Déjà plus de 27 000 victimes aidées. Il est temps de célébrer 10 ans de confiance !

Un ancien élève met en cause les cours de trading de Jean-Louis Cussac et Perceval

Jean-Louis Cussac Perceval FInance Conseil

Depuis quelques semaines, Nicolas se bat pour faire connaître son histoire et obtenir justice. Ancien entrepreneur en bâtiment, il s’est reconverti dans le trading en suivant les cours de Jean-Louis Cussac et de Perceval Finance Conseil. A la suite de pertes massives, il met en cause les enseignements et les conseils qu’il a reçus.

“Si je n’étais pas dyslexique, je n’aurais jamais rencontré Jean-Louis Cussac”

“Si je n’étais pas dyslexique, je n’aurais jamais rencontré Jean-Louis Cussac” raconte Nicolas Lafortezza, rencontré à la terrasse d’un café de Carpentras. C’est sa façon à lui de résumer son parcours, marqué par une dyslexie sévère diagnostiquée l’année de ses 6 ans.

S’il quitte l’école à l’âge de 15 ans pour devenir couvreur-zingueur, c’est uniquement parce que sa dyslexie l’empêche de pousser plus loin des études impossibles à moins d’adaptations pédagogiques inexistantes à cette époque. Si tout cela s’était déroulé 20 ans plus tard, sans doute aurait-il trouvé sur son chemin les structures éducatives naissantes adaptées au câblage mental des dyslexiques. Et du coup, sans doute n’aurait-il pas rencontré Jean-Louis Cussac.

Nicolas Lafortezza
Nicolas est passionné de cyclisme. Ici en 2021 à l’Alpe d’Huez

Son appétit de savoir et comprendre l’économie, il a du renoncer à l’acquérir dans les écoles et les universités. Il est allé le chercher ailleurs. A 17 ans il suit assidument Jean-Pierre Gaillard et Marc Fiorentino. A 18 ans, il achète ses premières actions, des Thomson-CSF que l’État privatise. Il a vingt ans quand il ouvre son PEA qu’il fait grandir en même temps qu’il crée et fait prospérer sa propre société de couverture en bâtiment.

Mais après 10 ans d’activité, Nicolas se lasse. Certes, il emploie 5 salariés et réalise un chiffre d’affaire confortable, jusqu’à 750 000 euros de chiffre d’affaire les bonnes années. Mais intellectuellement, Nicolas est frustré. Il veut se reconvertir dans quelque chose qu’il aurait eu la liberté de choisir si sa dyslexie ne l’en avait pas empêché, à l’âge où l’on choisit ses études. Il se tourne alors vers son violon d’Ingres, la bourse… Et c’est ainsi qu’il va rencontrer Jean-Louis Cussac.

Jean-Louis Cussac, le pape du trading et de la bourse sur BFM

Comme d’autres, comme la plupart, il a aperçu Jean-Louis Cussac sur BFM où le directeur de Perceval Finance Conseil a table ouverte, pratiquement tous les jours pour commenter les marchés financiers. Depuis 20 ans, il est devenu une figure incontournable de la chaîne et de la formation au trading à destination des particuliers.

Vidéo de présentation de Perceval Finance Conseil sur Youtube

Jean-Louis Cussac est né en 1959 en Gironde. Passionné par les échecs, il monte faire ses études de mathématiques et de physique à Paris. Il travaille comme surveillant en internat et se tourne un peu par accident vers la bourse, pour financer ses études.

Sa bio officielle précise qu’il a “commencé sa carrière sur les marchés financiers “ en 1981 pour obtenir sa “carte professionnelle” en 1983. En 1987 “Jean-Louis ouvre un bureau proche du Palais Brongniart, où se retrouvent pour travailler d’anciens traders de parquet. (…) Il crée sa propre salle des marchés à l’attention des professionnels et des particuliers”.

