Déjà plus de 27 000 victimes aidées. Il est temps de célébrer 10 ans de confiance !

Dolphin Capital (German Property Group) : une arnaque pyramidale immobilière

Dolphin Capital

La déconfiture du groupe immobilier allemand financer sur capitaux étranger fait quelques remous en France, de moindre ampleur.

Transformer de vieux bâtiments en appartements de luxe

L’histoire de Dolphin Trust, connue plus récemment sous le nom de German Property Group, est édifiante.

Société d’investissement immobilier basée à Hanovre, Dolphin Trust a bénéficié pendant des années d’une image brillante qui la présentait comme un choix sûr et rentable pour ceux qui cherchaient des alternatives aux banques pour placer leur argent.

L’argumentaire de Dolphin Trust était le suivant : Avec l’argent des investisseurs, elle achetait de vieux bâtiments en Allemagne à des prix défiant toute concurrence et les rénovait ensuite pour en faire des appartements haut de gamme. Le produit de la vente de ces appartements est ensuite reversé aux investisseurs, ce qui leur permet de réaliser de substantiels bénéfices.

[contactAvocatSimple]

Capitaux anglais et asiatiques et 1,5 milliard d’euros de dette

Peu connue en Allemagne, Dolphin Trust visait des clients au Royaume-Uni, en Irlande et dans plusieurs pays asiatiques, dont la Corée du Sud et Singapour. Plusieurs conseillers financiers de ces pays l’ont présenté comme un choix d’investissement judicieux.

Mais en juillet 2020, la société a déposé son bilan à Brême, avec des dettes estimées entre 1,2 milliard d’euros (1,4 milliard de dollars) et 1,5 milliard d’euros. Un mois plus tard, les procureurs allemands ont ouvert une enquête criminelle sur des soupçons de fraude. Ce qui, pendant des années, a semblé être un véhicule d’investissement respectable porte désormais les marques d’un système pyramidal ou d’une chaîne de Ponzi.

Derrière Dolphine Trust, le un germano-britannique Charles Smethurst

Dolphin Capital a été fondée en 2008 par Charles Smethurst, un germano-britannique, à la suite de la fusion de plusieurs sociétés. Elle a pris le nom de Dolphin Trust en 2014.

Charles Smethurst
Profil Linkedin de Charles Smethurst

À ses débuts, la société a effectué quelques versements aux investisseurs. Mais pendant la majeure partie de la dernière décennie, la réalité qui se cachait derrière l’apparence soignée de la société était qu’elle ne faisait pas grand-chose d’autre que d’acheter des biens immobiliers avec l’argent des autres et de les laisser en l’état par la suite.

Pas de comptes déposés depuis 2015

La société n’a pas déposé de comptes depuis 2015, mais les premiers signes publics indiquant qu’elle avait de sérieux problèmes sont apparus en mai 2019, un mois seulement après qu’elle ait changé de nom pour devenir German Property Group, avec sa propre chaîne d' »actualités » sur YouTube.

En mai 2019, l’émission You and Yours de la BBC consacrée aux questions de consommation s’est entretenue avec plusieurs personnes qui avaient investi dans Dolphin Trust mais n’avaient reçu aucun remboursement, ni aucune information sur l’état de leurs investissements.

À l’époque, Dolphin Trust affirmait que l’argent des investisseurs était en sécurité et que même si les bâtiments n’étaient pas réaménagés et vendus avec succès, les investisseurs étaient assurés de récupérer leur investissement initial puisqu’ils avaient une participation dans le bâtiment acheté.
Tomber en ruine

Des milliers d’investisseurs ruinés

La société a poursuivi ses activités, mais sa réputation a été ruinée lorsque des milliers d’investisseurs du monde entier ont commencé à réaliser que l’argent qu’ils avaient investi – souvent des sommes relativement modestes, mais d’une importance considérable pour eux personnellement – avait disparu.

Lorsque la société s’est déclarée en faillite l’année dernière, un document déposé au tribunal a révélé que le groupe détenait environ 70 propriétés, dont la majorité ne faisait l’objet d’aucun développement – et dont beaucoup étaient dans divers états de délabrement.

Une enquête de la BBC avait mis le feu aux poudres

En 2019, Ludwig Wallinger, le maire de la petite ville allemande de Schonthal, près de la frontière tchèque, a parlé à la BBC d’un ancien monastère que Dolphin Trust avait acheté dans la ville en 2017.

« La dernière fois que j’ai entendu parler de quelqu’un, c’était au printemps 2018, lorsqu’ils m’ont demandé ce que je pensais qu’ils pourraient en faire », a-t-il déclaré. « Ils ont suggéré peut-être des appartements de luxe, ce à quoi j’ai ri, car cette zone n’a tout simplement pas le marché pour des appartements haut de gamme. »

En avril de cette année, un reportage de l’émission Prime Time pour le radiodiffuseur national irlandais RTE a détaillé l’ampleur des dommages causés aux investisseurs irlandais par Dolphin Trust, avec un peu moins de 2 000 personnes à qui la société en faillite doit environ 200 millions d’euros.

