Quelle mouche a piqué Deontofi.com ?

Warning Trading juillet 7, 2016 11:05 commentaires

 

Depuis plusieurs semaines, Warning Trading est la cible de dénigrements à répétition de la part du site Déontofi.com. Incrédule, nous avons pensé à une erreur. Mais nous n’avons essuyé que des refus de la part de Gilles Pouzin. C’est avec regret que nous nous sommes résolus à publier en réponse cet article. C’est l’ultime moyen qui nous est laissé pour espérer raisonner le directeur de cette publication. Sans changement de la part de déontofi, il ne restera plus que la réponse judiciaire à notre portée.

 deontofi

Warning Trading veut censurer les alertes anti-Forex de Déontofi.com”. C’est le titre choisi par Gilles Pouzin dans un article¹ en forme de réponse à la mise en demeure que nous lui avons fait parvenir. Par ce courrier, nous avions enjoint Déontofi de supprimer des propos de Monsieur Pouzin et certains commentaires qui avaient en commun de dénigrer le travail de Warning Trading. Ce courrier n’a reçu à ce jour aucune réponse. Mais Monsieur Pouzin s’est empressé de crier à la censure.

Des commentaires sans modérations

 

Démentons pour la forme : non, nous ne cherchons pas à censurer Déontofi. Nous voulons seulement défendre notre réputation contre des assertions non vérifiées, non filtrées, émanant de profils louches. La liberté d’expression n’est pas le droit de dire ou de laisser dire n’importe quoi. Nous regrettons que Monsieur Pouzin se serve de nos reproches pour se faire passer pour un martyre de la censure. La censure est une interdiction avant publication. La dernière fois que la France a connu ce régime de presse, c’était pendant la guerre d’Algérie.

Dans cet article accusateur, Gilles Pouzin lance un appel aux auteurs des commentaires défavorables à Warning Trading. Il leur demande de lui transmettre des preuves de ce qu’ils avancent. Cet appel à témoins est un curieux aveu. Il sous-entend que sur Déontofi aucun filtre ne vient tempérer les commentaires des internautes. Aucune vérification n’est pratiquée. La totalité des médias français font appel à des modérateurs professionnels qui se chargent de ce travail. Mais un petit site comme Déontofi n’a sans doute pas le volume d’activité nécessaire pour déléguer ce travail. Notre cas est assez bénin mais imaginez que les pages de Déontofi soient transformées en tribune pour des groupuscules politiques xénophobes. Gilles Pouzin oserait-ils crier à la censure le jour où la LICRA le sommerait de supprimer ces propos de son forum.

 

Un journaliste d’investigation qui ne fait aucune enquête

 

Nous sommes d’autant plus déçus par l’attitude de Déontofi que son directeur se présente comme un “journaliste d’investigation depuis plus de trente ans” et qu’il annonce depuis 8 mois une enquête sur notre cas. Nous n’avons toujours pas été contacté pour lui ouvrir nos portes et à notre connaissance, cette enquête n’a pas encore été publiée. Pour notre part, nous avons fait un rapide travail d’enquête sur les commentaires litigieux et nous avons rapidement découvert que ces commentaires relèvent du dénigrement gratuit et grotesque, très probablement commandé par des courtiers vengeurs à l’égard de Warning Trading.

Ces commentaires se trouvent à la suite d’un article² intitulé “Escrocs du trading forex et arnaques aux placement bidon”. Notre site y fait l’objet de discussions imprécises, erronées et parfois contradictoires.
A trois reprises pour être plus précis:

 