Son profil Linkedin ajoute un passage de trois ans chez Iena Gestion. Il y aurait été “dirigeant et gestionnaire de portefeuilles” de 1988 à 1991. Cette collaboration a tourné court, avec un procès qu’il gagne en 1995. En attendant -longuement- cette échéance judiciaire pour lancer sa société de gestion, il crée Perceval en 1991 pour ouvrir la formation au trading au grand public.

Jean-Louis Cussac
Le parcours de Jean-Louis Cussac tel qu’il le présente sur son profil Linkedin

C’est en 1985 que Jean-Louis Cussac aurait découvert les produits dérivés. A partir de 1989 “il commence le développement d’outils d’analyse technique en s’associant avec des programmeurs pour créer en 1991 Perceval Finance Conseil. En 1993 il se sépare de ses associés”.

Ces dernières années, Jean-Louis Cussac est resté l’actionnaire ultra majoritaire au sein de Perceval, restant toujours propriétaire de plus ou moins 90% des parts, le reste étant en partie distribué à sa famille jusqu’en 2019.

Cette année-là, son employé, Matthieu Ceronne, 34 ans, rachète les parts minoritaires restantes via la société M.E.S. Développement qu’il a fondé en 2018 pour créer un tête à tête actionnarial entre lui et son patron.

Deux sources de revenus: trading pour compte propre et vente de formations

Depuis 1993, “il développe et affine sa Méthode d’Intervention”, élaborée principalement à partir de “son vécu des marchés” et dès 1995, commence à dispenser des formations en trading.

Tant et si bien qu’à partir des années 90, Jean-Louis Cussac gagne sa vie, d’une part en tradant pour son propre compte. Entre 2007 et 2012 il a ainsi “multiplié par cinq sa mise, ce qui se chiffre en plusieurs millions d’euros”. Et d’autre part, en vendant des formations au trading. En mars 2013, il participe brièvement au lancement du fond Ideal Premium de Ferri Gestion.

Les formations de Perceval consistent en des sessions, présentielles ou distancielles, de formation d’une demi-journée à trois mois, facturées entre 990 et 8680 euros et éligibles pour une part au droit individuel à la formation. Aucun prérequis n’est nécessaire pour les formations d’entrée de gamme. Tout le monde est accepté, quel que soit son niveau préalable. N’importe qui peut espérer devenir trader.

Jean-Louis Cussac a toujours affirmé et répété (par exemple dans cette vidéo au TC 1:08:25) que son trading pour compte propre et ses formations sont ses seules sources de revenu. Ces dénégations s’expliquent par le fait que les écoles de trading ont régulièrement été accusées d’être avant tout des “apporteurs d’affaire” rémunérés pour des sites de trading.

Les exemples abondent, que ce soit du coté des sites de trading véreux, essentiellement israélo-chypriotes ou du coté de sites de trading “respectables” et dont l’exemple le plus connu et le plus retentissant est l’affaire Raging Bull aux Etats-Unis. La fraude endémique dans le secteur des sites de trading s’explique, essentiellement et pour le résumer à très grand trait, par leur parenté avec les jeux d’argent.

Les partenaires de Perceval: des avantages pour les élèves sans contreparties

Jean-Louis Cussac et Perceval cependant, n’auraient jamais donné dans ce genre de partenariats. “Il y a un lien sur mon site où les gens peuvent se connecter et ouvrir un compte avec des conditions avantageuses” nous a expliqué Jean-Louis Cussac. “Quand j’amène du monde, c’est la seule chose en jeu entre le client et moi. Moi je ne perçois pas du tout de commissions sur ce qu’il va déposer ou sur ce qu’il va faire” nous a expliqué l’intéressé.

Dans un mail adressé à Nicolas Lafortezza, Matthieu Ceronne évoque une réduction d’abonnement basée sur le “courtage généré”. Est-ce que les courtiers renseignent Perceval sur le volume de courtage des élèves?

Les liens sponsorisés mis en avant par Perceval, comme les deux ci-dessous vers Lynx ou ProRealTime, permettent d’obtenir des “conditions avantageuses” mais sans aucune contrepartie financière pour Perceval, d’après Jean-Louis Cussac.

