Déjà plus de 27 000 victimes aidées. Il est temps de célébrer 10 ans de confiance !

Bousorama n’est pas boursorama: avis sur cette usurpation d’identité

bousorama

Bousorama.fr s’apparente étrangement à Boursorama. Cette ressemblance n’est pas fortuite mais relève bien d’une escroquerie.

Il semble y avoir une confusion dans votre analyse. Boursorama est en réalité un site web légitime et réputé dans le domaine de la finance en France. Il s’agit d’une filiale de la Société Générale, proposant des services bancaires et financiers en ligne, tels que des comptes bancaires, des assurances-vie, des crédits, et des services de courtage en ligne.

Cependant, il est possible que des escrocs tentent d’usurper l’identité de Boursorama pour mener des activités frauduleuses. Si vous avez des doutes sur un site prétendant être Boursorama, je vous conseille de vous assurer que vous visitez le site officiel, boursorama.com, et de ne jamais divulguer d’informations personnelles ou bancaires à des sites suspects ou non vérifiés. Si vous avez des préoccupations concernant des activités frauduleuses en ligne, vous pouvez les signaler aux autorités compétentes.

bousorama.fr existe depuis une époque révolue, vigilance requise

Pour examiner si un URL est impliqué dans une supercherie, notre première démarche consiste à consulter son Whois. Ce registre, qui est publique, offre la possibilité de recueillir des renseignements cruciaux au sujet d’une adresse web. Habituellement, les whois liés aux fraudes sur le net affichent des dates de création très récentes. Les fraudeurs, une fois repérés, sont contraints d’établir de nouveaux URL pour poursuivre leurs manigances. Et le cycle continue… Certaines escroqueries sont démasquées en l’espace de quelques jours, obligeant leurs auteurs à renouveler constamment leurs efforts au détriment de la qualité. Ainsi, le Whois constitue un indicateur pertinent bien qu’insuffisant.

Certains portails d’escroqueries parviennent néanmoins à exposer des existences relativement longues. C’est le cas pour Bousorama, mis en place il y a exactement 6105 jours. Ils y parviennent, soit par la création de stratagèmes d’escroqueries qui retardent la prise de conscience des victimes. Ainsi, lorsque celles-ci réalisent leur mégarde, plusieurs années ont pu s’écouler. Soit les arnaqueurs acquièrent le domaine d’un site déserté pour s’approprier son ancienneté et, de fait, sa légitimité. Des escroqueries affichent alors des sites web vieux de plusieurs milliers de jours ! Dans ce contexte, l’analyse du whois de Bousorama ne se révèle donc pas décisive. Il est indispensable de sonder au-delà.

Vous réclamez justice ?
Vous cherchez d’autres victimes ?

BOUSORAMA.FR vous a causé un préjudice, vous considérez que vous êtes une victime et vous cherchez des moyens de vous défendre ? Remplissez ce formulaire pour être ajouté à la liste des victimes de cette arnaque. Vous serez automatiquement mis en relation avec d’autres victimes et vous aurez accès à des offres de services juridiques personnalisées. Si la police ou la gendarmerie nous contactent, nous les mettrons en relation avec vous.

Mise en relation

bousorama.fr, une contrefaçon de boursorama.com

Entre boursorama.com et bousorama.fr, la distinction se résume à quelques caractères. Ce détail, apparemment anodin, est en réalité un signe révélateur d’une fraude identitaire. En effet, l’URL authentique de Boursorama est boursorama.com et non bousorama.fr. Cette proximité entre les URLs induit en erreur les épargnants. Familiers avec le nom de Boursorama, ils considèrent cette différence minime. Pourtant, c’est tout le contraire. Cela constitue un signe probant de l’existence d’une fraude identitaire.

Malheureusement, ce n’est pas la première occurrence où Boursorama est confronté à une usurpation d’identité. Nous avons précédemment publié au moins un article sur le sujet.

david.fillebeen@bousorama.fr, courriel de prédilection de ces fraudeurs

Pour entrer en contact avec leurs proies, ces individus utilisent le courriel david.fillebeen@bousorama.fr. Bien qu’il n’y ait pas de certitude qu’elle soit la seule exploitée, c’est celle qui a pu être confirmée. Leur méthode inclut souvent l’usurpation d’identité.

L’Assurance Banque Epargne Info Service a inscrit Bousorama sur sa liste noire

Periodiquement, l’Assurance Banque Epargne Info Service met à jour sa liste noire recensant les entités et sites web non autorisés. Tout comme les institutions européennes. Il s’avère que Bousorama figure bel et bien sur cette liste noire. Même si les représentants de cette structure tentent de discréditer la liste noire de l’Assurance Banque Epargne Info Service par des théories du complot, ignorez leurs assertions. L’inscription sur liste noire d’une entreprise répond à des critères rigoureux visant principalement à protéger les consommateurs contre les investissements frauduleux.

