Nicolas Miguet et Le Quotidien de Paris Editions condamnés par l’AMF à 800 000€ d’amende

Les dernières tendances Philippe Miller Publié le 10 mars 2022 à 08:00    Temps de lecture: 6 min
nicolas MIGUET
Site internet du Quotidien de Paris | Warning Trading

Dans sa décision du 4 mars 2022, la Commission des sanctions de l’AMF a infligé à la société Le Quotidien de Paris Editions et à son dirigeant et directeur de publication, M. Nicolas Miguet, des sanctions pécuniaires de 600 000 euros et 200 000 euros.

Une société de presse qui conseille d’acheter des titres de sociétés

Encore une sanction à l’encontre de l’ancien journaliste et homme d’affaire d’origine normande, déjà plusieurs fois condamné pour des faits comparables.

Dans des numéros de la lettre La Bourse publiés en octobre et novembre 2017, deux articles ont été consacrés à une société spécialisée dans la conception et la commercialisation de dispositifs et d’outils de biopsie optique, cotée sur le compartiment C d’Euronext Paris, aux termes desquels, leur auteur, M. Nicolas Miguet, conseillait l’achat de titres de cette société.

La lettre La Bourse est un hebdomadaire publié par la société Le Quotidien de Paris Editions, entreprise de presse détenue à 99,89 % par la société Nicolas Miguet & Associés, ces deux sociétés étant dirigées par M. Miguet.

Deux articles reconnus  comme « recommandations d’investissement »

Sur les griefs relatifs aux recommandations d’investissement, la Commission des sanctions a retenu que ces deux articles pouvaient être qualifiés de recommandations d’investissement au sens du règlement européen Abus de marché.

Elle a également estimé que le manquement à l’obligation de veiller, avec une diligence raisonnable, à ce qu’il soit fait mention dans les recommandations d’investissement d’éventuels conflits d’intérêts, était caractérisé à l’encontre de M. Miguet et de la société Le Quotidien de Paris Editions.

La Commission a, en effet, relevé que préalablement à la publication de la première recommandation d’investissement, les sociétés Le Quotidien de Paris Editions et Nicolas Miguet & Associés ont acquis 125 000 titres de cette société, et que, postérieurement à la publication de cette première recommandation, ces deux sociétés ont chacune vendu 50 000 titres, de sorte qu’elles disposaient encore, lors de la publication de la seconde recommandation, de 75 000 titres.

Détention de titres par des personnes étroitement liées à Nicolas Miguet

La Commission a estimé que cette détention de titres par des personnes étroitement liées à l’auteur –  M. Miguet – des recommandations d’investissement portant sur ce même titre, à la date de publication des deux recommandations en cause, caractérise une situation de conflit d’intérêts. Or, elle a relevé qu’à la date des faits, il n’existait, dans la version publiée en ligne des recommandations litigieuses, aucune mention relative à la composition du portefeuille de la société Le Quotidien de Paris Editions et à l’existence de conflits d’intérêts.

Par ailleurs, la Commission des sanctions a estimé que M. Miguet, en sa qualité d’ « expert », avait manqué à son obligation de faire figurer dans ses deux recommandations plusieurs éléments obligatoires.

Elle a, en revanche, écarté le manquement reproché à la société Le Quotidien de Paris Editions tenant à l’absence de mention des date et heure de première diffusion, ce manquement ne pouvant être reproché qu’au diffuseur d’une recommandation d’investissement produite par un tiers, ce que n’est pas cette société. Elle a, de même, écarté le manquement reproché à M. Miguet tenant à l’absence de divulgation claire et apparente de son identité.

Manipulation de cours caractérisée

La Commission des sanctions a estimé qu’une manipulation du cours du titre par recours à un procédé fictif ou toute autre forme de tromperie ou d’artifice était caractérisée à l’encontre de la société Le Quotidien de Paris Editions et de M. Miguet, la publication d’une recommandation d’investissement en l’absence de mention de la situation de conflit d’intérêts s’analysant en une forme de tromperie et cette recommandation ayant bien eu une influence sur la hausse du cours de ce titre.

La Commission a, en revanche, écarté ce même manquement reproché à la société Nicolas Miguet & Associés, celle-ci n’étant ni producteur, ni diffuseur de la recommandation d’investissement litigieuse. La Commission a ensuite retenu qu’était également caractérisée à l’encontre de la société Le Quotidien de Paris Editions et de M. Miguet, sans toutefois que cela ne doive conduire à retenir un manquement distinct à leur encontre, la manipulation du cours de ce titre en tirant parti d’un accès aux médias, en émettant un avis sur cet instrument financier après avoir pris des positions sur celui-ci et en profitant par la suite de l’impact de cet avis sur le cours de cet instrument, sans avoir simultanément rendu public, de manière appropriée et efficace, ce conflit d’intérêts.

« Particulière gravité » et  « multiplicité » des manquements

Sur les sanctions Pour apprécier les sanctions prononcées à l’encontre de la société Le Quotidien de Paris Editions et de M. Miguet, la Commission des sanctions a notamment tenu compte de la multiplicité des manquements et de leur particulière gravité, les faits ayant porté atteinte à la bonne information des investisseurs et l’absence de divulgation des conflits d’intérêts étant d’autant plus grave qu’elle a permis la manipulation du cours du titre et donc une perturbation du bon fonctionnement du marché tout en permettant à la société Le Quotidien de Paris Editions de réaliser un profit, celle-ci ayant dégagé une plus-value de 71 905 euros à l’occasion de la cession de ses titres.

Concernant M. Miguet, la Commission a retenu en outre qu’il avait déjà été sanctionné à deux reprises pour des manquements similaires à ceux retenus dans le cadre de la présente procédure. Cette décision peut faire l’objet d’un recours.​

Retrouvez l’actualité des sanctions judiciaires et administratives dans notre rubrique dédiée.

Voulez-vous être mis en relation avec d'autres clients ou utilisateurs ?

Vous utilisez les services de NICOLAS MIGUET et vous souhaitez être mis en relation avec d’autres utilisateurs ? Laissez-nous vos coordonnées en remplissant ce formulaire et vous serez mis automatiquement en contact.

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Linkedin
Philippe Miller

Cet article a été écrit par Philippe Miller
Journaliste professionnel, télé et web, carte de presse n°115527, depuis 2010, spécialiste des arnaques financières, des paradis fiscaux et des mafias.

S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires

Les dessous de l'arnaque

Comment vérifier qu'un site internet n'est pas une arnaque ? Pourquoi les sites de Forex et de CFD sont presque toujours une
arnaque Pourquoi le Marketing Multiniveau ou MLM est-il si souvent
assimilé à des arnaques ?

Publicités

La vengeance des escrocs
L'industrie des arnaques sur internet - Warning Trading
Devenez Contributeur - Warning Trading
Traitement des données en cours
Merci de bien vouloir patienter
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x