BROKER DEFENSE: En quoi consiste notre agence de gestion de litiges?

Actualité,Autorités de régulation,France,VOUS INFORMER janvier 17, 2019 09:09 commentaires

Dans le cadre de notre cinquième année d’exercice, notre agence de gestion de litiges mérite d’être clairement exposée. En effet, il est facile de mélanger les genres entre le rôle des médiateurs publics et notre rôle de médiateur au sein de BROKER DEFENSE marque du groupe NET AND LAW. Eclairage en 5 points.

> Des victimes incomprises et sans réel recours

Frapper à la bonne porte n’est pas forcément évident lorsque l’on se retrouve démuni d’une somme d’argent importante. Lorsque nos clients se tournent vers nous, ils ont déjà fait appel à leur agence bancaire ou au service de relation client de leur établissement. Dans ces démarches, les victimes doivent justifier leur requête et faire comprendre à leurs interlocuteurs qu’ils ont été victimes d’une escroquerie sophistiquée.

Souvent, leur détresse n’est pas entendue et les interlocuteurs des services bancaires ont tendance à jouer sur la culpabilisation. Ces démarches prennent du temps et de l’énergie et ceci ne favorise pas la victime. De plus, la multiplicité des intervenants dans le dossier ne facilite pas leur tâche. Assez rapidement, les banques se rendent compte qu’elles ont manqué à leurs obligations de contrôle sur les fonds sortants du compte bancaire de la victime. A partir de ce moment, c’est le jeu du « chat et de la souris » et la victime est souvent renvoyée de service en service.

Egalement, il est souvent difficile pour les victimes de ce justifier et d’expliquer leur déboires face à un fonctionnaire de police ou un gendarme souvent non informé sur ce type d’escroquerie astucieuse. Dans de nombreux cas les victimes ne peuvent pas ou ne savent pas s’expliquer d’une manière clair et comprise et se voient infliger une double peine et de devoir renoncer à déposer plainte.

> Des fraudeurs sans statuts et perdus dans la nature

La majorité des victimes ont envoyé de l’argent pendant des mois par virement bancaire depuis leur banque usuelle vers des banques localisées en Europe ou à l’international. Dans la plupart des cas, les banques émettrices n’ont jamais pris le temps de vérifier sérieusement la nature des virements et l’identité du récepteur des fonds. La fausse identité du récepteur de fonds est le point crucial qui justifie, chaque jour, notre accompagnement auprès de nos clients. En effet, les escrocs de produits financiers risqués (trading, vente de diamants ou de cryptomonnaies) officient, ici, dans des entités non régulées. Ces faux courtiers ou faux diamantaires sans statut juridique sont des arnaqueurs qui disparaissent rapidement dans la nature pour prendre un nouveau business tout autant lucratif et illégal.

> L’Autorité des Marchés Financiers (AMF) est impuissante face à une entité non régulée

C’est justement sur ce point que nous sommes confrontés à une série de quiproquos et de mélange des genres, car en aucun cas l’AMF n’intervient dans les escroqueries financières de ce type impliquant une entité non régulée. Son rôle se résume à recevoir des plaintes et répondre via leur standard « info service ». En parallèle, l’AMF met en place des actions pédagogiques et de conseils. Suite à une prise de contact sur « info service », l’AMF demande rapidement à la victime de déposer une plainte. Dans certains cas, l’autorité va demander la fermeture du site visé par l’intermédiaire de la justice. Et cela s’arrête la !!! Cependant, dans le cadre d’un litige commercial avec un courtier ou une entité régulée, l’AMF ou une autorité européenne (comme ESMA) peut par l’intermédiaire, de son médiateur, intervenir afin de résoudre ce litige. Attention ! : il est bon de rappeler que le médiateur n’a aucun moyen d’obliger le courtier régulé à rembourser son client. Même si le courtier est en tort ! Charge ensuite à la victime de partir en contentieux ! Par le passé, nous avons déjà pu déplorer ce cas de figure avec un courtier refusant de restituer les fonds à sa victime.

 > Enquêter dans un écosystème d’arnaques financières internationales et complexe

Quand une victime nous missionne et que nous arrivons, en partenariat avec nos avocats, à résoudre son litige, nous devons, en amont, passer par toute une phase d’investigations. Il faut recouper tout un ensemble d’informations comme les lieux, les personnes impliquées, la nature des produits vendus et le mode opératoire, les soutiens et les détracteurs de l’entité, l’historique de la dite société, Mais surtout les filières bancaires, notre cœur de cible. Une fois les éléments factuels réunis, nous interprétons les résultats pour démasquer l’entité illégale. A ce moment, l’affectation du dossier aux avocats-référents est lancée.

> Broker Defense vous accompagne dans les démarches juridiques

BROKER DEFENSE accompagne les clients dans leurs démarches en phase précontentieuse (envoie de mises en demeure) puis contentieuse (tribunal pénal ou tribunal civil selon la nature du dossier). Le choix des stratégies d’actions et leur bonne exécution sont du ressort des avocats-référents positionnés dans les différents pays d’Europe où les victimes ont versé de l’argent. S’il est nécessaire de poursuivre les actions en contentieux, les avocats doivent se référer aux textes législatifs en vigueur dans chacun des  pays concernés, aux conditions d’utilisation des services bancaires du bénéficiaire et de l’émetteur du virement et aux lois sur la protection du consommateur. Notre accompagnement dure jusqu’au jugement du tribunal.

