L’AMF sanctionne H2O AM LLP, Bruno Crastes et Vincent Chailley

Police et Justice Philippe Miller Publié le 4 janvier 2023 à 17:32    Temps de lecture: 6 min
H20 AMF sanction
Extrait de la décision prononcée par l'AMF contre H2O. | Warning Trading

Plusieurs manquements à des obligations professionnelles ont été relevés par la formation disciplinaire du gendarme financier.

Un peu moins de 100 millions d’euros d’amende

H2O devra payer 75 millions d’euros. Ses dirigeants, Bruno Crastes et Vincent Chailley sont sanctionnés à hauteur de 15 millions et 3 millions d’euros chacun, augmentés de sanctions disciplinaires pour plusieurs manquements commis dans le cadre de la gestion de fonds français à l’occasion d’investissements dans des instruments financiers.

Biographie de Vincent Chailley telle que présentée sur le site de H2O.

Crastes a longtemps été considéré comme une star de son secteur, “Gestionnaire d’actifs jonglant avec les milliards sur les marchés, il affichait de vertigineux rendements annuels, à deux chiffres souvent”. Aujourd’hui, ce sont les cabinet d’avocats qui font de la publicités pour endosser des mandats de représentation en justice contre ses méfaits.

Voulez-vous être mis en relation avec d'autres victimes ?

Vous êtes victime de H2O-BRUNO-CRASTES-VINCENT-CHAILLEY et vous souhaitez être mis en relation avec d’autres victimes ? Laissez-nous vos coordonnées en remplissant ce formulaire et vous serez mis automatiquement en contact. Nous mettrons également à la disposition de la police ou de la gendarmerie vos coordonnées si nous sommes sollicités.

H20 collectif petits porteurs
Exemple de collectif de petit porteurs monté contre H2O.

Le Collège de l’AMF avait notifié aux mis en cause des griefs en lien avec les investissements réalisés par H2O AM LLP pour le compte de 7 OPCVM de droit français (Adagio, Allegro, Moderato, Multibonds, Multiequities, Multistrategies et Vivace) dans des instruments financiers émis par des sociétés du groupe Tennor (jugé insolvable aux Pays-Bas), soit directement, soit dans le cadre d’opérations consistant en un achat immédiat couplé à une vente à terme de titres, à une date et un prix convenus d’avance (opérations dites de buy & sell back).

Cette décision peut faire l’objet d’un recours.

Tous les manquements reprochés ont été retenus

La Commission a retenu dans sa décision l’ensemble des griefs notifiés.

En ce qui concerne les acquisitions directes de titres, la Commission a considéré que H2O AM LLP avait investi pour le compte de certains de ces OPCVM dans des titres financiers émis par des sociétés du groupe Tennor alors que ceux-ci n’étaient pas éligibles à l’actif des fonds, pour trois raisons :

  • le défaut de liquidité de ces instruments financiers compromettait la capacité des OPCVM à honorer les demandes de rachat des porteurs et H2O AM LLP n’avait pas pris en compte de façon appropriée ce risque de liquidité au moment des investissements ;
  • ces titres financiers n’entraient pas dans le cadre de la politique d’investissement fixée par les prospectus des fonds à défaut d’être notés par une agence de notation ou d’être émis par un émetteur noté par une agence de notation ;
  • H2O AM LLP ne disposait pas d’informations suffisantes pour valoriser ces instruments financiers de façon fiable.

Un “ratio d’emprise” pas respecté

La Commission a également estimé que H2O AM LLP n’avait pas respecté le ratio d’investissement dit « ratio d’emprise » applicable à ces OPCVM, dès lors que certains d’entre eux ont détenu plus de 10 % de titres de créance émis par un même émetteur du groupe Tennor.

La presse se fait l’écho d’une sanction historique.

En ce qui concerne les investissements réalisés dans le cadre d’opérations de buy & sell back, elle a considéré que H2O AM LLP avait réalisé ces opérations ayant pour sous-jacents des titres financiers émis par des sociétés du groupe Tennor alors qu’elles n’étaient pas éligibles à l’actif des OPCVM à plusieurs titres.

Minimisation coupable des risques

La Commission a en particulier considéré que H2O AM LLP n’avait pas pris en compte de façon appropriée les risques qui empêchaient les fonds de dénouer ces opérations à leur valeur de marché, à leur initiative et à tout moment. Elle a également constaté que certaines de ces opérations n’étaient pas prises en compte pour le calcul de l’exposition maximale de 5 % au risque de contrepartie sur un même cocontractant.

La Commission a retenu que ces manquements étaient imputables à MM. Crastes et Chailley qui étaient, respectivement, directeur général et directeur des investissements de H2O AM LLP à l’époque des faits.

Compte tenu de la “gravité des manquements”…

Compte tenu notamment de la gravité des manquements, de l’implication des dirigeants dans la commission de ceux-ci, ainsi que du préjudice subi par les investisseurs résultant en particulier du blocage de leur épargne, la Commission a prononcé :

  • à l’égard de la société H2O AM LLP une sanction pécuniaire d’un montant de 75 millions d’euros assortie d’un blâme ;
  • à l’égard de M. Crastes une sanction pécuniaire de 15 millions d’euros assortie d’une interdiction d’exercer pendant une durée de 5 ans l’activité de gérant, directement ou par délégation, ou de dirigeant d’une des entités mentionnées aux 7°, 7 bis et 7° ter du II de l’article L. 621-9 du code monétaire et financier. Ces textes visent principalement les placements collectifs, les sociétés de gestion de placements collectifs et les sociétés de gestion d’un autre État membre de l’Union européenne ayant une succursale ou fournissant des services en France qui gèrent un ou plusieurs OPCVM ou fonds d’investissement alternatifs ;
  • à l’égard de M. Chailley une sanction pécuniaire de 3 millions d’euros assortie d’un blâme.

Si vous êtes un petit porteurs victime de H20, n’hésitez pas à nous faire part de votre témoignage.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin
Philippe Miller

Cet article a été écrit par Philippe Miller
Journaliste professionnel, télé et web, carte de presse n°115527, depuis 2010, spécialiste des arnaques financières, des paradis fiscaux et des mafias.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Les dessous de l'arnaque

Comment vérifier qu'un site internet n'est pas une arnaque ? Pourquoi les sites de Forex et de CFD sont presque toujours une
arnaque Pourquoi le Marketing Multiniveau ou MLM est-il si souvent
assimilé à des arnaques ?

Publicités

VOTRE BILAN PATRIMONIAL GRATUIT
La vengeance des escrocs
L'industrie des arnaques sur internet - Warning Trading
Devenez Contributeur - Warning Trading
Traitement des données en cours
Merci de bien vouloir patienter
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x