Le premier site d'information dédié aux victimes d'escroqueries financières.

Arrestation de deux femmes soupçonnées d’avoir usurpé l’identité d’un fabricant de masques

Loin des théories de complot axées sur l’avidité de supposés propriétaires de groupes pharmaceutiques, il existe bien une catégorie de personnes cherchant à tirer profit de l’épidémie du coronavirus. Les arnaqueurs puisque c’est d’eux qu’il s’agit profitent de cette période difficile que vit l’humanité pour élaborer des stratagèmes visant à escroquer la population. Dans le cas d’espèces, il est question de vente de masques et autres équipements de protection qui ne seront jamais livrés. Et comme la situation de confinement généralisé s’y prête, internet est le terrain idéal pour mener de telles pratiques malsaines. C’est dans ce contexte que deux femmes ont été arrêtées en Israël pour usurpation d’identité d’une usine de fabrication de masques située en France. 

Des fausses commandes au nom de la PME Kolmi-Hopen 

Les grandes industries dont les contacts sont connus de tous sont généralement moins utilisées pour réaliser ce type d’arnaques. Cela est fait pour mieux parer l’éventualité d’une recherche poussée du client qui finirait par découvrir le pot aux roses. Les arnaqueurs se servent alors de structures de moindre envergure, mais avec la médiatisation nécessaire pour rassurer leurs interlocuteurs. Dans ce sens, le choix de nos escrocs s’est porté sur la PME Kolmi-Hopen.

Qu’il vous souvienne que celle-ci avait eu l’honneur de recevoir la visite du président Emmanuel Macron à la date du 31 mars dernier. La structure dispose en effet d’une usine de fabrication de masques de protection contre le coronavirus. L’affaire débute quand elle reçoit de nombreux messages de potentiels clients désirant finaliser leur commande de masques. Seulement comme vous vous en doutez bien, elle n’a jamais eu de contact avec ces derniers.

Intriguée, la PME va alors signaler à la police d’Angers cette anomalie pour en avoir le cœur net. L’OCRGDF (Office central pour la répression de la grande délinquance financière) va donc entrer en contact avec les potentielles victimes pour comprendre de quoi il en retourne. Les informations obtenues ont ainsi conduit à une adresse mail et un numéro de téléphone provenant d’Israël.   

Une tentative d’escroquerie stoppée à temps

S’en suivra alors une coopération entre les polices des deux pays qui a permis d’identifier le 14 avril deux suspects. Il s’agit d’une femme de 37 ans d’origine française et de sa mère âgée de 70 ans qui résident à Netanya. Elles auraient donc contacté de potentiels clients au nom de la PME Kolmi-Hopen avec l’objectif de toucher un acompte dans la transaction.

La police les soupçonne aussi d’avoir usurpé l’identité d’autres usines de fabrication de masques pour les mêmes fins. Fort heureusement, aucun payement n’a été effectué par les personnes contactées dans le cadre de ce stratagème. Avec cette arrestation, l’arnaque s’est interrompue au simple stade de la tentative d’escroquerie.

Comme nous l’avons rappelé dans notre alerte sur les arnaques liées au coronavirus, il est important de faire attention aux informations et propositions sur internet. Le cas échéant, il serait judicieux de se rendre sur les sites officiels des commerçants ou de chercher à entrer en contact plus direct avec ceux-ci. Le cas échéant vous pouvez également utiliser les services de vérification Check&Pay.

Cet articlé a été écrit par Nicolas Gaiardo

Une réaction, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traitement des données en cours
Merci de bien vouloir patienter