Andrew Forrest lance une action pénale contre Facebook pour des publicités frauduleuses utilisant son image

Police et Justice Philippe Miller Publié le 8 février 2022 à 07:12    Temps de lecture: 5 min
Facebook
Andrew Forrest lance une action pénale contre Facebook pour des publicités frauduleuses utilisant son image | Warning Trading

Selon ce milliardaire qui fait fortune dans les mines en Australie, cette première mondiale vise à empêcher les Australiens d’être victimes d’escroqueries par le biais de publicités “Piège à clics” sur les médias sociaux.

Une procédure pénale contre Facebook, une première

Le milliardaire australien Andrew Forrest a lancé une procédure pénale contre Facebook, alléguant que le géant de la technologie a enfreint les lois fédérales contre le blanchiment d’argent en ne réprimant pas suffisamment les publicités frauduleuses qui utilisaient son image.

L’action engagée devant le tribunal correctionnel d’Australie occidentale est la première fois que Facebook fait l’objet de poursuites pénales dans le monde, a déclaré M. Forrest jeudi.

Facebook ferait preuve d’une imprudence criminelle

On accuse Facebook de faire preuve d’une imprudence criminelle en ne prenant pas de mesures suffisantes pour empêcher les criminels d’utiliser sa plateforme de médias sociaux pour envoyer des publicités frauduleuses qui visaient à escroquer les utilisateurs australiens.

Il est allégué que les publicités frauduleuses – qui utilisaient l’image de Forrest et prétendaient promouvoir des systèmes d’investissement en crypto-monnaies – sont apparues sur Facebook depuis mars 2019.

Usurpation d’identité de célébrités

En France, les usurpations d’identité de célébrités pour promouvoir les arnaques sont également très nombreuses: Jean-Jacques Goldman, Kylian Mbappé, Jean-Pierre Pernaut, Yann Barthès…

Forrest, le président de Fortescue Metals Group, affirme également que Facebook n’a pas réussi à créer des contrôles ou une culture d’entreprise qui empêcheraient ses systèmes d’être utilisés pour commettre des crimes présumés.

Approbation de la procureure générale d’Australie

Il est inhabituel pour un simple citoyen de porter des accusations criminelles contre une société. M. Forrest a déclaré qu’il avait demandé et obtenu l’approbation de la procureure générale d’Australie, Michaelia Cash, pour lancer l’action en vertu du code pénal du Commonwealth.

En septembre 2021, Forrest a lancé une procédure civile contre Facebook en Californie, aux États-Unis.

Une lettre ouverte à Mark Zuckerberg

L’action en justice australienne intervient après que Forrest a demandé à Facebook d’empêcher que son image soit utilisée pour escroquer les utilisateurs australiens – notamment dans une lettre ouverte adressée à Mark Zuckerberg en novembre 2019.

“Je fais cela parce que je suis préoccupé par les Australiens innocents qui sont arnaqués par des publicités clickbait sur les médias sociaux”

“Je suis déterminé à faire en sorte que les opérateurs de médias sociaux ne permettent pas à leurs sites d’être utilisés par des syndicats criminels”.

“Cette action est prise au nom de ces Australiens de tous les jours – mères et pères, grands-parents – qui travaillent toute leur vie pour rassembler leurs économies et pour s’assurer que ces économies ne sont pas escroquées par des escrocs. J’agis ici pour les Australiens, mais cela se produit dans le monde entier.”

Extraits d’une lettre ouverte de Andrew Forrest à Facebook

Facebook fait peu de commentaires

Facebook a déclaré qu’il ne pouvait pas commenter le cas de Forrest spécifiquement parce qu’il s’agissait d’une “affaire juridique potentiellement active”.

Mais la société a déclaré de manière générale “nous ne voulons pas de publicités cherchant à escroquer les gens ou à les induire en erreur sur Facebook – elles violent nos politiques et ne sont pas bonnes pour notre communauté”.

Un porte-parole a déclaré à Guardian Australia : “Nous adoptons une approche multiforme pour mettre fin à ces publicités, nous travaillons non seulement pour détecter et rejeter les publicités elles-mêmes, mais aussi pour bloquer les annonceurs de nos services et, dans certains cas, prendre des mesures judiciaires pour faire respecter nos politiques. Nous sommes déterminés à empêcher ces personnes d’accéder à notre plateforme.”

Le “cloaking” en accusation

L’une des difficultés pour les entreprises de médias sociaux et les éditeurs est que les escrocs utilisent souvent la technologie pour montrer un contenu différent aux utilisateurs et aux examinateurs internes des annonces – une pratique appelée “cloaking”.

Mais Forrest a dit qu’il voulait que les entreprises de médias sociaux utilisent leurs ressources et leurs revenus pour protéger les personnes vulnérables. “Les médias sociaux font partie de nos vies, mais il est dans l’intérêt public que davantage soit fait pour garantir que la fraude sur les plateformes de médias sociaux soit éliminée ou réduite de manière significative”, a déclaré le magnat de l’industrie minière jeudi.

Une première audience au tribunal de WA est prévue pour le 28 mars, avec une audience de mise en accusation attendue plus tard en 2022.

Philippe Miller

Cet article a été écrit par Philippe Miller
Journaliste professionnel, télé et web, carte de presse n°115527, depuis 2010, spécialiste des arnaques financières, des paradis fiscaux et des mafias.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Les dessous de l'arnaque

Comment vérifier qu'un site internet n'est pas une arnaque ? Pourquoi les sites de Forex et de CFD sont presque toujours une
arnaque Pourquoi le Marketing Multiniveau ou MLM est-il si souvent
assimilé à des arnaques ?

Publicités

Du lundi au vendredi
de 8 à 11h et de 13h à 17h
09 77 21 82 78
Appel non-surtaxé. Coût d'une communication ordinaire depuis la France
+33 9 77 21 82 78
Coût d’une communication internationale depuis l’étranger
La vengeance des escrocs
L'industrie des arnaques sur internet - Warning Trading
Devenez Contributeur - Warning Trading
Traitement des données en cours
Merci de bien vouloir patienter
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x