> Un service personnalisée et humain

 Grâce à nos équipes, nous vous offrons un service personnalisé et un accompagnement suivi dans le temps. Nous prenons le temps de « reconstituer » votre histoire étape par étape et de réunir, avec vous, les pièces d’informations ou autres qui pourront nous aiguiller dans notre travail d’enquête et de préparation. Tout au long du dossier, nous vous informons de l’avancement des actions des avocats du réseau BROKER DEFENSE et nous nous attachons à garder le contact avec vous. Nous savons par expérience que le parcours d’une victime est assez difficile psychologiquement et nous nous efforçons de rester disponibles et à votre écoute pour répondre à vos questions ou éclaircir quelques doutes.



Cet articlé a été écrit par Marc BOUZY

Dans le même genre

Une réaction, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

7 commentaires

  • Boudon le 17 janvier 2019 at 12 h 35 min Répondre

    Même si pour l’instant je n’ai aucun résultat probant, je dois dire que Broker défense, accompli un travail d’investigation important en me tenant au courant des différentes phases de l’enquête. J’espère un dénouement proche en gardant confiance…

  • NOEL le 17 janvier 2019 at 12 h 57 min Répondre

    J’aimerais savoir quelle pourcentage de réussite vous avez pour faire rembourser les victimes d’arnaques boursière.

    • Nicolas Gaiardo le 18 janvier 2019 at 8 h 48 min Répondre

      Bonjour et merci pour votre question pour laquelle je vous invite à vous rapprocher de Broker Defense via leur page référence constatée devant huissier de justice. J’imagine que cette question ne se poserait pas à un cabinet d’avocats….

  • wolff le 20 janvier 2019 at 21 h 13 min Répondre

    J’ai été victime , il y a un an de Boursocrypto qui m’a escroqué 1000€. Je n’ai vu votre mise en garde qu’après le dépôt de plainte qui n’a pas abouti, pas plus que l’intervention d’un avocat.
    Quelles seraient votre stratégie pour récupérer cette somme? Quelle chance aurions nous ?

  • FB le 22 janvier 2019 at 16 h 19 min Répondre

    Bonjour Marc Bouzy,
    Je tenais à réponse à votre newsletter du 17 janvier 2019 en particulier au chapitre 6 (Un service personnalisée et humain) de la l’article :En quoi consiste notre agence de gestion de litiges?
    Vous écrivez:
    -nous vous offrons un service personnalisé et un accompagnement suivi dans le temps.
    Je réponds oui évidement
    -nous vous informons de l’avancement des actions des avocats du réseau.
    Je réponds oui, 1 courrier d’information d’avancement de mon dossier en 19 mois.
    – nous nous attachons à garder le contact avec vous
    Je réponds oui par le biais des newsletters mensuelles.
    – nous nous efforçons de rester disponibles et à votre écoute.
    Je réponds NON pour « rester disponible et à votre écoute » car vous ne faites pas d’efforts de prendre contact lorsque l’on cherche à vous contacter malgré l’aimable correspondantes qui nous affirme qu’elle vous transmettra le message. Vous jouez probablement sur le mot « efforçons ». Je doute que mon message apparaisse dans les commentaires mais au moins vous l’aurez lu et vous connaissez mon opinion!

    • Marc Bouzy le 24 janvier 2019 at 17 h 18 min Répondre Rapporter un abus

      Cher client, Je vous remercie de votre commentaire qui nous permet de pointer du doigt le fait que notre communication avec nos clients nécessite d’y apporter des améliorations. S’agissant du cas particulier de votre dossier, je vais vous envoyer un message directement à ce sujet. Vous comprendrez bien que nos obligations mutuelles de confidentialité s’imposent dans pareil cas. J’ajoute que la mission que vous nous avez confié a été menée à son terme conformément à nos obligations et je comprends parfaitement votre remarque quant au manque de contact avec nos services qui traitent plus de 350 appels par semaine. Nous avons mis en place des outils de suivi et d’information qui nécessitent de base une demande volontaire de la part de nos clients qui peuvent consulter l’état de leur dossier. Dans le cas d’interrogation directe, nous avons déjà mis en place un système de ticket qui nous permet de nous assurer qu’aucune demande reste sans traitement, ce qui a été visiblement le cas de votre appel. Je suis navré de l’opinion défavorable que vous portez légitimement à ma connaissance par le biais de ce commentaire. Notre souhait a toujours été de pouvoir fournir un service d’une qualité irréprochable à nos clients, c’est pourquoi nous prenons compte de vos remarques afin d’améliorer notre manière de procéder.

    • Nicolas Gaiardo le 24 janvier 2019 at 17 h 21 min Répondre Rapporter un abus

      Bonjour, Sachez que nous refusons de publier les commentaires injurieux et diffamants ce qui n’est pas le cas de votre message. Cordialement

Traitement des données en cours
Merci de bien vouloir patienter