    1. Le 28 février 2015, un internaute conseille à une victime de nous contacter. Gilles Pouzin le rédacteur en chef de Deontofi incite à la méfiancedeontofi-commentaire
    2. Le 29 mai 2015, “15Cantal” prétend avoir fait appel à nos services un an auparavant environ (soit en mai 2014) après avoir été victime d’ ”Aston trading”. Cette personne aurait payé pour nos services et serait sans nouvelles de Warning Trading. Nous refuserions de répondre à ses appels. Et d’ajouter “Warning Trading, attention arnaque !!!”.
      deontofi-commentaire-negatif
      4 mois plus tard, Gilles Pouzin intervient en réponse à “15Cantal” pour surseoir à notre cas et redire ce que nous avons toujours dit: “Fuyez systématiquement toute personne qui vous démarcherait de la part de warning-trading”, après avoir annoncé que Déontofi enquête sur notre cas.
    3. Le 11 mai 2016, soit 8 mois après, Gilles Pouzin sort du bois et décide de dénigrer Warning trading par ces mots: “Nous continuons de déconseiller catégoriquement les lecteurs de Deontofi.com de donner leurs coordonnées ou des informations sur les arnaques au trading dont ils auraient été victimes, à des officines promettant de récupérer l’argent volé par les escrocs du Forex, qu’il s’agisse de Warning Trading, Broker Defense, Arnaques Forex, SOS Arnaques ou d’autres qui pourraient prétendre exploiter ce filon”.

deontofi-disuation

 

Le 1er juin 2016, une nouvelle conversation est engagée à notre sujet entre “Pierre D”, “Damien Daudet” et R.Y.” En 10 jours, 5 nouveaux posts, une fréquence assez étonnante en si peu de jours comparés aux posts précédents et qui auraient pu mettre la puce à l’oreille du modérateur de ce site. A ce jour, Gilles Pouzin n’y est toujours pas intervenu.

 

deontofi-denigrement

 

Déontofi une colonie de trolls du Forex ?

 

Le directeur de Déontofi s’est-il demandé qui peut bien être “15Cantal”? “15Cantal” affirme en mai 2015 avoir signé un contrat avec nous un an plus tôt, soit en mai 2014. Or, la société Warning Trading a été créé le 29 mai 2014 et nous avons décroché notre premier contrat en juin 2014. Un peu juste non ?

Gilles Pouzin a-t-il vérifié qu’Aston Trading existe bel et bien ? Le seul site qui répond à ce nom est une société anglaise. Notre expertise tend à nous faire penser que “15Cantal” fait plutôt référence à Aston Markets ou à “Aston Forex”³, deux courtiers non régulés d’origine israélienne qui ont fait beaucoup de victimes en France et dont plusieurs sont nos clients.

 

Compte tenu des doutes qu’inspire “15Cantal”, Monsieur Pouzin aurait probablement été conduit à s’intéresser à son adresse IP pour voir s’il est réellement localisé en France et dans le Cantal. Il aurait aussi pu essayer de contacter ceux de nos clients qui ont récupéré leur argent pour avoir d’autres sons de cloche. Il est difficile pour un journaliste d’ignorer qu’Internet est un espace où il est très facile de maquiller son identité. Cependant c’est aussi un espace qui permet de faire des vérifications en quelques clics.

Pourquoi refuser obstinément d’écouter nos arguments ?

 

Dans tous les cas, il aurait été judicieux de nous contacter pour avoir notre version des faits et pouvoir la vérifier lui-même, comme l’exige les méthodes classiques de l’enquête journalistique, surtout si l’on prépare une enquête de plus de 8 mois !

Nous avons voulu confronter Gilles Pouzin à ces arguments. “Vous n’avez qu’à répondre aux commentaires de l’article par un nouveau commentaire”. Non merci. Ce serait faire le jeu de la course au buzz qui ne vise qu’à augmenter l’audience d’un site en nous volant un peu de notre réputation pour attirer des lecteurs. Ce n’est pas à nous de faire le travail du directeur de la publication d’un site, seul responsable devant la justice pour les contenus qu’il publie ou qu’il laisse en ligne dès lors que leur illégalité est avérée.

Depuis plus rien. Silence radio. Nos mails restent sans réponse. On ne se parle plus que par lettres recommandées et probablement par avocats interposés si rien ne change.

