Rachat de crédit : mode d’emploi pour éviter les pièges

L'oeil de WT,Le Monde du Trading 26 octobre 2016 aucun commentaire

 

Les ménages ont tendance à renégocier plus régulièrement leur crédit immobilier, notamment dans le contexte actuel de taux bas. Le rachat de crédit en ligne est en effet, un moyen de simplifier son taux d’endettement. Cette opération consiste à réunir les différents emprunts tels que le prêt à la consommation, le prêt immobilier, les crédits renouvelables, dans un montage financier et auprès d’un unique interlocuteur. Les conditions d’emprunt sont alors renégociées pour aboutir à un rééchelonnement des mensualités ainsi que de l’échéance du remboursement.

Le rachat de crédit n’est pas une décision à prendre à la légère. En effet, il est indispensable de faire appel à des organismes reconnus pour effectuer ce type d’opération. Ces derniers vous offriront les garanties nécessaires tout en respectant la législation en vigueur. Un rachat de crédit vous engage sur le long terme, au minimum entre 10 et 15 ans. Il faut donc rester vigilant face aux annonces figurant sur les journaux gratuits souvent publiées par des particuliers qui agissent en toute illégalité en demandant des commissions très élevées. Effectivement, la loi MURCEF interdit aux organismes de percevoir des frais de commissions ou d’ouverture de dossier. Vous ne devez donc rien payer avant la signature du contrat.

 

Les séniors : une cible privilégiée

 

Aujourd’hui encore, les séniors constituent la cible privilégiée de ces arnaques et pratiques commerciales. Entre démarchage agressif, rappels fréquents, proposition de taux bas valable sur une durée limitée, omissions volontaires, la liste de ces pratiques est longue. Si les victimes de ces arnaques sont nombreuses, certaines entreprises les réservent uniquement aux séniors. Face à ce constat alarmant, il faut rester vigilant pour éviter les pièges.

 

Le regroupement de prêts n’est pas destiné à vous faire économiser de l’argent

 

Le rachat de crédit ne permet pas de faire des économies. En effet, son principe consiste uniquement à regrouper l’ensemble des crédits en un seul dans l’objectif de faire diminuer les mensualités, d’augmenter le pouvoir d’achat et de simplifier la gestion mensuelle du budget des ménages. Ce rachat présente un coût pour les organismes de regroupement de prêt, un coût répercuté sur le nouveau crédit mais étalé sur la durée. Ce coût peut être variable selon les situations. Dans tous les cas, ce type d’opération ne permet pas d’économiser.

Ne jamais donner ses originaux avant d’avoir signé un contrat

 

La transparence de l’offre demande également une attention particulière. Certains courtiers en rachat de crédit annoncent un taux d’appel inclus entre 3,6 % et 4 %. Une fois les pièces justificatives fournies, le taux d’intérêt devient plus élevé. Or, lorsque vous avez fourni les originaux, vous ne pouvez pas revenir en arrière. Ne donnez jamais vos originaux avant d’avoir clairement étudié la proposition qui vous est faite. En conservant vos originaux, vous conservez également votre liberté de choix et de rétractation.

 

Attention aux détails des frais

 

Le détail des frais est primordial. Quatre types de frais ressortent lors d’un rachat de crédits : les indemnités de remboursement anticipé représentant environ 3 % du capital restant dû, les frais de garantie, les frais de dossier pour le nouveau prêt, le mandat du courtier. Concernant ce dernier frais, le courtier ne peut vous demander le paiement qu’après déblocage des fonds.

 

Les contre-offres : taux fixe ou taux variable ?

 

Les professionnels du rachat de crédit travaillant généralement avec les mêmes organismes, il n’est pas forcément nécessaire de faire plusieurs demandes. Les courtiers peuvent éventuellement faire baisser le coût faisant partie de leurs honoraires. Un professionnel peut donc être amené à faire une contre-offre pour satisfaire un emprunteur faisant jouer la concurrence. Ainsi, si l’offre de départ est en taux fixe, l’offre en taux variable serait obligatoirement plus avantageuse mais elle comportera plus de risques.

 

Nicolas Gaiardo

Un article de
Nicolas Gaiardo

Tout a commencé le jour où l'entreprise pour laquelle je travaillais est entrée en bourse. En l'espace de quelques jours je venais de toucher du doigt ce monde financier. Avec un petit [...]

Une réaction, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Services de vérifications

Un petit clic vaut mieux
qu’une grande claque


 JE VÉRIFIE 

Résoudre un litige

Les courtiers savent profiter de la situation ; la grande majorité d'entre eux gagnent de l'argent sur les pertes de leurs clients !

  • Impossible de retirer des fonds ?
  • Comptes gérés perdants ?
  • Refus d'enregistrer vos gains ?
  • Professionnel indélicat, injoignable ?

Derniers articles

Traitement des données en cours
Merci de bien vouloir patienter