Déjà plus de 27 000 victimes aidées. Il est temps de célébrer 10 ans de confiance !

Avis Friend.tech: sans doute une arnaque pyramidale

Friend.tech

Etes-vous en interaction avec Friend.tech? Prudence ! Il est question d’une duperie aux nombreuses victimes.

Blockchain et réseaux sociaux

Depuis le début du mois de juillet, Base, le niveau 2 (L2) élaboré par Coinbase, est au centre de nombreuses discussions. Ce nouveau terrain prometteur pour les investisseurs continue d’attirer une base croissante d’utilisateurs. Initialement attiré par les « memecoins », l’enthousiasme s’est depuis déplacé vers le réseau social Friend.tech.

Friend.tech représente un réseau social opérant sur la blockchain Base. Exclusivement accessible via des appareils mobiles, cette application offre aux utilisateurs la possibilité de connecter leur compte X (Twitter) à une adresse Base spécialement créée. L’objectif de cette plateforme est de faciliter la monétisation des communautés en ligne.

Frientech offre aux utilisateurs la possibilité de concevoir et de administrer des réseaux sociaux privés reposant sur la technologie blockchain. Avec Friend.tech, les utilisateurs sont encouragés à exercer un contrôle sur leurs données personnelles, à sélectionner leurs relations et les règles qui les régissent, tout en bénéficiant d’une expérience sociale à la fois plus authentique et sécurisée.

Vous réclamez justice ?
Vous cherchez d’autres victimes ?

FRIEND.TECH vous a causé un préjudice, vous considérez que vous êtes une victime et vous cherchez des moyens de vous défendre ? Remplissez ce formulaire pour être ajouté à la liste des victimes de cette arnaque. Vous serez automatiquement mis en relation avec d’autres victimes et vous aurez accès à des offres de services juridiques personnalisées. Si la police ou la gendarmerie nous contactent, nous les mettrons en relation avec vous.

Mise en relation

Titrisation financière de profils de réseaux sociaux

L’attrait majeur de Friend.tech réside dans son système de négociation de profils, qui a su captiver les utilisateurs. En effet, chaque utilisateur peut générer des parts (shares) liées à son propre profil, lesquelles peuvent être ensuite achetées et vendues sur la place de marché du site.

Une fois qu’une part est achetée, l’utilisateur devient un actionnaire du profil d’un autre utilisateur. Cela lui donne notamment accès à des contenus exclusifs ainsi qu’à des discussions privées.

Il n’est pas surprenant que la fréquentation de la plateforme ait explosé à l’arrivée de nombreux comptes Twitter avec des dizaines de milliers d’abonnés. Il est compréhensible que ces utilisateurs souhaitent profiter de l’opportunité. En effet, ils peuvent récupérer 5 % de frais sur chaque part échangée.

65000 trader et un volume de 26 millions de dollars

Depuis sa sortie de la phase bêta, la plateforme a attiré 65 000 traders qui ont échangé des actions uniques. Ces transactions ont généré un volume total de 26 millions de dollars. D’après les données de DefiLlama, Friend.tech a engendré 1,42 million de dollars de frais au cours des dernières 24 heures, ce qui place le protocole en troisième position derrière Ethereum et Lido. Un succès remarquable, sans aucun doute !

Soutenu par des personnalités influentes sur Twitter, dont le joueur de la NBA Grayson Allen, le protocole a surpassé des acteurs majeurs comme Tron et Uniswap en seulement 10 jours. Cette application crypto, qui permet d’associer une adresse Base à Twitter pour échanger des actions de profils de réseaux sociaux appartenant à des amis, a déjà établi des records impressionnants.

Pour mettre en perspective, le protocole avait engendré des frais de 2,99 millions de dollars au cours de la semaine précédente. Il est probable que ce record soit largement surpassé d’ici la fin de la semaine en cours, étant donné les résultats quotidiens enregistrés par la plateforme.

L’appli officielle faisait l’objet de contrefaçons massives

Cependant, Friend.tech, déjà sous le feu des critiques, est confrontée à un problème majeur : elle n’est pas la seule à proposer ce type de service. En effet, de nombreuses imitations de son application ont fait leur apparition sur le web, sans obtenir son consentement. Ces répliques sont souvent de qualité médiocre, affectées par des problèmes techniques ou des logiciels malveillants.

C’est du moins ce qu’indiquait un tweet émanant du compte officiel de Friend.tech, bien que ce dernier ait été supprimé depuis. Ces copies présumées nuisent à la réputation de Friend.tech, qui peine à maintenir l’engagement de ses utilisateurs…

Menaces, tollé puis revirement

Face à cette situation, Friend.tech a adopté une stratégie : elle menace les utilisateurs qui se servent de ces versions copiées de son application, en retirant les points qu’ils ont accumulés. Les points représentent des jetons numériques que les utilisateurs gagnent en utilisant Friend.tech, en invitant de nouveaux amis ou en participant à des activités. Ces points sont échangeables contre diverses récompenses telles que des cartes-cadeaux, des abonnements ou des produits.