Les accusations portées par ces messages sont approximatives, partiales et souvent incohérentes. Quand nous réussissons à les comprendre, il nous faut répondre à chacune d’elles :

 

    • Il nous est reproché de négocier avec des courtiers chypriotes plutôt que d’aller au contentieux.
      C’est une stratégie qui nous permet de récupérer les fonds perdus dans plus de 90% des cas parce que ces courtiers savent très bien qu’ils sont en tort. Et elle est clairement expliquée à nos clients qui peuvent l’accepter ou décider d’aller au contentieux malgré les propositions de remboursement du courtier. De toute façon, avant d’aller au contentieux, il est indispensable de tenter de trouver un accord.

 

    • Il nous est reproché d’avoir pour partenaire des courtiers.
      C’est un reproche que nous avons devancé il y a quelques semaines. Nous avons mis fin à tous nos partenariats il y a quelques semaines pour être déontologiquement irréprochables, comme nous l’avons expliqué dans l’un de nos articles4.

 

    • Il nous est reproché d’avoir berné la presse.
      Si nous avons berné la presse, c’est que la presse ne fait pas son boulot de vérification et c’est à la presse que vous devriez vous en prendre. Notons qu’être “journaliste d’investigation depuis près de 30 ans” ne préserve pas d’erreur grossière. A moins que justement, la presse n’ait fait correctement son travail d’enquête et de vérification. Nous avons été interviewés par Envoyé Spécial sur France 2, La Tribune, BFM Business et d’autres. Gilles Pouzin trouvera facilement leurs coordonnées sur internet s’il estime utile de faire des vérifications.

 

    • Il nous est reproché de faire les démarches que les victimes pourraient réaliser elles-mêmes.
      C’est vrai. Vous pouvez aller au restaurant ou cuisiner vous-même, rénover votre appartement vous-même ou faire appel à un entrepreneur, déposer vos chaussures chez le cordonnier ou les réparer vous-même etc… Si nous avons des clients, c’est que beaucoup de gens préfèrent nous faire confiance plutôt que s’aventurer dans ces démarches.

 

    • Il nous est reproché de travailler avec des avocats incompétents ou pas français. 
      Notre siège social est à Sofia et c’est compréhensible si l’on prend en compte que la Bulgarie, comme Chypre, Malte ou Israël sont des plaques tournantes pour ces escroqueries. Si nous produisions de la paella, nous nous serions certainement installés en Espagne et personne ne songerait à nous le reprocher. Nous disposons d’un bureau de représentation à Paris. Nous avons donc noué des partenariats avec des avocats dans tous les pays où nous sommes amenés à intervenir.

 

    • Il nous est reproché d’usurper nous-même notre propre identité pour extorquer de nouvelles victimes. 
      Pourtant, nombre d’entreprises ou d’institutions ont été victime d’usurpation d’identité. Gilles Pouzin en a parlé à plusieurs reprises. Pourquoi considérer que cela ne pourrait pas arriver à Warning Trading? Et si ce risque existe bel et bien sur internet, pourquoi ne pas procéder à des vérifications basiques ?

 

Sources :

1. www.deontofi.com/warning-trading-veut-censurer-les-alertes-anti-forex-de-deontofi-com
2. www.deontofi.com/des-escrocs-du-trading-forex-deguises-en-gendarmes-boursiers
3. Aston Forex
4WARNING TRADING rompt ses partenariats publicitaires avec des courtiers