Jean-Louis Cussac et Perceval
Si vous cliquez sur les liens vers Lynx et ProRealTime mis en avant par Perceval, vous remarquez qu’ils ne renvoient pas aux pages d’accueil normale de ces sites mais à des “liens sponsorisés”, qui permettent à Lynx et ProRealTime de savoir que le visiteur est arrivé sur leur site en ayant cliqué sur un lien mis en avant sur le site de Perceval.

L’ensemble de ces partenariats sans contreparties sont présentés sur le site de Perceval dans une page spéciale. Il s’agit de ProRealTime, Bourse Direct, Trade Nation (anciennement Bourse Trade, tradenation.com est régulé au Bahamas, en Angleterre, en Australie et en Afrique du Sud. 82% de ses clients sont perdants.), Lynx (marque blanche d’Interactive Brokers), Axial Finance ou encore ReadyForTrading. Il arrive que des représentants de ces entreprises, comme Derek Lawless pour Trade Nation, viennent présenter leurs services au cours de ces formations.

Perceval Finance Conseil
Les différents partenaires de Perceval Finance Conseil, Jean-Louis Cussac et Matthieu Ceronne

Les sites pour lesquels Perceval recrute de cette façon des clients sont essentiellement des courtiers, des intermédiaires de marché. On trouve également un vendeur d’ordinateur de trading, ReadyForTrading, fondé par un ancien de Perceval, Benjamin Vialle. Vialle est un informaticien qui a suivi la formation de Jean-Louis Cussac en 2014. L’année suivante, il est chargé de concevoir et d’administrer le site de Perceval, avant de créer son site de vente de configurations d’ordinateurs pour le trading.

Au titre de ces services annexes, les élèves de Perceval reçoivent également une offre de “formation finance comportementale” animée par Jean-Louis Cussac et un “expert en psychométrie et en comportement humain” du nom de Bernard Henry. La session d’une journée et demie coûte 1490 euros.

"atelier de formation" à la "finance comportementale"
Flyer adressé par Perceval à ses élèves pour leur proposer un “atelier de formation” à la “finance comportementale”

Enseignements, propositions, conseils ou recommandations ?

Nicolas Lafortezza se lance. Fin 2017, première formation de trois jours, suivi d’une autre, de même durée, début 2018, le tout pour 5500 euros. Jean-Louis Cussac aurait tout de suite remarqué Nicolas. Nerveux, il se lève parfois brusquement pour rester debout ou faire des remarques qui désarçonnent ses enseignants. Quand elles n’agacent pas. Nicolas doit bientôt expliquer à l’équipe pédagogique de Perceval que son originalité porte un nom: la dyslexie.

En dehors des sessions de cours, Nicolas fait partie de la « salle des marchés ». Ce nom regroupe différents services proposés aux anciens élèves, essentiellement le réseau social privé des élèves de Perceval, qui les accompagne tous les jours et toute la journée contre 1000 euros par mois, soit 11 000 euros par ans après réduction.

Vous en savez plus sur cette entité ou sur cette personne ?

Veuillez utiliser ce formulaire pour entrer en contact avec un de nos journalistes, ou si vous avez besoin d'une communication plus sécurisée, contactez-nous à l'aide de l'application Signal +33 6 33 78 33 78. Aucun système n'est sécurisé à 100%, mais Signal peut être utilisé pour protéger votre identité en utilisant un cryptage de bout en bout.

Envoyer des informations à la rédaction de Warning Trading

Chacun peut y prendre la parole et poser des questions. Il consiste en un groupe Telegram, des conférence sur Ventrilo et quelques newsletter. Il est animé par Matthieu Ceronne. Perceval est une école de trading mais les élèves reçoivent des “conseils” et des “recommandations”, telles que le fameux “trade du jour”.

