Des députés anglais dénoncent la croissance “alarmante” des publicités frauduleuses pour des arnaques

Police et Justice Philippe Miller Publié le 18 février 2022 à 08:42    Temps de lecture: 8 min
Publicité
publicités frauduleuses sur internet | Warning Trading

Un rapport de la commission du Trésor accuse le gouvernement britannique de ne pas en faire assez pour empêcher les escroqueries via des publicités frauduleuses sur internet aboutissant à des usurpations d’identité, et des investissements cryptographiques douteux.

Le gouvernement anglais ne fait pas assez contre les arnaques en ligne

Un rapport de la commission du Trésor a déclaré que le gouvernement ne faisait pas assez d’efforts pour empêcher les “escrocs pernicieux” d’arnaquer des consommateurs innocents avec des publicités en ligne frauduleuses, des escroqueries par usurpation d’identité et des investissements.

Il est “facile pour les fraudeurs” de placer des publicités frauduleuses sur les médias sociaux et d’autres plates-formes internet parce qu’ils ne sont pas légalement tenus de vérifier les antécédents des annonceurs, a déclaré la commission parlementaire.cryptographiques douteux.

Les GAFAM ont reçu 1,1 million de livres de l’Etat pour réagir

Le rapport révèle que la Financial Conduct Authority (FCA) a versé plus de 1,1 million de livres sterling à des sociétés en ligne, dont Google, Twitter, TikTok et Meta, propriétaire de Facebook et Instagram, afin de pouvoir placer des publicités mettant en garde contre les escroqueries entre 2019 et 2021.

Google a été payé plus de 690 000 £ par la FCA – qui est un organisme public indépendant financé par les entreprises qu’il réglemente – tandis que Twitter a reçu plus de 161 000 £, Meta a gagné plus de 364 000 £ et TikTok a été payé 50 000 £, selon le rapport.

Mark Steward, directeur de l’application de la loi de la FCA, a déclaré : “Nous aurions préféré que ces annonces ne soient pas publiées en premier lieu, pour être vraiment franc. L’ironie du fait que nous devions payer les médias sociaux pour qu’ils publient des avertissements sur les publicités dont ils reçoivent de l’argent ne nous échappe pas.”

Google reçoit 690 000 livres et décide d’en rendre 2,2

Google a depuis offert 3 millions de dollars (2,2 millions de livres sterling) en crédits publicitaires gratuits à la FCA, avec l’offre d’un autre 2 millions de dollars (1,5 million de livres sterling) en crédits pour soutenir la sensibilisation du secteur, selon le rapport.

Le Comité du Trésor a déclaré qu’il exhortait désormais les autres sociétés en ligne “à suivre l’exemple de Google” et qu’il s’attendait à ce qu’elles remboursent l’argent versé par la FCA.

En décembre, Meta, Twitter et Microsoft ont annoncé qu’ils n’autoriseraient que les publicités pour des services financiers provenant d’entreprises agréées par la FCA, après les mesures similaires prises par Google, TikTok et Amazon.

Toutefois, d’autres grandes plateformes en ligne – dont Snapchat, propriétaire de Snap Inc, et eBay – n’ont pas encore pris d’engagements similaires, selon la commission.

Elle a ajouté : “Nous reconnaissons que le fait de confier aux entreprises en ligne la responsabilité de rembourser les consommateurs victimes de fraude en ligne pourrait rapidement transformer leur approche de la fraude.”

Des recommandations contre les fraudes

Dans un rapport de grande envergure, les députés ont averti que la criminalité économique est un “problème majeur et en croissance rapide au Royaume-Uni” mais qu’elle “ne semble pas être une priorité pour les forces de l’ordre”.

Selon le rapport, Action Fraud a signalé une augmentation de 36 % des délits de fraude l’année dernière, avec plus de 420 000 infractions enregistrées.

Dans une série de recommandations, les députés ont demandé :

  • Un seul organisme chargé de faire respecter la loi et de lutter contre la criminalité économique, ainsi qu’un seul ministère pour prendre en charge la politique.
  • Une refonte de la Companies House et une augmentation du coût d’enregistrement d’une entreprise, qui passerait de 12 ou 13 £ actuellement à 100 £, afin de dissuader les criminels de créer des centaines de sociétés fictives.
  • Le gouvernement va “examiner sérieusement” la question de savoir si les sociétés en ligne devraient être tenues de verser des indemnités lorsque des fraudes sont commises sur leurs plateformes.
  • Les ministres examineront si les sociétés de médias sociaux devraient être tenues de vérifier les antécédents de leurs annonceurs afin de rendre plus difficile la promotion des fraudeurs.
  • Réglementation adéquate de l’industrie des crypto-monnaies pour prévenir la fraude et le blanchiment d’argent.

