Recruter les employés d’une escroquerie en bande organisée

WT investigation juillet 20, 2016 15:49 aucun commentaire

 Comment recruter de la main d’œuvre quand on est une industrie largement illégale et franchement immorale ? C’est l’un des plus gros défis auxquels l’industrie du Forex a été confrontée depuis ses débuts. C’est pour cela que le marché du travail du Forex ne ressemble à aucun autre. Tour d’horizon de quelques-unes de ses particularités.

 

Rendre totalement anonymes les offres d’emploi

C’est une des clés de fonctionnement du Forex et de son marché du travail. Les offres d’emploi pour le Forex ne mentionnent jamais les sites pour lesquels elles proposent un emploi et pratiquement jamais leur adresse postale (un seul cas recensé). Ce fait est déjà relevé par un journaliste du Time of Israël qui a couvert récemment la grand-messe du Forex, l’Iforex expo1. Aucune des personnes qu’il rencontre ne lui donne son identité réelle. Sur les brochures, aucun visage, aucune adresse. Sur les cartes de visite, tout juste une adresse mail. On se croirait dans Men In Black.

Pourquoi cet anonymat permanent ? L’industrie du Forex ne se serait pas développée sans internet. Le web a créé un puissant appel d’air pour toutes les escroqueries parce que c’est un pays sans loi ni gouvernement. N’importe qui peut s’attribuer l’identité qui l’arrange. Vous pouvez par exemple, vous présenter comme une entreprise installée à Londres spécialisée dans le courtage sur le marché des changes alors que vous êtes en réalité une équipe de margoulins logée dans un bas-fond de Ramat Gan en Israël. Toute l’industrie du Forex est bâtie sur ce faux semblant.

Masquer les coordonnées réelles des call-centers israéliens permet de fausser le jeu des responsabilités juridiques. Quand ils sont attaqués par leurs victimes, les sites de trading se présentent comme simples fournisseurs technologiques et rejettent la responsabilité par exemple sur l’employé d’un call center sous-traitant. Il est déjà arrivé que l’un de ces employés soit viré puis rembauché a plusieurs reprises comme un fusible, pour faire croire que le mal a été fait par cet élément isolé.

En Israël, les candidats à un emploi dans le Forex ne disposent que de mails ou de numéros de téléphone pour contacter des employeurs potentiels. Il arrive fréquemment que des annonces en apparences différentes émanent en réalité du même call center et que la même personne décroche le téléphone. Ces annonces se diffusent surtout dans la presse locale et sur les réseaux sociaux. Mais le plus choquant c’est qu’elles ont été relayées par des institutions telle que l’Agence juive ou le consulat de France. Ces recruteurs participent même à des salons de l’emploi en Israël sans que cela ne choque personne.

En étudiant les réseaux de recrutement du Forex, on peut assez facilement deviner les secteurs dans lesquels ces escrocs sont en train de concevoir de nouvelles arnaques. Nous remarquons des offres d’emploi présentant exactement les mêmes caractéristiques que celles du Forex et des options binaires, mais dans des domaines très différents : mutuelle, assurance, défiscalisation, métaux rares, photovoltaïque…

Proposer une formation gratuite et un salaire mirobolant

Pour la plupart des juifs qui décident de faire leur alya (installation en Israël), l’expérience est toujours difficile. Au point que pas mal d’entre eux se résolvent à faire le chemin inverse. Peu ou pas d’équivalence de diplômes, des logements trop peu nombreux et hors de prix, des petits boulots mal payés… Quand ces nouveaux venus souvent très jeunes et qui fantasment leur terre promise tombent sur des offres d’emploi qui cumulent formation + salaire fixe important + primes nombreuses, la tentation est très forte. Pour certains, c’est la promesse d’une vie au moins aussi confortable que dans leur pays d’origine. Pour d’autres, l’opportunité de réaliser un rêve d’ado : vivre en flambeur sans se préoccuper de ses fins de mois.

En Israël, le salaire minimum est de 4650 shekels. Les offres d’emploi liées au Forex et aux options binaires proposent toutes un fixe de 7000 shekels, parfois jusqu’à 10 000. Avec les primes, ce salaire peut monter jusqu’à 30 000 shekels. Et cela sans même exiger le moindre diplôme ou expérience.

 

Faire d’abord croire que ce n’est que de la vente puis les transformer en complices

Les boites de Forex recrutent des salariés sans qualifications. Cela va même plus loin. Ces employeurs évitent soigneusement de recruter du personnel qualifié. C’est un paradoxe qui a une explication assez simple. Si vous recrutez et formez du personnel qui ignore tout de la finance, ils tiennent toutes leurs connaissances de vous seul. Dès lors, vous pouvez leur raconter ce que vous voulez, ils vont vous croire. Au moins pendant quelques mois. Si votre employé est diplômé d’une école de commerce, il verra immédiatement les entourloupes et comprendra rapidement que vous enfumez votre monde. Il arrive que des personnes qualifiées soient recrutées dans le Forex. Mais dans ce cas, elles savent très bien dans quoi elles mouillent et le font volontairement.

Tous les anciens salariés du Forex qui ont cru de bonne foi avoir affaire à un boulot honnête racontent la même histoire2 : au bout de quelques mois, ils comprennent que quelque chose cloche. Leurs clients perdent systématiquement leur argent et quand ils posent des questions, ils sont rabroués. Quand ils ont ouvert les yeux, beaucoup démissionnent. Pour cette raison, le turnover est très important et le Forex est en permanence à la recherche de nouvelles têtes. Les autres, ceux qui restent, s’inventent des excuses pour continuer tout en maintenant l’illusion d’une image positive d’eux-mêmes.