Jean-Louis Cussac et Perceval
Compilation de quelques “recommandations”, “conseils” ou “trades du jour” distillés par Jean-Louis Cussac à ses élèves

Dans les échanges quotidiens, les frontières entre conseil et éducation peuvent apparaître quelque peu floues. Ainsi ce bout de dialogue entre Nicolas et Perceval:

-Je CALL 5100 je sais pas si faut les vendre?

-Tu sais bien qu’on ne gère pas tes positions, mais effectivement cela peut être judicieux d’en vendre une partie.

Apprendre le trading, en quoi cela consiste? Apprendre à passer des ordres sur le logiciel d’un courtier? Apprendre l’analyse technique pour essayer de prédire les mouvements boursiers? Copier-coller ou pas les “recommandations” et les “conseils” de son professeur ou de son coach, façon copy-trading ou trading social? Où prend fin l’enseignement et où commence le fameux conseil financier, dont le régime juridique n’est pas le même que celui de l’éducation ou de l’intermédiation?

Ce sont les questions que Nicolas se pose aujourd’hui. L’activité de Jean-Louis Cussac n’est-elle pas parfois celle d’un Prestataire en Service d’Investissement (PSI)? D’après le code monétaire et financier, il est obligatoire d’obtenir ce statut pour proposer “des recommandations personnalisées à un tiers (…) concernant une ou plusieurs transactions portant sur des instruments financiers […] ». N’est-ce pas ce que Perceval, Matthieu Ceronne et Jean-Louis Cussac font à leur manière?

“On ne fait pas de conseil personnalisé on fait du conseil de masse” répond Jean-Louis Cussac à ces critiques. Tant que ces conseils sont adressés à un groupe qui est libre de les copier ou pas, Perceval considère qu’ils ne peuvent pas être considérés comme des conseils personnalisés.

Août 2019: premiers doutes sur la méthode Cussac

Après ses deux sessions de formation, Nicolas progresse rapidement. Il accumule des gains. Mais il prend peu à peu ses distances avec le groupe. Pour lui, c’est un soutien autant qu’une distraction. Les membres s’empêchent difficilement de réclamer la martingale, comme un tuyau dans une course de chevaux à l’hippodrome de Vincennes, au lieu de se concentrer sur l’analyse froide et mathématique. Chacun y va de son opinion. Talent et inspiration contre analyse et travail.

En juin 2019, un nouveau venu dans le groupe renforce chez Nicolas cette désagréable impression. C’est Derek Lawless, le commercial de Trade Nation déjà évoqué. « Il racontait n’importe quoi » relate Nicolas.

Derek Lawless Jean-Louis Cussac et Perceval
Derek Lawless présente deux sites internets professionnels: Trade Nation et Perceval

En août 2019, un mini krach sur le CAC 40 accentue ses doutes. L’indice français perd 15% d’un coup. Nicolas enregistre une perte. Modérée mais tout de même. Il suit pourtant rigoureusement la méthode enseignée par Perceval. Elle consiste à “trader sur les options en se couvrant par des futures”.

Nicolas continue pourtant. Passe l’Automne et le fameux “Barrez-vous!” prononcé par Cussac sur BFM. Vient l’hiver et la crise du COVID dont les trader attendent l’impact, tôt ou tard, sur les marchés. Nicolas continue de se lasser du forum Perceval. Il cherche une autre formule. Un fonctionnement en duo avec un autre trader par exemple. Il sonde les possibilités autour de lui.

Nicolas Lafortezza Jean-Louis Cussac et Perceval
Extrait d’un mail adressé par Nicolas à Perceval le 17 février 2020

Le 17 février 2020 a 8h44, il adresse ce mail lapidaire à Perceval: “Honnêtement je sais pas si je continue donc je réfléchis encore une semaine merci”. A 9h10, Jean-Louis Cussac l’appelle sur son téléphone. “Tu es fait pour ce métier” lui aurait lancé Jean-Louis Cussac au cours de cette conversation, ce que l’intéressé dément aujourd’hui. Nicolas reste. Il obtient une réduction: 700 euros au lieu de 1000 pour son abonnement à la “Salle des Marchés”.