De notre analyse, Bousorama est effectivement une tromperie

Au vu des éléments précédemment mentionnés, il est indéniable, Bousorama constitue une escroquerie financière.

Le stratagème financier en ligne s’est imposé comme un secteur prospère et cette entité adopte clairement ses méthodes : illégalité, duperie, anonymat, usurpation d’identité… Si vous réfléchissez à leur accorder votre confiance, abstenez-vous. Et si vous avez été leur cible, retrouvez ci-dessous des recommandations.

En cas de transfert d’argent par virement, initiez une procédure de rappel des fonds

Si vous avez transféré des fonds aux fraudeurs de Bousorama via virement bancaire, il est crucial d’entreprendre une demande de rappel de fonds d’urgence.

Effectivement, une caractéristique des virements bancaires est qu’ils autorisent les demandes de rappel de fonds, y compris plusieurs semaines après l’opération, si le compte destinataire est toujours actif et si vous prouvez que ce transfert était frauduleux.

Mieux encore: dès que votre banque est informée qu’il s’agit d’une fraude et que vous avez sollicité un rappel de fonds, elle est tenue de le réaliser dans les plus brefs délais. Et si elle défaille, elle s’expose à des responsabilités. Cela ne garantit cependant pas le succès de l’opération. Il s’agit d’une obligation de moyen.

Plusieurs victimes ont déjà réussi à réobtenir des fonds via cette démarche. Cet article peut servir de preuve de la fraude pour demander le rappel des fonds.

Si les paiements par carte visa permettaient de telles annulations, la tâche des fraudeurs en serait grandement affectée…

Victimes de Bousorama: voici ce qui est essentiel à savoir

Si Bousorama vous a dupé, ne restez pas inactif ! Vous découvrirez un soutien utile en consultant cette page dédiée.

Si Bousorama vous a ciblé, c’est probablement suite à une annonce sur internet, souvent illicite. Notez que ces publicités ne sont généralement pas diffusées par Bousorama mais par d’autres entités malveillantes spécialisées dans la promotion de services financiers douteux. Il est probable que vos coordonnées aient ensuite été cédées à Bousorama. Il est donc vraisemblable que vous soyez sollicité de nouveau par d’autres escroqueries sous divers noms.

Particulièrement si vous avez déjà été trompé précédemment. Habituellement, les escrocs estiment qu’une personne dupée une fois est plus susceptible de l’être une deuxième fois. Pour donner une leçon à ces fraudeurs, feignez un intérêt pour recueillir un maximum d’informations sur l’escroquerie proposée. Puis, transmettez-nous ces informations afin que nous puissions publier un article à ce sujet.

Bousorama vous a possiblement sollicité pour envoyer des documents d’identité (passeport, carte nationale d’identité ou permis de conduire) et un justificatif de domicile. Il est difficile de prévoir ce que les faux conseillers de Bousorama feront de ces documents. Dans d’autres cas, nous avons découvert que des arnaqueurs utilisent des identités volées à des fins illégales. Ainsi, il est crucial de porter plainte contre eux.

Mise en garde contre des imitations de Warning-Trading.com

Warning-Trading.com est régulièrement imité par des escrocs que nos actions et publications perturbent. Ces imitations prennent diverses formes pour nous nuire de différentes manières. Pour comprendre les conséquences de s’opposer aux escrocs, consultez cet article.

Des fraudeurs contactent leurs victimes en se faisant passer pour Warning-Trading.com, leur laissant croire à une possible récupération de leurs fonds. Certains parviennent à faire payer leurs victimes une seconde fois, leur faisant miroiter une hypothétique restitution de leur argent. Cela s’appelle la « revente d’espoir », l' »arnaque à la récupération de fonds » ou « arnaque dans l’arnaque ». Si quelqu’un vous aborde de cette façon, ne répondez pas. C’est une escroquerie. Nous sommes un média financé principalement par la publicité. Lorsque nous contactons des victimes, notre but est toujours la rédaction d’articles.

Philippe Miller

Philippe Miller

Journaliste professionnel, télé et web, carte de presse n°115527, depuis 2010, spécialiste des arnaques financières, des paradis fiscaux et des mafias.

PUBLICITÉS

Participez à notre sondage sur les arnaques

En répondant à ce sondage ouvert à tous nos lecteurs, vous nous permettez d’améliorer notre offre d’information et d’aide aux victimes.

Faites un don défiscalisé

Soutenez un service de presse en ligne spécialisé dans l’actualité des escroqueries financières sur internet avec un don ponctuel ou récurrent.

A lire ensuite...
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Toute l’actualité des escroqueries financières, enquêtes, investigations et guides.