Alvexo, BFM et Julien Lepers : Question sur des super champions du Forex

Le Monde du Trading: toute l'actualité avec Warning Trading décembre 13, 2017 08:11 aucun commentaire

A la suite de la conférence sur le bitcoin, offerte le 5 décembre 2017 par Alvexo à l’hôtel Four Seasons à Paris, nous avons essayé d’expliquer le succès de ce courtier créé il y a deux ans à peine alors même que le Forex est en train de passer de mode.

 

Mise à jour du 23 Janvier 2018 :  Environ un mois après notre article, nous avons reçu une lettre ALVEXO – Demande de suppression article diffamatoir – 22.01.2018 et signée de Yael Kleinman, par laquelle la directrice d’Alvexo nous reproche de « porter atteinte à la réputation et à l’honneur » de sa société. 72 heures nous sont accordées pour supprimer cet article. Nous avons refusé de retirer cette publication qui ne cite que des éléments factuels et sourcés. En conséquence, ce texte ne contrevient pas aux dispositions juridiques citées dans la lettre. Nous pensons qu’un juge français trancherait sans hésiter en notre faveur un éventuel litige. Alvexo tente également de faire pression sur notre hébergeur pour faire retirer cet article.

Mardi 5 décembre 2017, Alvexo avait mis les petits plats dans les grands. Un salon entier du Four Seasons avenue Georges V avait été réservé pour une « Soirée du Trading » consacrée aux bitcoins et autres crypto monnaies. Au menu: petits fours, vin, champagne et surtout, deux anciens chroniqueurs de BFM TV: Olivier Delamarche et Philippe Béchade, entrecoupés par un « quizz » de Julien Lepers, l’ambassadeur très intéressé d’Alvexo depuis quelques mois. Un barnum offert au public et qui a probablement coûté plusieurs dizaines de milliers d’euros aux organisateurs. La seule prestation de Julien Lepers a couté dans les 5000 euros. Ils ont du être un peu déçu en constatant que les rangs étaient quelque peu clairsemés.

Alvexo, fidèle aux traditions des courtiers chypriotes

A aucun moment cependant, Alvexo n’a mis en avant une offre de trading sur crypto-monnaie. Son fond de commerce reste le trading forex. Broker Defense accompagne plusieurs victimes de ce courtier chypriote. La méthode est classique: promesses de rendements faciles et sécurisés, pressions psychologiques pour investir toujours plus jusqu’à l’effondrement final justifié par l’imprévisibilité des marchés financiers… Alvexo est une boite plutôt récente. Le nom de domaine a été acheté en 2015. Impossible de connaître l’identité du propriétaire car il fait appel à une société allemande chargée de faire écran entre le site et son propriétaire. La maison mère d’Alvexo, VPR Safe Financial Group LTD n’a de permission d’offrir ses services financiers que depuis 2014. Mais elle ressemble à la plupart des autres courtiers forex installés à Chypre, à commencer par son encadrement d’origine israélienne. La directrice, Yael Kleinman, est une avocate israélienne née à Ramat Gan et installée à Limassol avec sa famille.

Licence d’Alvexo sur le site de l’autorité chypriote des marchés financiers

Les actionnaires d’Alvexo cités dans les Panama Papers

VPR Safe Financial Group LTD, la maison mère d’Alvexo est aujourd’hui la propriété de trois actionnaires. Le premier est un citoyen chypriote de Limassol, Andreas Kolonas, majoritaire puisqu’il possède 82% de la société. Les deux autres, propriétaires a égalité, sont deux citoyens et résidents israéliens: Shlomi Amsalem et Noam Moshe Hano. Amsalem et Hano trainent quelques casseroles depuis la publication des Panama papers. D’après le consortium international des journalistes d’investigation, ils ont participé tous les deux à la créations de deux sociétés offshores enregistrées en 2012 et 2013 à Anguilla, un paradis fiscal et opaque notoire, grâce aux services du cabinet Mossack-Fonseca:  NTG LTD et NT Global Investment and Consulting LTD.

Les connections entre Noam Moshe Hano, Shlomi Amsalem et des entités offshore

Shlomi Amsalem est aussi intervenu dans la création d’une société de droit français, France Safe Media, qui semble servir à l’organisation d’événements promotionnels sur le territoire français au bénéfice d’Alvexo. Il est difficile de savoir à qui appartient réellement cette société installée dans un service d’hébergement d’entreprise au 12 place de la Madeleine à Paris. En effet, le propriétaire de France Safe Media est une société offshore domiciliée à Hong Kong, BNOLOGY Limited et dont le propriétaire est officiellement Madame Margaret Louise Janke. Mais nous doutons fortement de la réalité de ce lien de propriété parce que Madame Janke est une citoyenne sud-africaine dirigeant également des entreprises immatriculées aux Seychelles ou aux Îles Vierges Britanniques. C’est plutôt le signe que Madame Janke est en réalité une femme de paille, qui loue son identité pour la création de sociétés-écrans. C’est probablement Shlomi Amsalem qui se trouve derrière la société BNOLOGY Limited parce que lorsque France Safe Media a été créée par BNOLOGY, Madame Janke avait donné une procuration à Shlomi Amsalem pour effectuer toutes les démarches auprès du registre du commerce et des sociétés en France. Amsalem en profite pour se nommer le jour même de sa création gérant de France Safe Media.