Le Krach COVID fait aussi des victimes parmi les élèves de Jean-Louis Cussac

Le COVID choisit la semaine du 24 février pour infecter les marchés financiers. Il passe en quelques jours de plus de 6000 à 3750 points.

Cac 40 covid cussac
Evolution du CAC 40 entre le 20 février 2020 et le 19 mars 2020

Sur le forum de Perceval, pas de panique. Mathieu Ceronne et Jean-Louis Cussac conseillent la vente de puts, consistant à gagner de l’argent quand le CAC remonte en limitant le risque de perte au moyens d’une couverture par des Futures. Pour chaque option, un future avec une garantie de 10 000 euros. D’après Nicolas, c’est l’orthodoxie prônée par Perceval.

Sauf que le scénario ne se serait pas passé comme prévu. D’après Nicolas, la baisse est abyssale et les positions des élèves de Perceval “sautent” les unes après les autres. Les courtiers ferment automatiquement les positions prises par les élèves de Perceval car ils prennent trop de risques sans avoir assez d’argent en garanti sur leurs comptes.

Les pertes latentes ou potentielles sont trop importantes pour être acceptées par le courtier. “Pour ne pas sauter, il aurait fallu compter 60 000 ou 70 000 euros de garantie ou acheter des options put” explique Nicolas. “Mais Prescrire ces montants-là, cela revient à dire aux élèves de Perceval qu’ils n’ont tout simplement pas assez d’argent pour trader”.

D’après Nicolas, une quarantaine de personnes se retrouvent dans cette situation, avec des pertes sèches colossales. Certains auraient parlé de suicide.

Le vendredi noir de Nicolas

Nicolas vend 50 puts la semaine du 24 février. Il les couvre avec des futures sur les conseils de Jean-Louis. Ce jour-là, il se souvient avoir entendu Jean-Louis Cussac affirmer: “la baisse n’ira pas très loin”.

Le vendredi 13 mars, Nicolas solde ses options avec une perte de 580 000 euros qui n’est pas du tout compensée par ses gains de 250 000 euros sur les futures. Il génère ainsi une perte totale de 330 000 euros dans cette opération.

Ses doutes de 2019 se changent en certitude: “on ne peut pas sécuriser des options avec futures”. Il a bien gagné de l’argent avec les futures mais pas assez pour combler ses pertes sur les options. Et selon lui, il ne pouvait pas en être autrement.

Vers 8h, il raconte avoir échangé avec Jean-Louis Cussac par téléphone.

Je ne peux plus tenir la position Jean-Louis. C’est une catastrophe. Il me faut de l’argent. Donne-moi de l’argent et je te rembourse pour stabiliser le compte.

-Je suis dans la même situation que toi, c’est catastrophique.

Le président de Perceval lui aurait confié devoir lui-même combler un important appel de marge avec des liquidités personnelles.

point bourse Jean-Louis Cussac 13 mars 2020
Capture d’écran de la vidéo du point bourse de Jean-Louis Cussac le 13 mars 2020

Jean-Louis raccroche pour lancer son point bourse quotidien. Nicolas écoute attentivement son professeur. Il est médusé par ce qu’il entend. “C’est le stress absolu. C’est que du stress. C’est de la détresse”. Jean-Louis Cussac égrène les victimes du krach sans jamais parler des pertes de ses clients ou de ses propres pertes, que Nicolas devine massives. “Je connais des mecs qui sont bons, qui sont sérieux et ils ont sauté, hier soir”. D’après Nicolas, Jean-Louis parle de ses propres clients.

“Je n’ai jamais dit que j’ai des clients qui ont sauté”

Sur ces événements, Jean-Louis Cussac nous confirme avoir bien eu connaissance des positions et de la perte de Nicolas le 13 mars 2020. Pour le reste, il raconte une toute autre histoire, à commencer par une relation bien plus distante que celle décrite par Nicolas. “Je n’ai pas eu beaucoup affaire à lui” résume le trader et professeur.