Friend.tech a communiqué cette décision via son compte Twitter officiel, émettant plusieurs messages pour avertir les utilisateurs des dangers associés à l’usage de ces répliques. Parmi les risques évoqués figuraient la perte de données, le vol d’identifiants et même le piratage de comptes. Dans ces tweets, la plateforme encourageait les utilisateurs à procéder à des vérifications pour confirmer l’authenticité de leur application. Pour ce faire, elle leur suggérait de se rendre sur son site web officiel ou de scanner le code QR fourni sur son blog.

Cependant, il y a eu un revirement : ces tweets ont été retirés depuis. Les raisons de cette suppression restent floues. Il est possible que Friend.tech ait compris que sa démarche était peu productive, voire contraire à la loi. Il se pourrait aussi qu’elle ait été confrontée à un surplus de critiques ou de réclamations de la part des utilisateurs ou des autorités. Il est tout aussi envisageable qu’elle ait repensé sa position ou qu’elle ait découvert une solution plus appropriée.

Friend.tech n’existe que depuis 104 jours…

Seulement 104 jours ! Friend.tech, l’URL, n’existe que depuis 104 jours. C’est une information que tout le monde peut vérifier. En effet, l’ancienneté d’une URL est souvent un signe de fiabilité.

Whois du site Friend.tech

Plus l’URL est ancienne, plus elle est digne de confiance. Mais attention, ce critère n’est pas toujours suffisant. Bien que de nombreux sites naissent chaque jour, tous ne sont pas des escroqueries. Pour Friend.tech, c’est un premier indicateur qui doit susciter notre prudence.

Vous réclamez justice ?
Vous cherchez d’autres victimes ?

FRIEND.TECH vous a causé un préjudice, vous considérez que vous êtes une victime et vous cherchez des moyens de vous défendre ? Remplissez ce formulaire pour être ajouté à la liste des victimes de cette arnaque. Vous serez automatiquement mis en relation avec d’autres victimes et vous aurez accès à des offres de services juridiques personnalisées. Si la police ou la gendarmerie nous contactent, nous les mettrons en relation avec vous.

Mise en relation

Trois mois plus tard, déjà le crépuscule…

En moins de 24 heures, la plateforme a généré des frais totalisant 1,42 million de dollars. Un autre chiffre marquant met en lumière le succès de Friend.tech : une somme de 3 milliards de dollars a été recueillie depuis le lancement de la plateforme.

Selon les données fournies par Dune Analytics, le protocole a enregistré un volume global de 36 260 ETH, équivalant à environ 60,6 millions de dollars au taux de change actuel de l’Ether (ETH), à travers 1,4 million de transactions.

De plus, après avoir atteint un sommet de 16,9 millions de dollars en termes de volume échangé en une seule journée le 21 août, la plateforme connaît des difficultés pour maintenir un niveau d’intérêt constant. En effet, durant la journée du 27 août, seulement 1,61 million de dollars ont été échangés, suivis de 2,16 millions la veille et 4,88 millions le jour précédent.

– 90% depuis le 27 août

En parallèle, le nombre d’utilisateurs de Friend.tech connaît également une baisse significative : après avoir atteint un pic de plus de 35 000 utilisateurs le 21 août, ce nombre est tombé à seulement 7 800 le jour précédent, entraînant une réduction de 78 % sur cette mesure.

Cet état de fait impacte inévitablement les revenus de la plateforme. Alors qu’elle avait généré 840 000 dollars le 21 août, Friend.tech a enregistré des gains de seulement 80 000 dollars le 27 août, représentant une fois de plus une diminution de plus de 90 %.

De plus, en proposant des points gratuits et en organisant un airdrop chaque vendredi, la plateforme a l’intention de récompenser ses utilisateurs pour cette réussite. Cependant, on peut se demander si ces récompenses ne sont pas un peu trop généreuses pour être considérées comme crédibles.

Friend.tech: un pump and dump

Les détracteurs ont exprimé leurs réserves, mettant en lumière le mécanisme en place ainsi que les risques potentiels d’effondrement de cette structure pyramidale. Plus spécifiquement, ils soulignent l’instabilité inhérente qui est déjà visible dans le fonctionnement du protocole.

Une fois passée l’excitation des premiers jours, les utilisateurs commencent à vendre leurs actions, déclenchant ainsi une panique qui pourrait éventuellement conduire à l’effondrement du protocole. L’augmentation excessive du nombre d’actions pourrait également piéger les investisseurs si la valeur de ces actions venait à diminuer.

friend.tech

C’est ce qu’on appelle communément le phénomène du « pump and dump ». En d’autres termes, c’est là que réside l’aspect pyramidale. Lorsque vous achetez des actions dans un réseau, leur valeur augmente. Cependant, la seule manière de réaliser des profits consiste alors à attirer de nouveaux investisseurs à participer via votre compte, afin de continuer à faire grimper la valeur de ces actions.