L’une des rares références publiques à Bnology, sur Linkedin.

Mais six mois plus tard seulement, il convoque une assemblée générale pour se démettre de ses propres fonctions et nommer à sa place Yael Kleinman, la directrice d’Alvexo à Chypre. Cet empressement n’est peut-être pas étranger à la révélation des faits évoqués ci-dessus dans les Panama papers, quelques mois avant. Il est probable que le réseau offshore d’Alvexo comporte d’autres entités que nous ignorons ou qui n’ont pas de lien organiques entre elles, comme c’est souvent le cas chez les courtiers forex. Nous avons résumé nos connaissances dans l’infographie ci-dessous.

 

Organigramme connu d’Alvexo

La stratégie d’Alvexo enfin dévoilée ?

La création d’Alvexo en 2015 nous avait surpris. La mode du forex était en train de passer et il devenait de plus en plus difficile pour les courtiers historiques de se renouveler. Pour créer un nouveau courtier, il fallait soit viser un service très haut de gamme, difficilement compatible avec une installation à Chypre, soit être certain de trouver sa clientèle grâce à une campagne promotionnelle généreusement financée et très ciblée. Alvexo a réussi ce pari.

Comme ses concurrents, Alvexo a bien compris que ses meilleurs clients potentiels se trouvent chez les particuliers présentant un risque de dépendance aux jeu d’argent. Chez ce type de personnes, les sensations provoquées par le jeu, le risque et les promesses de gains font perdre le sens des réalités. Dans leurs publicités, les courtiers ciblent donc cette population, à travers des groupes sociaux où ils sont plus présents que dans le reste de la population. C’est cela qui avait donné l’idée à plusieurs courtiers de cibler les supporters de clubs de football, où l’on peut deviner qu’il y a potentiellement plus de personnes dépendantes aux jeux d’argent que dans le reste de la population.

Pour placer sa publicité, Alvexo s’est posé la même question: où trouverais-je des joueurs ? Réponse: chez les fans de Question pour un champion. Le courtier a donc recruté Julien Lepers. 25 ans de présentation de Question pour un champion en ont fait un personnage de confiance et de proximité dans l’imaginaire français. De surcroît, il animait un jeu « intellectuel » où les candidats visent plus la gloire que des encyclopédies en cinq volumes. Cela permet de s’adresser à des joueurs plus « intellos » que les supporters. Cela a sûrement bien fonctionné puisque Julien Lepers est toujours le partenaire commercial d’Alvexo. Pourtant, qu’est-ce que Julien Lepers connaît au trading?

Deux sites apportent 60% du traffic par liens cliqués vers Alvexo: trading sat.com et forex.tradingsat.com deux sites du groupe BFM

L’autre explication au succès d’Alvexo, ce sont les puissants partenariats commerciaux noués par le courtier avec le groupe BFM. Un tiers de ceux qui se rendent sur le site d’Alvexo s’y trouvent après avoir cliqué sur un lien commercial mis en avant par des partenaires d’Alvexo, généralement rémunérés pour ce service. Deux sites apportent de cette façon plus de 60% du trafic d’Alvexo: forex.tradingsat.com et www.tradingsat.com

Le lien le plus cliqué sur les deux sites du groupe BFM trading sat.com et forex.tradingsat.com est Alvexo

Le rôle du groupe BFM dans le succès d’Alvexo est assez inquiétant quand on sait que d’après une enquête de l’Autorité française des marchés financiers les particuliers perdent presque systématiquement leur argent quand ils investissent dans le forex. Et la plupart du temps, cet argent va entièrement dans la poche du courtier, comme au casino. Est-ce dans le cadre de ce partenariat qu’Alvexo avait invité deux anciens chroniqueurs de BFM, Olivier Delamarche et Philippe Béchade, pour sa conférence au Four Seasons Georges V?

Deux sites du groupe BFM donnent à Alvexo un puissant accès aux pays d’Afrique, particulièrement le Niger et la République démocratique du Congo.

Les sites du groupe BFM reçoivent également de l’argent d’Alvexo pour promouvoir ce courtier dans des pays africains francophone, comme la République démocratique du Congo et le Niger (plus de 30% des visites sur le site d’Alvexo se font depuis ces deux pays). La moitié des visites sur le site forex.tradingsat.com sont des connexions depuis un seul pays: le Niger. Cela explique certainement pourquoi un visiteur d’Alvexo sur dix se connecte depuis le Niger. Il est à craindre qu’Alvexo privilégie ces pays parce que les autorités ne contrôlent pratiquement pas les courtiers et protègent peu les consommateurs.

Trafic d’Alvexo par pays

Cependant, une question essentielle demeure: si Julien Lepers et BFM cessaient de soutenir Alvexo, ce courtier israélo-chypriote pourrait-il survivre ?

Nicolas Gaiardo

Un article de
Nicolas Gaiardo

Dans le même genre

Une réaction, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traitement des données en cours
Merci de bien vouloir patienter