La criminalité financière augmente à un “rythme alarmant”

Le Comité du Trésor a averti que la fraude et la criminalité économique ont “continué à augmenter à un rythme alarmant” et que le travail effectué par le gouvernement n’est “pas assez efficace pour endiguer la hausse, et encore moins pour commencer à la contrôler”.

Les programmes de soutien aux entreprises pendant la pandémie “ont fait l’objet de niveaux de fraude très importants”, notamment 4,9 milliards de livres sterling de prêts frauduleux réclamés dans le cadre du programme de prêts Bounce Back, ont déclaré les députés.

Le chancelier Rishi Sunak a déclaré hier que l’estimation initiale de 4,9 milliards de livres avait depuis été “revue à la baisse d’un tiers”.

Le ministre du budget démissionne faut d’avoir lutté contre les fraudes

Cependant, le ministre du budget, Lord Agnew, a démissionné le mois dernier en raison du bilan du gouvernement en matière de lutte contre la fraude dans le cadre des programmes d’aide aux entreprises coronavirus, alors que des rapports indiquaient que le gouvernement avait radié 4,3 milliards de livres sterling de prêts COVID réclamés frauduleusement, ce que le gouvernement a démenti.

Mel Stride, président de la commission du Trésor, a déclaré : “Pendant trop longtemps, des escrocs pernicieux ont agi en toute impunité, arnaquant des consommateurs innocents avec des publicités en ligne frauduleuses, des escroqueries d’usurpation d’identité et des investissements cryptographiques douteux.

“Malheureusement, la fraude a grimpé en flèche pendant la pandémie, et en tant que députés, nous avons entendu des histoires déchirantes de personnes qui ont été victimes de ces criminels et ont perdu de grosses sommes d’argent.

“Bien que le gouvernement ait fait quelques progrès dans ce domaine, nous lui demandons aujourd’hui d’insister davantage et d’agir plus rapidement contre l’épidémie croissante de fraude.”

Des histoires d’arnaques dans la presse anglaise

Sky News a révélé le mois dernier qu’une femme avait été dupée pour plus de 10 000 £ par un fraudeur se faisant passer pour Nicolas Cage sur Facebook.

L’année dernière, il est apparu qu’un groupe organisé de criminels basé en Asie de l’Est avait escroqué des demandeurs d’emploi au Royaume-Uni en plaçant une application frauduleuse dans les magasins d’applications Google et Apple.

Quelle a été la réaction du gouvernement et des entreprises en ligne ?

Passing-shot de déclarations entre GAFAM et gouvernement anglais

En réponse au rapport, un porte-parole du gouvernement a déclaré que le gouvernement prenait des “mesures fermes et coordonnées” pour réprimer la criminalité économique et qu’il était “déterminé à aller plus loin”.

“Nous ne tolérerons pas que des criminels profitent de l’argent sale et nous ferons tout ce qui est nécessaire pour traduire ces criminels en justice”, a-t-il ajouté.

Un porte-parole de Google a déclaré : “Nous travaillons en consultation avec la FCA depuis près de deux ans pour mettre en œuvre de nouvelles mesures et nous continuerons à appliquer vigoureusement les nouvelles restrictions désormais en place, exigeant que les annonceurs de services financiers soient autorisés par la FCA, avec des exceptions soigneusement contrôlées.”

Meta a déclaré avoir fait don de 3 millions de livres sterling à Citizens Advice pour mettre en œuvre un programme de sensibilisation aux escroqueries en ligne et d’aide aux victimes.

Un porte-parole a ajouté : “La promotion des escroqueries financières est contraire à nos politiques et nous consacrons d’importantes ressources à la lutte contre ce problème qui touche l’ensemble du secteur, sur nos plateformes et en dehors.”

Philippe Miller

Cet article a été écrit par Philippe Miller
Journaliste professionnel, télé et web, carte de presse n°115527, depuis 2010, spécialiste des arnaques financières, des paradis fiscaux et des mafias.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Les dessous de l'arnaque

Comment vérifier qu'un site internet n'est pas une arnaque ? Pourquoi les sites de Forex et de CFD sont presque toujours une
arnaque Pourquoi le Marketing Multiniveau ou MLM est-il si souvent
assimilé à des arnaques ?

Publicités

Du lundi au vendredi
de 8 à 11h et de 13h à 17h
09 77 21 82 78
Appel non-surtaxé. Coût d'une communication ordinaire depuis la France
+33 9 77 21 82 78
Coût d’une communication internationale depuis l’étranger
La vengeance des escrocs
L'industrie des arnaques sur internet - Warning Trading
Devenez Contributeur - Warning Trading
Traitement des données en cours
Merci de bien vouloir patienter
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x