Fraudes à la carte bancaire : le dernier bilan de la Banque Centrale européenne

Actualité,Avis et témoignages clients,France,VOUS INFORMER novembre 9, 2018 12:47 aucun commentaire

En Europe, le montant de la fraude à la carte bancaire a légèrement diminué en 2016 par rapport à 2015. Selon les statistiques de la Banque Centrale européenne (BCE), le repli est de 0,4 %. Dans le paysage de la zone SEPA, la France est l’un des pays les plus touchés par la fraude à la carte bancaire. Décryptage

Fraude à la CB en Europe : les paiements en ligne sont victimes de leurs succès

Selon ce 5e rapport de la BCE sur la fraude à la carte bancaire, pour chaque 2428 euros dépensés en carte de crédit ou en carte de débit, un euro part dans un système frauduleux.
C’est donc 0,041 % du montant de la transaction qui part dans la fraude. En 2015, cette part était de 0,042 % et elle n’avait pas enregistré de baisse depuis 2011.

La diminution globale de 0,4% est consécutive à une diminution de la fraude utilisant les canaux de transaction des guichets automatiques et les points de vente, qui a compensé d’ailleurs la légère augmentation de la fraude par les paiements en ligne.

Sur l’année 2016, l’ensemble des euros perdus atteint la coquette somme de 1,8 milliard d’euros.

L’essentiel de la fraude c’est-à-dire 73% (et donc 1,32 milliard d’euros) intervient lors des paiements à distance, principalement en ligne.

C’ est la seule catégorie qui enregistre une hausse, avec 2,1 points de plus qu’en 2015. Cependant, comme cette augmentation est moins importante que les années précédentes, la BCE se voit rassurée et précise que finalement : «dans le futur, ce type de fraude est appelé à diminuer et les paiements liés au commerce électronique à être plus sécurisés».

Les fraudes à la carte bancaire en ligne les plus signalées sont celles nommées fraudes propres. Ici,  les criminels obtiennent les informations du titulaire de la carte, notamment ses identifiants 3D Secure et son Address Verification.

Après les paiements en ligne, on retrouve sur la deuxième marche du podium, la fraude sur la CB dans les points de vente. Elle représente 19 % de la totalité des fraudes et affiche un recul de 3 % par rapport à 2015.

En troisième position, et avec une part de 8% du montant total de la fraude, on retrouve la fraude aux guichets automatiques. A noter cependant que ce type de fraude régresse nettement : -12,4 % en un an.

69 fraudes pour 1000 CB en France

Le niveau de fraude n’est pas homogène dans tous les États de l’UE. La France fait ainsi partie, avec le Danemark et la Grande-Bretagne, des pays où il est le plus élevé.

Pour la fréquence des fraudes, elle détient la première place puisque 69 fraudes sont recensées pour 1000 cartes en circulation contre 22 pour la zone SEPA, 39 pour la Grande-Bretagne et 34 pour le Danemark.

Pourtant, les Français ne sont pas les plus gros utilisateurs de CB : chaque français détient en moyenne 1,18 carte bancaire contre 1,53 pour la moyenne européenne. Il effectue 164 transactions par an, contre 291 en G.B, et règle un montant total de 8 043 euros, contre 16 678 euros en G.B.

Des nouvelles modalités de fraudes à la CB en vue ?

Depuis 2015, l’authentification du client «à deux facteurs» adoptée par les banques et soutenue par les commerçants contribue également à limiter la fraude par carte en ligne.

Pour autant, la BCE demande aux institutions bancaires  de ne pas baisser la garde et précise que «la fraude sur les paiements est en constante évolution et de nouveaux types de fraude sont susceptibles d’apparaître».

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter notre article de fond : Paiements en ligne, les dérives du système bancaire.

La BCE note notamment une hausse de la fraude amicale «qui consiste pour un consommateur à effectuer un achat en ligne authentique puis à en demander le remboursement au motif que sa carte a fait l’objet d’une utilisation frauduleuse».

Enfin, la BCE ajoute que «la fraude à la carte bancaire a tendance à évoluer rapidement, passant d’une catégorie à une autre, d’un instrument à un autre, à travers de nouveaux modes opératoires».

En France, pour lutter contre les fraudes à la carte bancaire qui ont touché plus d’un million de Français en 2017, le ministère a lancé la plateforme Perceval.

Pour éviter toute arnaque et permettre aux utilisateurs d’obtenir toutes les informations nécessaires avant d’effectuer une transaction financière en ligne, Warning Trading propose un service de prévention des litiges : Check & Pay. Grâce à ce service, vous obtenez un rapport détaillé de la société concernée pour une transaction sécurisée.

(1) L’Espace unique de paiement en euros (SEPA) comprend les États membres de l’Union européenne plus la Suisse, l’Islande, le Liechtenstein et la Norvège.

Cet articlé a été écrit par Nicolas Gaiardo

Dans le même genre

Une réaction, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traitement des données en cours
Merci de bien vouloir patienter