L’AMF sanctionne Arkea Direct Bank pour des manquements à ses obligations professionnelles

Police et Justice Philippe Miller Publié le 24 juin 2021 à 11:21    Temps de lecture: 3 min
| Warning Trading

La Commission des sanctions de l’AMF sanctionne Arkea Direct Bank, un prestataire de services d’investissement pour des manquements à ses obligations professionnelles.

Au départ, l’AMF refuse d’homologuer Arkea Direct Bank

Dans sa décision du 4 juin 2021, la Commission a prononcé à l’égard de la société Arkea Direct Bank une sanction pécuniaire de 220 000 euros. Cette décision peut faire l’objet d’un recours. 

La Commission des sanctions a été saisie à la suite d’un arrêt du Conseil d’Etat du 20 mars 2020 rejetant les recours formés par la société Arkea Direct Bank et par le président de l’AMF contre le refus d’homologation par la Commission d’un accord de composition administrative conclu entre cette société et le secrétaire général de l’AMF.

La Commission a retenu à l’encontre d’Arkea Direct Bank les cinq manquements qui lui étaient reprochés, concernant des faits commis entre 2014 et 2016.

Elle a considéré qu’Arkea Direct Bank n’avait pas conservé les enregistrements des ordres dans des conditions permettant à l’AMF d’y accéder facilement et de reconstituer chaque étape essentielle des transactions réalisées.

Manquement à l’obligation de meilleure exécution

La Commission a ensuite estimé que les trois manquements relatifs à l’obligation de meilleure exécution reprochés à la société étaient caractérisés. Cette obligation, à l’époque des faits, imposait aux prestataires de services d’investissement de prendre toutes les mesures raisonnables pour obtenir, lors de l’exécution des ordres, le meilleur résultat possible pour leurs clients.

L’obligation de meilleure exécution est un reproche que font régulièrement les clients des courtiers, particulièrement quand surviennent des mouvements volatils importants, comme avec le krach du franc suisse il y a quelques années.

A cet égard, la Commission a retenu qu’Arkea Direct Bank ne disposait pas de données suffisamment complètes et détaillées lui permettant de s’assurer du respect de l’obligation de meilleure exécution des ordres transmis à son prestataire.

Elle a par ailleurs considéré qu’avant 2016, en n’adoptant pas une politique de sélection des entités chargées d’exécuter les ordres pour son compte et en ne réalisant pas de revue formalisée de cette politique, cette société avait manqué à l’obligation de mettre en place un dispositif de surveillance de l’exécution des ordres exécutés pour son compte par d’autres prestataires.

Pour l’année 2016, la Commission a estimé qu’Arkea Direct Bank n’était pas en mesure de justifier de la formalisation de ses contrôles sur la qualité d’exécution des ordres.

Enfin, la Commission a considéré que la société mise en cause avait manqué à son obligation d’informer ses clients non professionnels après la survenance d’incidents pouvant être qualifiés de difficultés sérieuses susceptibles d’influer sur la bonne transmission ou exécution des ordres.

Philippe Miller

Cet article a été écrit par Philippe Miller
Journaliste professionnel, télé et web, carte de presse n°115527, depuis 2010, spécialiste des arnaques financières, des paradis fiscaux et des mafias.

Les commentaires sont fermés.

Les dessous de l'arnaque

Comment vérifier qu'un site internet n'est pas une arnaque ? Pourquoi les sites de Forex et de CFD sont presque toujours une
arnaque Pourquoi le Marketing Multiniveau ou MLM est-il si souvent
assimilé à des arnaques ?

Publicités

Du lundi au vendredi
de 8 à 11h et de 13h à 17h
09 77 21 82 78
Appel non-surtaxé. Coût d'une communication ordinaire depuis la France
+33 9 77 21 82 78
Coût d’une communication internationale depuis l’étranger
La vengeance des escrocs
L'industrie des arnaques sur internet - Warning Trading
Devenez Contributeur - Warning Trading
Traitement des données en cours
Merci de bien vouloir patienter