Alvexo-Netotrade: deux sites de forex et un seul et même groupe israélien

On connaissait Alvexo, courtier chypriote autorisé à démarcher des clients dans l’ensemble de l’Union européenne. On connaissait Netotrade, un site inscrit sur la liste noire de l’AMF quoi que son accès ne soit toujours pas bloqué en France. Il s’agissait en réalité d’un seul et même groupe israélien, dont le quartier général, ESN Global Media ltd est installé à Ramat Gan, au coeur du quartier des diamantaires.

Fin des années 2000, Israël entre dans le boom du forex. Chaque semaine, des call-centers et de nouveaux sites se créent pour décrocher leurs parts du gâteau. Les gains des parvenus aiguisent l’appétit des nouveaux venus.

Shlomi Amsalem, Noam Moshe Hano et Adir Aharony, directeurs d’Alvexo-Netotrade

LES TROIS MOUSQUETAIRES DU FOREX

C’est ainsi qu’une équipe va se constituer autour de Noam Moshe Hano.  Il dirige depuis plusieurs années un call-center, ESN Global Media avec lequel il exploite la marque Alvexo, créée en 2016. Noam Moshe Hano veut développer ESN en créant de nouvelles marques de forex. En 2010, il s’associe avec Shlomi Amsalem, un vieux briscard du forex et Adir Aharoni. Ensemble, ils créent Netotrade, la propriété d’une société dont ils sont tous les trois actionnaires égalitaires: Trade Neto. Mais en donnant à leur entreprise pratiquement le même nom que leur site internet, ils prennent initialement le risque d’être démasqués. Ils corrigent rapidement cette erreur de débutant en renommant leur société Trade 246.

Le siège d’ECN Global Media et de Trade 246 à Ramat Gan

Trade 246 et ESN Global Media s’installent au même endroit: le n°5 de la rue Shoham, dans le quartier des diamantaires de Ramat Gan. Les associés vont aussi créer au fil du temps une myriade de sociétés-écrans dans des paradis fiscaux, pour se dissimuler des victimes et des autorités ou créer de nouveaux sites de trading: Netotrade Gloabl Investment à Belize, NTGX à Anguila, Silver Group Ltd au Vanuatu (propriétaire du site TradeTime qui traîne une réputation sulfureuse sur internet)…

Les offres d’emploi d’ESN Global Media en anglais, français, hébreu et arabe laissent peu de place au doute sur la nature des activités proposées…

UNE « FRENCH TEAM » DE CHOC ET UN « ARABIC DESK » PERFORMANT

L’équipe s’étoffe. Adir fait embaucher son petit frère Dror. ESN recrute pour constituer des équipes regroupées par langues de travail. Khitam Massarwa,  avait été embauchée en 2011 pour chasser des candidats arabophones, afin de cibler les pays arabes. Elle est rejointe en  2012 par Alexandra Brudnik et Yuli Bar, deux Israéliennes d’origine bulgare chargées de recruter des anglophones et des francophones . Depuis, elles ont été renvoyées toutes les trois et remplacées.

Quelques membres de l’équipe arabophone

 

La « French Team » s’étoffe avec l’arrivée de Franco-israéliens, particulièrement Lior Elie Mattouk, alias Lior Matok pour les réseaux sociaux. Se présentant comme un diplômé de l’Université Paris-Dauphine, ce natif du 20e arrondissement de Paris joue les VRP-conférenciers sous le faux nom de Julien Cassel, chargé de vanter la marque Alvexo dans les salons du trading. Mattouk est rapidement envoyé représenter le site sur les salons du trading. On embauche Bat El Azerad, une ancienne de Playtech, la multinationale d’origine israélienne des jeux d’argent en ligne, pour encadrer et former les nouvelles recrues.

Lior Elie Mattouk alias Lior Matok, alias Julien Cassel, sur les réseaux sociaux.

