Déjà plus de 27 000 victimes aidées. Il est temps de célébrer 10 ans de confiance !

Les fondateurs de l’escroquerie présumée Africrypt nient toute implication dans le “piratage” de 3,8 milliards de dollars.

Nouvelle effondrement de pyramide financière dans le milieu des cryptos. Cette fois-ci, il s’agit d’Africrypt. Née en Afrique du sud, elle aurait fait perdre près de 3,8 milliards d’euros.

Escrocs ou victimes?

Deux frères ont fait la une des journaux du monde entier après avoir emporté plus de 3,8 milliards de dollars dans ce qui était considéré comme l’une des plus grandes et des plus audacieuses escroqueries aux devises numériques. Cependant, ils ont maintenant démenti toute implication dans ce vol. Ils ont rejeté la faute sur les pirates informatiques et ont déclaré avoir pris la fuite parce qu’ils craignaient pour leur vie.

Selon des rapports publiés en Afrique du Sud, Africrypt ciblait des particuliers fortunés et des célébrités, leur promettant des rendements ridicules. La Financial Services Conduct Authority l’a récemment décrite comme “offrant des rendements exceptionnellement élevés et irréalistes, semblables à ceux proposés par des systèmes d’investissement illégaux communément appelés Ponzis”.

La société Africrypt a été fondée par deux frères, Raees et Ameer Cajee. Ils ont fui l’Afrique du Sud après avoir annoncé à leurs investisseurs que des pirates informatiques avaient pénétré dans leur système et s’étaient emparés de tout l’argent. Cependant, beaucoup ont considéré qu’il s’agissait d’une escroquerie à la sortie, y compris le cabinet d’avocats représentant les investisseurs.

Aujourd’hui, s’adressant à la BBC, les deux frères ont nié toute implication dans le hold-up. Par l’intermédiaire de leur avocat, John Oosthuizen, les deux frères ont déclaré à la BBC qu’ils “niaient catégoriquement avoir été impliqués dans le hold-up ou s’être enfuis avec les fonds.”

“Il n’y a aucun fondement à cette accusation et ces accusations sont sans fondement. Ils maintiennent qu’il s’agissait d’un piratage et qu’ils ont été dépouillés de ces actifs”, a déclaré l’avocat à la BBC.

En outre, les deux frères ont nié avoir jamais géré 3,8 milliards de dollars, affirmant que le montant était bien inférieur. Ils accusent les médias d’avoir gonflé ce chiffre hors de toute proportion.

Ils se disent victimes mais ne portent pas plainte

Cependant, bien qu’ils n’aient apparemment pas été coupables, les deux frères n’ont pas porté plainte à la police après avoir été prétendument floués par les pirates informatiques. Ils ont également pris la fuite peu de temps après avoir été prétendument piratés. Hanekom Attorneys, le cabinet d’avocats représentant les investisseurs d’Africrypt, a également déclaré que certaines des adresses vers lesquelles les “pirates” ont drainé les fonds avaient été précédemment liées aux deux frères.

L’avocat a imputé leur comportement irrationnel à leur jeune âge, affirmant qu’à l’époque, ils étaient âgés de 18 et 20 ans et “avaient très peu d’expérience de la vie.”

Les deux frères auraient reçu des menaces de mort de la part d’investisseurs et leur première préoccupation était donc de protéger leur famille, ce qui a nécessité leurs actions, selon l’avocat.

Une fois que les autorités sud-africaines auront ouvert une enquête sur le prétendu piratage, les deux frères se coordonneront pleinement avec les enquêteurs. À l’heure actuelle, ils ne sont pas au courant d’une telle enquête, a déclaré l’avocat.

L’enquête pourrait ne pas avoir lieu, malgré les énormes sommes d’argent perdues. En effet, les régulateurs sud-africains ont affirmé qu’ils n’avaient pas de contrôle explicite sur les monnaies numériques car elles ne constituent pas une classe d’actifs réglementée. La FSCA a révélé qu’elle envisageait de déclarer les monnaies numériques comme un produit financier, ce qui lui donnerait compétence sur le secteur.

Retrouvez toutes nos actualités sur les arnaques au cryptos.

Philippe Miller

Philippe Miller

Journaliste professionnel, télé et web, carte de presse n°115527, depuis 2010, spécialiste des arnaques financières, des paradis fiscaux et des mafias.

PUBLICITÉS

Participez à notre sondage sur les arnaques

En répondant à ce sondage ouvert à tous nos lecteurs, vous nous permettez d’améliorer notre offre d’information et d’aide aux victimes.

PUBLICITÉS

Faites un don défiscalisé

Soutenez un service de presse en ligne spécialisé dans l’actualité des escroqueries financières sur internet avec un don ponctuel ou récurrent.

A lire ensuite...
Warning Trading - enquêtes, investigations et guides

Toute l’actualité des escroqueries financières, enquêtes, investigations et guides.