C’est toujours dans la même direction qu’ils vont chercher leurs arguments : les victimes seraient consentantes, malgré les avertissements répétés sur les risques (certains disent même que les victimes “aiment être arnaquées”3 ). Elles décrivent leurs proies comme totalement libres d’investir leur argent. Ceux des salariés qui décident de rester, conscients de l’escroquerie à laquelle ils participent intériorisent une vision du monde égoïste et ultralibérale, où chacun roule pour lui et personne ne se soucie de l’intérêt commun ou de la protection des faibles. Une façon de penser qui est en train de se diffuser dramatiquement dans une certaine jeunesse israélienne, mais aussi dans les élites d’un pays comme Chypre.

Entretenir une ambiance de fête et une culture de la prédation

Dans ces call-centers, chaque embauche nouvelle est paradoxalement un risque supplémentaire. Dès lors qu’il comprendra à quoi il participe, le nouveau venu peut potentiellement culpabiliser et aller jusqu’à se retourner contre son employeur en divulguant son vrai nom, son numéro de téléphone, le nom juridique de son entreprise, le nom des sites pour lesquels travaille son call-center… C’est ainsi que Warning Trading a été contacté par plusieurs anciens salariés qui voulaient s’amender ou qui n’avaient pas été payés. En effet, quand ils disparaissent, ces call-center ferment souvent du jour au lendemain pour disparaitre dans la nature et éviter que leurs salariés se retournent contre eux. La plupart des dirigeants de call-center sont d’anciens employés de call-center. Il y a donc en germe chez chaque employé, un concurrent potentiel…

Il est donc très important de chouchouter ses salariés par une ambiance de fête déculpabilisante qui doit leur donner l’impression que leur activité est normale et même valorisée, joyeuse et déculpabilisée. Il faut chercher le moindre prétexte pour faire la fête : Noël, Halloween, le nouvel an, Pâques et les autres fêtes juives, une nouvelle recrue…

Chez Beta Media4 , le gros call center de 24Option, on organise régulièrement des fêtes sur la plage

 

 

Surtout, il importe de mettre en scène chaque dépôt d’argent par des victimes. Comme toujours, de nombreuses références sont empruntées à leur film culte : le loup de wall Street.

Chez Prime Sales5 , une entreprise qui a récemment fait scandale en comparant ses salariés a des vampires dans une offre d’emploi6 , quand un employé réussit à obtenir un dépôt d’une victime, il fait tourner cette roue de la fortune qui permet de lui attribuer un bonus supplémentaire. Dans un article sur l’un des call-center de FXGM, nous avions également décrit le “money fontaine”7.

Dans un récent article sur ces petites mains du Forex8 , le Times of Israël tente une explication de cette déresponsabilisation morale de ces individus en faisant appel à la fameuse expérience de Milgram9 . Cette expérimentation menée au début des années 60 visait à mesurer “le niveau d’obéissance a un ordre contraire à la morale”. Elle a montré comment la déresponsabilisation de l’individu au profit de l’autorité et son conformisme vis-à-vis du groupe peut l’amener vers des actes totalement immoraux. Cette expérience a été abondamment citée pour expliquer les mécaniques d’extermination de la seconde guerre mondiale.

Une atmosphère de harcèlement

C’est l’enseignement inédit d’un récent article du Times of Israël10 , dans lequel d’anciens employés de call-centers témoignent d’une ambiance de harcèlement à la fois moral et sexuel. Les contraintes physiques à connotations sexuelles sont couvertes et appuyées par l’encadrement. Une autre employée se voit reprocher de s’être réfugiée dans un abris tandis que des roquettes artisanales s’abattaient sur Israël. Ces témoignages inédits sont finalement assez cohérents de ce que nous savions de ces call-centers. Les individus sont embauchés par de quasi gourous auxquels ils vendent leur discernement moral contre de l’argent. Que certains de ces call-center ressemblent à des sectes pesantes ne nous étonnera donc pas.

Sources :

1. « Alors que les victimes s’accumulent, l’industrie du Forex fait la fête à Chypre », Time Of Israel

2. « Quel genre de personne volerait une petite femme âgée ? », Time Of Israel

3. « Alors que les victimes s’accumulent, l’industrie du Forex fait la fête à Chypre », Time Of Israel

4. www.betamedia.co.il

5. www.israelbizreg.com/prime-sales-ltd

6. « Tel Aviv binary options firm advertises for ‘predators’ », Time Of Israel

7. « FXGM, d’anciens salariés racontent l’escroquerie de l’interieur », Warning Trading

8. « Quel genre de personne volerait une petite femme âgée ? », Time Of Israel

9. https://fr.wikipedia.org/wiki/Expérience_de_Milgram

10. « Quel genre de personne volerait une petite femme âgée ? », Time Of Israel

Nicolas Gaiardo

Un article de
Nicolas Gaiardo

Une réaction, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*


Services de vérifications

Un petit clic vaut mieux
qu’une grande claque


je vérifie

Résoudre un litige

Les courtiers savent profiter de la situation ; la grande majorité d'entre eux gagnent de l'argent sur les pertes de leurs clients !

  • Impossible de retirer des fonds ?
  • Comptes gérés perdants ?
  • Refus d'enregistrer vos gains ?
  • Professionnel indélicat, injoignable ?

Derniers articles

Traitement des données en cours
Merci de bien vouloir patienter