LA REGULATION CHYPRIOTE, UNE RESPECTABILITE A PEU DE FRAIS

A partir de 2013, ces investissements ont déjà beaucoup rapporté d’argent. Les capitaux affluent dans les comptes du groupe Alvexo-Netotrade. Au gré des dépôts, l’ambiance est de plus en plus euphorique. Les boss décident de transférer l’une de leurs deux marques dans l’Union européenne pour s’acheter une respectabilité. Shlomi Amsalem prend pied à Limassol, la capitale chypriote du forex. Il crée une joint-venture, VPR Safe Financial Group Ltd et obtient avec succès auprès de la Cysec, le gendarme boursier chypriote, une autorisation d’exercer. Les fonctionnaires de la Cysec, pour la plupart d’anciens du forex ou de futurs débauchés du forex, attribuent très généreusement ce sésame, dans le seul but d’attirer cette activité sulfureuse sur l’île.

Page de l’autorité chypriote des marchés financiers consacrée à VPR Safe Financial Group

Un entrepreneur local enrichi dans le BTP est convaincu d’investir dans l’affaire et accepte d’apporter 82% du capital de la nouvelle société. Noam Hano et Shlomi Amsalem apportent chacun à égalité les 18% restant. Adir Aharoni est nommé directeur de la filiale chypriote. La nouvelle équipe emménage dans le KPMG Center de Limassol, qui accueillait autrefois le siège de Saxo Banque et un obscur site de forex ciblant le marché russe, Tradernet. Le nouveau call-center recrute localement et fait venir des arabophones d’Israël . Le marketing est géré par une société offshore enregistrée à Hong Kong et administrée par une femme de paille, Bnology. Cette entité sert bientôt à ouvrir une filiale en France, France Safe Media, probablement pour acheter de la publicité dans ce pays.

Le KPMG center de Limassol, siège de VPR Safe Financial Group et donc d’Alvexo

LA BELLE VIE DES EMPLOYES DU FOREX

C’est le début de l’âge d’or pour le groupe Alvexo-Netotrade. L’argent des victimes afflue. L’inscription de Netotrade dans la liste noire de l’Autorité des Marchés Financiers française n’y change rien. D’ailleurs, netotrade.fr ne sera jamais bloqué par les autorités françaises alors que le TGI de Paris donnerait très vraisemblablement droit à cette demande. Dans l’euphorie, Alvexo commet quelques erreurs, qui vont permettre à l’une des victimes françaises de Netotrade de faire le lien entre les deux sites.

Les managers du groupe prennent l’habitude de récompenser leurs meilleurs « conseillers financiers » avec une montre Rolex, l’emblème du parvenu content de lui. L’employé du mois pose fièrement avec sa breloque. Son visage vient remplacer celui de Léonardo Di Caprio dans une image extraite du Loup de Wall Street, le film le plus culte des employés du forex.

Chez ESN, l’employé du mois reçoit le titre de « loup de Wall Street » et se voit gratifié d’une Rolex

ESN organise team building sur team building pour faire oublier à ses employés le mal qu’ils font à leurs victimes: safari-buggy dans les dunes, journée canoë, cocktail en rooftop à Tel-Aviv, soirées déguisées pour la fête de Purim… Les plateaux de sushis crêpes et autres pâtisseries doivent maintenir les employés dans une éternelle euphorie.

L’une des soirées organisées par ESN à l’occasion de la fête juive de Purim

UNE NEBULEUSE DE SOCIETES OFFSHORES ET OPAQUES

Aucun nuage à l’horizon jusqu’en 2016 et la publication des Panama papers à partir du 3 avril 2016. La mise en ligne de l’ensemble des documents du cabinet Mossack Fonseca fait ressortir les noms de Shlomi Amsalem et de Noam Moshe Hano. Ensemble, ils ont créé deux sociétés-écran, NT Global Investment Consulting et NTG, immatriculées à Anguila, une ancienne colonie anglaise et un paradis fiscal non coopératif notoire. NT pour NetoTrade semble-t-il. Inquiets, ils ont entrepris depuis lors de déménager leurs business sous d’autres juridictions.

