Raphael Richard nous explique tout sur les liens sponsorisés natifs

Enquêtes et Décryptages Philippe Miller Publié le 29 octobre 2020 à 22:15
Raphael Richard explique les liens sponsorisés natifs

Les “liens sponsorisés natifs”, ce sont ces publicités qui ne donnent pas leur nom sous les articles en ligne de la presse. Cela fait des années que ces liens servent à des escrocs pour recruter des victimes. Nous avons demandé à un spécialiste du marketing en ligne de nous expliquer pourquoi.

Des publicités déguisées sous la forme d’articles de presse

Ils ont envahi les sites de presse en ligne. Rares sont les titres qui y échappent. Sous les articles de vos titres de presse préféré, vous trouvez maintenant systématiquement des liens vers d’autres articles d’un genre un peu particulier. On les appelle les “liens sponsorisés natifs”

  • Pourquoi liens? Parce qu’ils vous redirigent souvent vers un autre site internet.
  • Pourquoi sponsorisés? Parce que le journal qui les accueille est rémunéré pour cela. Il s’agit en réalité d’une publicité.
  • Pourquoi natif? Parce que l’article vers lequel renvoie ce lien essaye de ressembler à l’article dans lequel vous l’avez trouvé.

Ils sont essentiellement générés par deux sociétés: Taboola et Outbrain. L’émission Le Tube avait réalisé un reportage dans les locaux d’Outbrain en 2016. Et déjà, le journaliste avait remarqué d’étranges publicités pour des iPhones à 1 euros. Réponse gênée du représentant d’Outbrain, plaidant l’erreur de bonne foi. Sauf que nous sommes en 2020 et que ces publicités pour des arnaques n’ont jamais disparu.

Raphael Richard nous explique comment sont nés ces liens sponsorisés natifs, comment ils fonctionnent et pourquoi ils renvoient aussi souvent vers des publicités pour des arnaques. C’est un spécialiste de la publicité et du marketing sur internet.

Les liens sponsorisés natifs, enfants naturels des public-reportages

Ca a l’air nouveau. En réalité, le lien sponsorisé natif est aussi vieux que la presse. Seulement, avant internet, on l’appelait publi-reportage, publi-rédactionnel ou publicité-communiqué, comme dans cet extrait du supplément weekend du parisien.

Les journalistes n’aiment pas ça du tout parce que cela instille une confusion entre publicité et journalisme. Mais les lecteurs s’y sont habitués. En contrepartie, on les prévient par une mention, certes un peu petite.

Les publicité pour des arnaques, c’est pas interdit?

Quoi de nouveau avec internet? l’énorme proportion de publicité pour des arnaques qui se glissent dans ces publi-reportages. Ca, ça n’existait pas dans la presse imprimée. Si l’on veut lutter contre les arnaques en ligne, la publicité est une cible à privilégier. La loi Sapin II avait justement interdit la publicité pour les courtiers forex à destination des particuliers. Les courtiers forex avaient envahi les maillots d’équipes de football européen.

D’où cette question: les liens sponsorisés pour des arnaques ne sont-ils pas interdits par la loi Sapin II? Nous avons posé la question à l’Autorité des marchés financiers ainsi qu’à l’Autorité de régulation de la publicité. Hélas nous n’avons toujours pas obtenu de réponse.

Philippe Miller

Cet article a été écrit par Philippe Miller
Journaliste professionnel, télé et web, carte de presse n°115527, depuis 2010, spécialiste des arnaques financières, des paradis fiscaux et des mafias.

Publicités

Contactez Broker Defense

Du lundi au vendredi
de 8 à 11h et de 13h à 17h
09 77 21 82 78
Appel non-surtaxé. Coût d'une communication ordinaire depuis la France
+33 9 77 21 82 78
Coût d’une communication internationale depuis l’étranger
logo balance ton escroc

Devenez annonceur

Cet emplacement publicitaire est libre.

Si vous souhaitez acheter cet emplacement publicitaire sur notre site. Vous trouverez la marche à suivre dans ce document.
N'hésitez pas à nous contacter pour plus de précisions.

Traitement des données en cours
Merci de bien vouloir patienter