Escroqueries sur Internet : déposer plainte en ligne sera bientôt possible

Actualité,France février 5, 2018 08:38 aucun commentaire

Une nouvelle plateforme va prochainement être mise en place par le ministère de l’Intérieur. Celle-ci permettra de centraliser ces arnaques qui touchent des milliers de personnes et de faire gagner du temps aux utilisateurs.

Les arnaques en ligne sont nombreuses et il est parfois difficile de les détecter, les cybercriminels faisant preuve de toujours plus d’ingéniosité pour piéger les internautes. Bientôt, les victimes pourront déposer plainte sur la plateforme THESEE pour Traitement Harmonisé des Enquêtes et des Signalements des E-Escroqueries.

Faciliter les démarches des victimes d’arnaques sur Internet

La plateforme THESEE lancée par le ministère de l’Intérieur a été présentée le 23 janvier à l’occasion du 10ème Forum international de la cybersécurité qui s’est ouvert à Lille. Si depuis 2013 il est déjà possible de déposer des pré-plaintes sur Internet pour des affaires d’atteinte aux biens comme un vol simple de téléphone portable, sans que les infractions aient nécessairement été commises sur Internet, le projet THESEE va encore plus loin. En effet, après avoir rempli certaines informations, l’utilisateur pourra enregistrer sa plainte en ligne. Il recevra ensuite le procès-verbal validé par un officier de police par email. Les personnes qui le souhaitent pourront encore porter plainte en se rendant dans un commissariat ou une gendarmerie.

Lors de son lancement, la plateforme permettra aux internautes de déposer plainte pour six types d’infraction : le piratage de messagerie électronique, le chantage en ligne, le « rançongiciel », un programme malveillant reçu par email ou mis à disposition sur un site web provoquant le chiffrement de tous les fichiers d’un ordinateur, l’escroquerie à la romance. La fraude liée aux faux sites de vente et l’escroquerie à la petite annonce complèteront la liste. D’autres délits pourraient s’ajouter à l’avenir, a précisé Valérie Maldonado, commissaire divisionnaire et adjointe à la sous-direction de la lutte contre la cybercriminalité (SDLC). La création de cette plateforme vise avant tout à simplifier les démarches des victimes d’escroqueries en ligne tout en désengorgeant les commissariats.

Centraliser le traitement du contentieux

« La mise en place d’une plateforme dédiée aux e-escroqueries permet dès lors de centraliser le traitement du contentieux par des équipes spécialisées », explique la police nationale dans un communiqué. Le fait de pouvoir porter plainte en ligne permettra de créer une base de données et éventuellement de relier certaines affaires entre elles.

Le projet THESEE devrait également inciter un plus grand nombre de victimes à porter plainte. En effet, actuellement, de nombreux utilisateurs se font arnaquer et peu osent porter plainte. « Le fait de s’être fait pirater sa boîte mail est constitutif d’une infraction qui justifie parfaitement un dépôt de plainte », rappelle Valérie Maldonado. En 2017, la délinquance en ligne a ainsi coûté entre 230 et 265 millions d’euros, contre 200 millions d’euros en 2016, selon des chiffres du Centre de lutte contre les criminalités numériques (C3N).

La plateforme permettra par ailleurs de poster des signalements d’arnaques. Pour ce type de service, les internautes pourront choisir de rester anonymes. THESEE sera lancée dans les prochains mois et disponible sur le site service-public.fr.

Nicolas Gaiardo

Un article de
Nicolas Gaiardo

Dans le même genre

Une réaction, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traitement des données en cours
Merci de bien vouloir patienter