le blanchiment d’argent et le terrorisme.

En 2015, il a été condamné par le tribunal correctionnel de Paris à payer un million d’euros d’amende et à purger une peine de 7 ans de prison. En effet, il avait escroqué de nombreuses sociétés dont Accenture, Alstom, HSBC, la Banque postale, le Crédit lyonnais et Thomson Technicolor. Le Parquet de Paris précise qu’au total, 33 banques ou sociétés et 52 employés ont été victimes de ses agissements. Finalement, près de 8 millions d’euros ont été détournés et 52 millions d’euros qui avaient fait l’objet d’un virement ont été récupérés in extremis. L’histoire de Gilbert Chikli a été adaptée au cinéma en 2015.

Si Gilbert Chikli est à l’origine de l’arnaque au « faux président », il n’en est pas l’interprète exclusif. Ce type d’escroquerie a commencé à se répandre massivement à partir de 2011. Les auteurs de ces arnaques sont nombreux et agissent bien souvent depuis l’étranger, notamment depuis Israël et la Chine. Alors que la coopération progresse peu à peu avec ces deux pays, les préjudices des victimes sont eux, toujours aussi importants.

Nicolas Gaiardo

Un article de
Nicolas Gaiardo

Dans le même genre

Une réaction, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Services de vérifications

Un petit clic vaut mieux
qu’une grande claque


je vérifie

Résoudre un litige

Les courtiers savent profiter de la situation ; la grande majorité d'entre eux gagnent de l'argent sur les pertes de leurs clients !

  • Impossible de retirer des fonds ?
  • Comptes gérés perdants ?
  • Refus d'enregistrer vos gains ?
  • Professionnel indélicat, injoignable ?

Derniers articles

Traitement des données en cours
Merci de bien vouloir patienter