Nicolas Gaiardo

Un article de
Nicolas Gaiardo

Une réaction, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

2 commentaires

  • Berthoumieux le 5 juin 2017 at 2 h 56 min Répondre

    Bonjour ,
    J’ai eu un bon contact avec Warning trading, comme ça , a priori, par téléphone … Mais soudain,
    Je lis Déontofi qui vous dénigre , ensuite vous, qui remettez en cause leurs accusations . Comment voulez-vous qu’on s’y retrouve quand on n’y connait rien ?! Les victimes d’arnaques sont devenu par nature « méfiantes », alors vos petites guerres « entre spécialistes » ne peuvent que nous inquiéter !
    Et j’avoue ne plus trop savoir à quel saint me vouer ! Je sens que je vais faire appel aux médias pour enquêter à ma place ! J’étais prête à vous faire confiance , mais comment faire confiance quand on n’y connait rien ? D’autant qu’il faut encore miser un millier d’euros pour vous confier notre dossier. Alors, si vous savez où se trouvent les arnaqueurs du forex ( Xforex pour moi en l’occurence ! ) si vous avez leurs noms ( même des faux noms , car ils reviennent souvent ) Pourquoi ne pas lancer un mandat d’arrêt contre ces gens là ? Personnellement j’ai porté plainte contre eux . Mais si vous savez où la poolice peut les trouver, pourquoi ne pas le dire ?! En tout cas , je connais au moins 3 personnes qui ont été arnaqués par Mme Jennifer Guérin, Mrs David Poncet , David Lopez , Edouard Nodon, Romain Camus ( ce dernier est arrivé en relance , 6 mois plus tard, me traitant de grosse P….. quand je lui ai demandé s’il ne se moquait pas de moi d’oser me réclamer 5000 € pour récupérer mon argent ! Et je ne cite pas les faux inspecteurs de Bercy qui sont venu me menacer d’avoir à leur verser 203000 pour 3 compte Offshore ouverts à mon nom, soit disant !!! Et qu’il fallait que j’envoie d’urgence 10000€ pour débloquer les fonds mis sous séquestre auprès d’une banque à l’étranger , bien entendu !
    Non, franchement , expliquez nous les choses avec des mots que l’on peut comprendre , SVP ! Et si vous avez déjà gagné contre eux, pour certains d’entre nous ( notamment Mr B. de Belgique) Pourquoi ne pas faire le même chose pour nous tous ? A moins que vous ayez payé Mr B. pour vous faire de la pub ?! Vous savez ce qu’on dit, ce n’est pas grave si on parle de nous en nous critiquant pourvu qu’on parle de nous ! … Non, franchement quand je vois tout ça , je pense que la finance est un milieu pourri et qu’il est temps que ce monde de magouilleurs et de profiteurs s’écroule ! Je vous avoue être un peu écoeurée. Ce soir, je n’ai plus trop le moral , désolée ! Claude B.

    • Nicolas Gaiardo le 5 juin 2017 at 11 h 25 min Répondre

      Chère Claude, Je prends la mesure de votre message, qui fait transparaître votre détresse. Tout d’abord vous avez tout à fait raison sur cette guerre de spécialistes que je déplore. Guerre initiée par Déontofi, qui en nous décrédibilisant à tort profite aux escrocs au détriment des victimes. L’affaire est devant les tribunaux et nous attendons avec confiance le jugement qui sera sans nul doute sévère à l’encontre de Déontofi. Ne laissez pas la calomnie prendre le dessus et vous invite à regarder nos résultats constatés par huissier de justice : https://www.warning-trading.com/a-propos/references/ . Dans le cadre de votre litige, vous avez bien fait de porter plainte. Sachez que nous transférons systématiquement toutes les informations en notre possession aux autorités judiciaires. Pour rappel, il est uniquement du ressort des pouvoirs publics de lancer des mandats d’arrêt. Comme dans le cas de Monsieur BRICKMANNE, notre travail consiste à tout mettre en oeuvre pour récupérer les fonds des victimes qui nous missionnent. Comme pour toute activité professionnelle, nos actions d’accompagnement nécessitent du temps et du savoir faire ce qui justifie leur rémunération.


Services de vérifications

Un petit clic vaut mieux
qu’une grande claque


je vérifie

Résoudre un litige

Les courtiers savent profiter de la situation ; la grande majorité d'entre eux gagnent de l'argent sur les pertes de leurs clients !

  • Impossible de retirer des fonds ?
  • Comptes gérés perdants ?
  • Refus d'enregistrer vos gains ?
  • Professionnel indélicat, injoignable ?

Derniers articles

Traitement des données en cours
Merci de bien vouloir patienter