Noam Moshe Hano et Shlomi Amsalem, impliqué dans les Panama Papers

En France aussi, les dirigeants du groupe se trouvent un peu trop exposés. Le 9 novembre 2016, Shlomi Amsalem quitte la direction de France Safe Media qu’il remet à Yael Kleinman, une avocate israélienne installée à Limassol et recrutée par VPR Safe Financial début 2016. Quelques jours avant la publication de cet article, c’est Lior Elie Mattouk alias Julien Cassel, l’agent commercial du groupe en France, qui a été également nommé gérant de France Safe Media en remplacement de Yael Kleinman. Cette décision vise officiellement pour l’entreprise à « affiner sa stratégie commerciale ». Mattouk endosse ce mandat en renonçant à toute rémunération.

Les différentes entités offshore et onshore du groupe Alvexo-Netotrade

Malgré ces modifications assez limitées, les dirigeants du groupe Alvexo-Netotrade ont compris qu’ils risquaient en réalité peu d’être inquiété par la fuite massive des Panama papers. Ils ont pu continuer à se développer, en créant en 2017 TradeTime, un courtier conçu essentiellement pour le monde arabe et disposant d’une autorisation d’exercice au Vanuatu, via la société Capital Process Ltd ainsi que Silver Group Ltd.

Surtout les trois associés peuvent continuer à se croire à l’abri parce que les informations les plus dérangeantes n’ont pas été divulguées. Pour son infrastructure informatique, Alvexo fait appel à deux liquidity provider: Leverates et Triple B.

 

Qui est le liquidity provider d’Alvexo, Triple B Group Corporation?

Ce sont des sous-traitants qui exécutent les ordres de leurs clients sans que ces derniers s’en rendent compte. L’israélo-chypriote Leverates est bien connu. A Limassol, il a pignon sur rue. Ce n’est pas le cas de Triple B Group Corporation. Impossible de savoir avec certitude où se trouve cette société. Il pourrait logiquement s’agir d’une société enregistrée au Panama, « Triple B Group Corp » constituée  en 2013 et dirigée par des hommes de paille notoires.

Les administrateurs de pailles de la société Triple b Group Corporation.

Ils sont tous défavorablement connus des Panama Papers puisque leurs noms sont associés à des milliers d’entreprises fantômes: Carlos Alberto Weand Ortiz, Cristino Guevara Salazar, Ricardo Manuel Cambra La Duke ou le plus prolifique, Fernando Enrique Montero De Gracia, qui a prêté son identité à près de 5 880 entreprises panaméennes.

Si le sous-traitant d’Alvexo est bien cette société panaméenne, cela signifie que les ordres des clients d’Alvexo, un courtier installé dans l’Union européenne, sont envoyés vers une société fantôme, sur laquelle on ne dispose d’aucune information et que l’on ne peut contrôler d’aucune manière. Pourquoi avoir de recours à un sous-traitant aussi opaque ? Est-ce parce qu’en réalité, les propriétaires réels de Triple B Group Corporation sont les mêmes que ceux du groupe Alvexo-Netotrade ? Cela leur permettrait de récupérer ni vu ni connu les investissements perdus par leurs clients.

Compte tenu des liens entre Alvexo et Netotrade, BROKER DEFENSE a demandé début mai à la société VPR Safe Financial Services de procéder aux remboursements de victimes de Netotrade. En réponse, VPR conteste nos allégations, pour lesquelles la société chypriote affirme avoir déposé plainte en diffamation à notre encontre devant le TGI de Paris.

Nicolas Gaiardo

Un article de
Nicolas Gaiardo

Dans le même genre

Une réaction, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires

Victime d’une arnaque financière

Nos avocats référents spécialisés dans la cybercriminalité vous accompagnent dans toutes les démarches précontentieuses et contentieuses.

  • Actions précontentieuses
  • Contentieux devant les tribunaux
  • Dossier Pénal
  • Avocats Français et Européens

Services de vérifications

Un petit clic vaut mieux
qu’une grande claque


je vérifie

Derniers articles

Traitement des données en cours
Merci de bien vouloir patienter