“Je n’ai jamais dit que j’ai des clients qui ont sauté” explique-t-il également. Il aurait effectivement évoqué les pertes de quelqu’un, mais certainement pas l’un de ses élèves. Il s’agirait d’un ami NIP indépendant qui venait de vendre un appartement dont le produit aurait été aussitôt perdu dans ce krach.

“Nicolas est-il le seul a avoir fait des pertes de ces proportions parmi vos élèves?” lui avons-nous demandé? “A ma connaissance oui”.

Jean-Louis Cussac a-t-il perdu autant d’argent pendant le krach que le prétend Nicolas? Réponse négative: “j’ai gagné beaucoup. J’ai perdu et j’ai regagné ensuite”.

Vous en savez plus sur cette entité ou sur cette personne ?

Veuillez utiliser ce formulaire pour entrer en contact avec un de nos journalistes, ou si vous avez besoin d'une communication plus sécurisée, contactez-nous à l'aide de l'application Signal +33 6 33 78 33 78. Aucun système n'est sécurisé à 100%, mais Signal peut être utilisé pour protéger votre identité en utilisant un cryptage de bout en bout.

Envoyer des informations à la rédaction de Warning Trading

ce qui se passe dépasse tout entendement

Nicolas est sidéré. Il hésite. Il en veut autant à Jean-Louis Cussac qu’il compte sur lui pour l’aider. Il pense avoir suivi les préconisations de son professeur, autant dans sa méthode que dans ses prévisions. Il pense que Jean-Louis a fait une erreur, qu’il va la reconnaître et que tout rentrera dans l’ordre. Il écrit compulsivement des messages à Perceval en alternant de façon décousue demandes d’aide et reproches de l’avoir retenu d’arrêter le trading.

“Je comprends ton désarroi face à la perte que tu as subie mais ce qui se passe dépasse tout entendement”, lui écrit Claude-Valérie Cohen, la femme de Jean-Louis, qui gère également Perceval. “Nous sommes tous affectés par la situation. (…) “On comprend parfaitement ce qui t’arrive car cela nous est arrivé plusieurs fois”

Le 24 mars, elle ajoute “Jean-Louis est lui aussi extrêmement épuisé par ce qui vient de se passer sur les marchés et les conditions dans lesquelles nous devons maintenant travailler”. La France est alors en plein confinement. “Il faut que tu fasses un break et t’éloignes un peu des marchés” recommande-t-on à Nicolas.

Jean-Louis Cussac et Perceval
Trois mails adressés par Nicolas à Perceval à propos de ses pertes suites au krach de février-mars 2020

Nicolas échange avec les autres élèves pour connaître leurs pertes et envisager une action judiciaire. Claude-Valérie et Jean-Louis l’apprennent et se tendent. Ils acceptent cependant de rembourser l’abonnement annuel de Nicolas au forum, soit près de 6 000 euros, à condition de ne pas “réclamer quoi que ce soit d’autre“.

Les dirigeants de Perceval se disent prêt à aider Nicolas, “à rebondir” et “à trouver du travail dans la finance”. Effectivement, on lui fera part d’offres d’emploi chez ProRealTime.

Jean-Louis Cussac propose à Nicolas de créer un blog sur le trading

Jean-Louis Cussac évoque avec Nicolas la possibilité qu’il crée un blog sur le trading, dans lequel Nicolas pourrait noter les différentes formations au trading et faire de la publicité pour Perceval. “On va t’aider et te commissionner si tu trouves des clients” lui assure Jean-Louis pour l’encourager. Autrement dit: si ce blog permet de recruter des clients pour Pereval, Nicolas pourra toucher des commissions. Nicolas reçoit même un accès gratuit au forum dont il s’était fait rembourser le prix quelques semaines plus tôt. Il aurait conservé cet accès gratuit au moins jusqu’en juin 2021