RTE s’est entretenu avec Stephan Schlier, maire de la ville bavaroise de Bad Aibling, où Dolphin Trust a acheté une ancienne brasserie, depuis longtemps abandonnée aux intempéries.

« Nous sommes en colère, très clairement. Le bâtiment dans cet état ne convient pas à Bad Aibling », a-t-il déclaré à l’émission. « Dolphin ne veut rien développer. »

RTE s’est également entretenu avec deux évaluateurs allemands indépendants, qui ont tous deux déclaré que la brasserie ne valait pas plus que les 5,6 millions d’euros que Dolphin avait payés à l’origine pour l’acquérir.

Une arnaque pyramidale

Selon le service d’information Business Insider, l’administration fiscale compétente de Hanovre a effectué un contrôle fiscal en 2015. Les contrôleurs ont constaté qu’il s’agissait « manifestement d’un système boule de neige ». L’administration fiscale a certes envisagé de mener des enquêtes, mais elle les a jugées « inefficaces ».

Il a été constaté que des fonds de l’entreprise d’un montant de 1,4 million d’euros avaient été versés à la société de téléachat de l’épouse du fondateur de l’entreprise, Charles Smethurst, qui a ensuite fait faillite. Il y aurait également eu des paiements de 13 millions d’euros en provenance du paradis fiscal des îles Caïmans.

En 2017, l’administration fiscale de Hanovre a remis le résultat de l’audit au parquet de Hanovre en lui recommandant d’enquêter sur les soupçons de détournement de fonds, de fraude et de blanchiment d’argent. La procédure d’enquête ouverte par la suite par le parquet a été classée au bout de six mois faute de soupçons suffisants.

Les propriétés encore détenues par l’entreprise au moment de la faillite sont estimées à 150 millions d’euros au maximum. Avec au moins 1,2 milliard d’euros dus aux investisseurs, et peut-être beaucoup plus, il n’y a aucun espoir que ces personnes récupèrent leur argent.

Gerrit Hoelzle, un administrateur de l’insolvabilité qui a été le premier à s’occuper de l’affaire, a déclaré en 2020 : « Le modèle d’entreprise initialement poursuivi s’est effondré : « Le modèle d’entreprise initialement poursuivi s’est effondré il y a des années. Il est évident qu’en raison de la pénurie financière croissante, le modèle commercial, qui était initialement axé sur les transactions immobilières, s’est progressivement transformé en système pyramidal. »

Justus von Buchwalt, un administrateur judiciaire travaillant sur l’affaire, a déclaré à RTE pour son récent rapport : « Il y a de fortes indications que Dolphin Trust était un système pyramidal ».

Perquisitions et saisies de serveurs informatiques

L’enquête se poursuit. En mars, le domicile de M. Smethurst a été perquisitionné par la police, qui a saisi des serveurs informatiques et des fichiers. Il sera difficile de savoir exactement ce qu’il est advenu de tout cet argent, même s’il est clair que l’épouse de Smethurst, Kerstin Manuela Lenz, en a directement bénéficié, la société lui ayant prêté plusieurs millions au fil des ans.

Cette affaire jette une nouvelle fois une lumière malvenue sur le secteur des entreprises allemandes et, en particulier, sur ses régulateurs financiers et d’entreprise, si malmenés par Wirecard et d’autres scandales récents.

Les conseillers financiers en Irlande, au Royaume-Uni et ailleurs font également l’objet d’un examen minutieux pour avoir vendu Dolphin Trust comme investissement pendant si longtemps.

Mais le discours de longue date de Dolphin Trust s’appuyait sur l’idée que l’Allemagne elle-même était un modèle de vertu économique et de prudence. Sous cette couverture apparemment respectable, Dolphin Trust – comme Wirecard – a pu cacher ses péchés à la vue de tous.

Des répercussions en France avec horizon-am.fr

Coté Français la déconfiture de Dolphin Trust a plombé les compte d’une société d’investissement immobilier, horizon-am.fr. Cette dernière avait promu l’investissement chez Dolphin auprès d’investisseurs français. Sans atteindre le succès obtenu outre-Manche ou bien en Asie.

horizon-am
Extrait d’un document édité par horizon-am.fr pour promouvoir l’investissement chez Dolphin Trust.

Retrouvez notre rubrique police et justice.

Philippe Miller

Philippe Miller

Journaliste professionnel, télé et web, carte de presse n°115527, depuis 2010, spécialiste des arnaques financières, des paradis fiscaux et des mafias.

PUBLICITÉS

Participez à notre sondage sur les arnaques

En répondant à ce sondage ouvert à tous nos lecteurs, vous nous permettez d’améliorer notre offre d’information et d’aide aux victimes.

Faites un don défiscalisé

Soutenez un service de presse en ligne spécialisé dans l’actualité des escroqueries financières sur internet avec un don ponctuel ou récurrent.

A lire ensuite...
S’abonner
Notification pour
guest
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Toute l’actualité des escroqueries financières, enquêtes, investigations et guides.

Suivez Warning Trading sur les réseaux : Facebook Twitter Youtube Linkedin | Suivez Nicolas Gaiardo sur les réseaux : Facebook-f Twitter Youtube Linkedin | Suivez Philippe Miller sur les réseaux : Twitter Linkedin