Le travail, c’est capital

Toutes les informations grâce à l’œil de WT juillet 25, 2014 17:56 aucun commentaire

 

Aujourd’hui, j’aimerais vous faire réfléchir sur certaines notions économiques que l’on peut avoir tendance à oublier, mais qui sont du bon sens, de ce fameux bon sens de la campagne où l’on trouve parfois nettement plus de sagesse et de pertinence que dans des ouvrages compliqués d’économie.

Je travaille, vous travaillez, nous travaillons, et quelque soit ce travail, nous en tirons des revenus et c’est dans l’ordre des choses.

Par ce travail, nous fabriquons des biens, nous fournissons des services, bref nous créons des richesses. Nous en tirons soit un revenu direct en tant que producteur ou indépendant ou indirectement car nous recevons un salaire correspondant au prix de nos efforts.

Et c’est très précisément là que les ennuis commencent. Car le travail est immédiat, il ne peut pas se stocker, nous ne pouvons pas l’épargner, ni le revendre dans un mois ou dans un an. Je ne peux pas échanger 3 heures de travail de l’année dernière contre 5 heures de travail de l’année prochaine de mon voisin de palier.

Dès lors, il est nécessaire de convertir le travail en un outil permettant de traverser le temps. Cet outil, c’est la monnaie. Mais cela ne résout pas tout. En effet, la monnaie va perdre peu à peu sa valeur en raison de l’inflation. Pour la conserver, il sera nécessaire de l’employer de telle manière que la perte de valeur liée à la hausse des prix soit compensée par un flux inverse.

Il s’agit donc soit de placer cet argent auprès de quelqu’un qui va nous rémunérer en conséquence, soit d’acquérir un bien en espérant réaliser un gain lors d’une revente future, c’est-à-dire effectuer une opération de spéculation, le gain étant habituellement proportionnel au risque pris. Mais là encore, en fonction de la nature du bien, des frais de conservation peuvent s’appliquer régulièrement.

Nous avons donc une première vérité fondamentale à garder dans un coin de la tête : le capital, c’est l’unité de stockage du travail.
Mais les problèmes ne sont pas résolus pour autant. Car la règle est la suivante, bien durable ou argent sonnant et trébuchant :

Capital Demain = Capital aujourd’hui + Rémunération du travail aujourd’hui – Frais de conservation du capital aujourd’hui + Rémunération du capital aujourd’hui

Et ceci sans prendre en compte l’effet de richesse lié à la conversion de ce capital en un autre bien au prix d’échange du marché. Pour résumer, le capital dont nous disposons actuellement provient de notre travail ou du travail de quelqu’un, que nous l’ayons acquis directement en travaillant, par héritage ou par échange.Ce capital si chèrement gagné mérite votre respect. C’est une petite bougie mal abritée à la flamme chancelante au milieu d’une tornade.

Vous avez passé de nombreuses heures à le constituer, alors n’hésitez pas à consacrer quelques heures de plus à étudier les meilleures solutions pour ne pas le perdre.

Cherchez, lisez, formez-vous, recoupez les informations… et si ce temps supplémentaire consacré à ces recherches ne vous rend pas plus riche, vous aurez la satisfaction d’avoir appris des choses intéressantes.

 

Marc BOUZY

Un article de
Marc BOUZY

Dans le même genre

Une réaction, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


Services de vérifications

Un petit clic vaut mieux
qu’une grande claque


je vérifie

Résoudre un litige

Les courtiers savent profiter de la situation ; la grande majorité d'entre eux gagnent de l'argent sur les pertes de leurs clients !

  • Impossible de retirer des fonds ?
  • Comptes gérés perdants ?
  • Refus d'enregistrer vos gains ?
  • Professionnel indélicat, injoignable ?

Derniers articles

Traitement des données en cours
Merci de bien vouloir patienter