Le premier site d'information dédié aux victimes d'escroqueries financières.

Fintech: quels sont les dangers ?


Alors que les Fintech françaises viennent de réaliser un nouveau record en 2018 avec 365 millions d’euros levés, de nombreuses questions restent en suspens quant aux risques que peuvent provoquer ces sociétés alliant banque-assurance-gestions d’actifs et innovations technologiques. Aperçu du phénomène.

La Fintech surfe sur les nouveaux modes de consommation

Selon le rapport de KPMG intitulé Pulse of Fintech France, les Fintech françaises ont levé un total de 365 millions d’euros au cours de l’année 2018 en réalisant 72 opérations majeures. C’est 15 % de plus par rapport à 2017 et douze fois plus qu’en 2013 !

Parmi les champions, on retiendra Ledger (sécurisation des comptes de cryptomonnaies) qui a levé 61 millions d’euros puis October (ex-Lendis) avec 32 millions et l’Assurtech Alan avec 23 millions d’euros. « Des innovations plus fortes leur sont ainsi possibles, avec des modèles qui embarquent le crédit, l’épargne, la devise, la cryptomonnaie, et ce sur déjà plusieurs pays », souligne le rapport.

Par ailleurs, et après les services bancaires 2.0 et les investissements, le cabinet d’audit et de conseil KPMG observe une appétence des investisseurs pour de nouvelles thématiques comme la Blockchain, l’Assurtech et la Regtech (mise en conformité des banques).

« L’écosystème de la Fintech française pourra s’appuyer sur plusieurs facteurs d’accélération : le développement des nouveaux modes de consommation, les Français se montrant particulièrement enclins à ces nouveaux produits, l’émergence de leaders français sur plusieurs segments du marché et enfin le Brexit » souligne le président de France Fintech, Alain Clot.

Lire aussi : Réglementation : quel avenir pour les fintech ?

Fintech : une vague d’innovation sans précédent

Selon le forum économique Mondial , les nouveaux acteurs de Fintech ne sont pas assez encadrés d’un point de vue réglementaire et leurs services peuvent constituer un risque systémique pour l’économie. Les spécialistes pointent notamment du doigt le fait que les nouvelles applications créent une vague d’innovation différente de toutes celles qu’il a été connu précédemment dans le secteur financier.

Les principaux risques relevés sont les prêts alternatifs (prêt entre particuliers) faisant supporter un plus grand risque au consommateur final, la sécurité des données, la dématérialisation massive des échanges financiers et l’amplification des actions illicites.

Actuellement, les autorités du secteur financier, AMF en France, mais aussi la Commission européennes, réfléchissent à la définition des contours d’une régulation plus large. Une régulation qui devra notamment s’attacher à protéger les consommateurs tout en assurant une stabilité financière. Par ailleurs, dès septembre, la directive DSP2 sera mise en place pour donner encore plus de liberté au Fintech.

Lire aussi : L’ubérisation des services bancaires : quels risques pour le particulier ?

Cet articlé a été écrit par Nicolas Gaiardo

Une réaction, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 commentaire

  • Marcovich le 12 septembre 2019 at 11 h 01 min Répondre

    Bonjour, J’ai investi 2054 € en mai 2019 dans 2 pieds de cannabis thérapeutique chez FGI (FINTECH GROUP INTERNATIONAL)avec la promesse d’un gain sur 12 mois de 4000€.
    Mes interlocuteurs sont DAVID SINCLAIR au 06 44 64 00 55, OLIVIER CASTEL au 0644607799 et ALEXANDRE LESAGE au 0644640057. Le téléphone fixe de FGI est le 0971071556
    Je pense être victime d’une arnaque car ces Messieurs trouvent toujours des excuses pour ne pas me régler les premiers bénéfice au bout de 3 mois, ce qui était prévu dans le contrat. Pouvez-vous m’éclairer sur cette société? Très sincèrement,

Traitement des données en cours
Merci de bien vouloir patienter