Cette approche permet de tirer profit de l’argent investi par d’autres sans fournir une véritable incitation aux utilisateurs pour qu’ils restent sur la plateforme. Par conséquent, en l’absence de motivation, les individus sont susceptibles de vendre pendant la phase de hausse. Cela entraîne quelques individus réalisant d’importants gains, tandis que de nombreux autres subissent des pertes considérables.

Comme vous l’avez compris en tant que lecteur attentif du Journal du Coin, cette situation semble être vouée à l’échec. Il est désormais évident que les gains faciles ne sont pas réalistes et que les bénéfices exceptionnels, bien qu’attrayants lorsque le marché est en difficulté, cachent souvent des réalités moins favorables. Il est donc impératif de faire preuve de prudence.

Les cryptomonnaies : un terrain de jeu pour les imposteurs

Pour les fraudeurs, l’émergence des cryptomonnaies a été une aubaine, une grande occasion. En 2021, les escroqueries et vols de cryptomonnaies ont fait un bond de 600%. On sait également que l’AMF, le régulateur financier français, reçoit de nombreuses plaintes concernant les crypto-actifs. Plusieurs affaires scandaleuses ont éclaté, comme la fameuse affaire Onecoin, générant plus de 4 milliards de dollars de dommages. Nous dénonçons aussi régulièrement les escroqueries dans ce domaine.

Les technologies blockchain, qui sont à la base des cryptomonnaies, sont propices à ce type de pratiques. Il y a beaucoup à redouter que Friend.tech fasse partie de ces escroqueries…

Le site Friend.tech ne mentionne aucune information légale. Les informations pouvant identifier son dirigeant ou son adresse doivent vous dissuader de traiter avec Friend.tech.

Une entité absente du registre des agents financiers

Les régulateurs financiers publient régulièrement des listes noires d’entités proposant illégalement des offres d’investissement financier. Friend.tech ne figure pas encore sur l’une de ces listes noires, mais nous sommes convaincus qu’elle y fera son apparition tôt ou tard. Le fait que Friend.tech ne soit pas encore sur une liste noire ne doit pas vous rassurer.

Selon nous, Friend.tech est bel et bien une arnaque

Friend.tech est donc certainement une arnaque et doit être traité comme tel.

Les victimes peinent souvent à accepter qu’on ait pu autant les tromper. Et pourtant, c’est la vérité. L’arnaque 2.0 est devenue une véritable industrie.

Victime de Friend.tech ? Vous trouverez ici des informations utiles

Ne restez pas sans agir si vous êtes victime de Friend.tech ! Voici une page spécialement conçue pour vous aider.

En cas d’usurpation d’identité, vous n’êtes pas sans recours. Le dépôt d’une plainte contre Friend.tech peut contribuer à limiter les risques.

Méfiez-vous ! Des imposteurs se font passer pour Warning-trading.com

Certaines victimes d’arnaques nous signalent parfois que nous les avons contactés. En réalité, il s’agit de personnes usurpant l’identité de Warning Trading. Leur double objectif est de prendre encore plus d’argent à leurs victimes et de se venger de notre site qui les dérange. Nous subissons régulièrement toutes sortes d’attaques.

Pour les escrocs, le modus operandi consiste à faire croire à leurs victimes qu’il est possible de récupérer leurs fonds… en échange d’un peu d’argent. Ne tombez pas dans le piège des fausses agences de recouvrement.

Vous réclamez justice ?
Vous cherchez d’autres victimes ?

FRIEND.TECH vous a causé un préjudice, vous considérez que vous êtes une victime et vous cherchez des moyens de vous défendre ? Remplissez ce formulaire pour être ajouté à la liste des victimes de cette arnaque. Vous serez automatiquement mis en relation avec d’autres victimes et vous aurez accès à des offres de services juridiques personnalisées. Si la police ou la gendarmerie nous contactent, nous les mettrons en relation avec vous.

Mise en relation
Philippe Miller

Philippe Miller

Journaliste professionnel, télé et web, carte de presse n°115527, depuis 2010, spécialiste des arnaques financières, des paradis fiscaux et des mafias.

PUBLICITÉS

Participez à notre sondage sur les arnaques

En répondant à ce sondage ouvert à tous nos lecteurs, vous nous permettez d’améliorer notre offre d’information et d’aide aux victimes.

Faites un don défiscalisé

Soutenez un service de presse en ligne spécialisé dans l’actualité des escroqueries financières sur internet avec un don ponctuel ou récurrent.

A lire ensuite...
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x