Le premier site d'information dédié aux victimes d'escroqueries financières.

Privatisation de la FDJ : les escrocs entrent dans le jeu

Actualité, France, Vous informer novembre 14, 2019 10:33 aucun commentaire

Après plusieurs années de pari à la FDJ, voici le temps de parier sur la FDJ elle-même : la Française des Jeux sera privatisée. Les petits épargnants pourront ainsi acheter des actions du groupe FDJ, ce qui permet de « Relancer l’actionnariat populaire », comme l’a dit le ministre des Finances, Bruno le Maire.

Comme on peut si attendre, l’ouverture du capital de la FDJ aux particuliers a entraîné une véritable fièvre collective, chacun y allant de son pronostic sur le gain possible mais aussi sur la procédure pour investir. Et face à ces questions, les escrocs proposeront bien vite des réponses insolites : de nombreux sites offrent aux internautes des services d’intermédiation pour acheter les actions FDJ. Dans un communiqué en date du 8 novembre dernier, l’AMF a averti le public sur des sites qui prétendent pouvoir vous aider à acheter des actions de la FDJ.

Des intermédiaires fictifs se multiplient

Dans la mise à jour de sa liste noire, le 7 novembre 2019, l’AMF avait déjà inscrit le site placement2019.fr/fdj dont nous avons déjà parlé dans nos chroniques « Arnaques actus ». Ce site par exemple propose aux internautes de s’inscrire afin de pouvoir acheter aisément, par son intermédiation des actions.

Sur le site placement2019.fr/fdj, des escrocs proposent de l’intermédiation pour l’achat des actions de la FDJ

Il faut savoir que placement2019.fr/fdj n’a aucun partenariat avec la FDJ et que toute transaction avec ce site n’engage aucunement la Française des Jeux. Il va de soi que ce site n’est pas le seul et que l’on peut en trouver bien d’autres intermédiaires fictifs qui proposent à peu près le même service. Il vaut donc mieux rester prudents si vous avez l’intention d’acheter des parts FDJ.

Acheter des actions FDJ : quelques mesures à prendre

Avant tout, il faut savoir que « le conseil en investissement et la souscription d’actions pour le compte de clients sont des activités réglementées. » Par conséquent, il faut s’assurer que l’intermédiaire qui vous propose des produits ou services financiers est autorisé à opérer en France.  La vérification peut se faire en consultant la liste des prestataires de services d’investissement habilités sur le site du Registre des Agents Financiers (REGAFI) (https://www.regafi.fr). Les investisseurs peuvent aussi consulter la liste des intermédiaires autorisés dans la catégorie de conseiller en investissement financier (CIF) sur le Registre unique des intermédiaires en assurance, banque et finance (https://www.orias.fr/search).

Il ne faut en aucun cas faire confiance à un pseudo courtier, intermédiaire, agent financier ou autres vendeurs d’illusion qui n’auraient pas leur nom dans ces différents registres.

Attention à l’usurpation d’identité

Quand bien même l’on retrouverait sur le REGAFI ou le registre de l’ORIAS le nom d’un intermédiaire, il faut encore s’assurer que le site proposant l’achat des Actions FDJ en ligne est bien celui de l’institution financière inscrite auprès des régulateurs français. La pratique courante des escrocs consiste à créer un site en utilisant les attributs juridiques d’une autre entité détenant une licence délivrée par les pouvoirs habilités. En d’autres termes que l’on n’a pas affaire à un loup revêtu de la fourrure de l’agneau.

Il est aussi utile de rappeler que certaines institutions financières sont déjà en partenariat avec la FDJ pour cette opération de privatisation. Elles peuvent offrir une certaine fiabilité du fait de l’existence de ce lien entre elles et la FDJ, mais il faut craindre encore que les escrocs ne tentent de se faire passer pour ces institutions en créant des sites en leur nom. Après tout, on a déjà vu des arnaqueurs se faire passer pour Boursorama Bank ou BNP Paribas.

Pour finir, reprenons cet avertissement de la FDJ elle-même au sujet des sites frauduleux : « La plupart des sites frauduleux utilisent les vulnérabilités de vos navigateurs pour installer des virus ou dérober vos données confidentielles. Un bon moyen de se prémunir contre ce genre de menace reste de toujours installer les mises à jour du navigateur, quel qu’il soit. » De même, si l’adresse ne commence pas par https et s’il n’y a pas d’icône « cadenas », le site n’est pas sécurisé. Ne faites pas de paiement en ligne. Bien entendu, la présence du cadenas de « https » ne garantit pas pour autant la sécurité de vos transactions et en cas de doute nous vous invitons à utiliser les services de vérification CHECK AND PAY, afin d’éviter tout risque.

En définitive, et pour reprendre l’idée de la FDJ, « La meilleure arme reste votre bon sens ». Pendant les quelques jours qui nous séparent du 21 novembre, date de l’introduction en bourse de la FDJ, les démarchages des escrocs continueront. A nous de rester vigilants et de ne pas tomber dans leurs pièges.

Cet articlé a été écrit par Nicolas Gaiardo

Une réaction, un commentaire ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Traitement des données en cours
Merci de bien vouloir patienter